Archives personnelles de chercheurs: quelques questions

NB. Ici, je publie les notes utilisées pour l’introduction à la Journée d’étude «Archives personnelles de chercheurs et pratiques de recherche, Autour des archives d’André Varagnac », coorganisée par le RTP ArchiSHS et le programme ARCHSHS de la Maison des sciences de l’homme de Dijon qui a eu lieu le 7 avril 2011. Ces remarques seront complétées bientôt dans leur perspective programmatique.
Archives de chercheurs : quelques questions
La sauvegarde des archives personnelles s’inscrit dans une tension entre dépôt volontaire et collecte acceptée. Dans les deux cas, l’opération archivistique s’avère différente:

  • dans le premier cas, le dépôt volontaire, c’est souvent sinon toujours le chercheur lui-même qui décide du dépôt et procède alors lui-même à la sélection des documents qui seront proposés à la mise en archive, en fonction également du lieu désiré (prestige lié bien sûr à la notoriété, réelle ou imaginée).
  • dans le second cas, la collecte acceptée, existe-t-elle hors de la volonté du chercheur, on pourrait imaginer alors un versement institutionnel qui ferait dès lors la part entre le professionnel et le personnel peut-être. Un versement programmé, organisé et soutenu par le laboratoire pourquoi pas ? Ce cas me paraît cependant encore peu fréquent et je le traiterai séparément.

Dans les deux cas cependant, le moment de la décision de versement ou de collecte  est décisif. Retraite, ou fin d’activité intellectuelle, voire fin de vie, ou encore versement après décès dictent des choix différents. L’échelonnement dans le temps du versement ou de la collecte a des incidences importantes sur la nature des documents versés, puisqu’il présuppose le versement d’une sélection de documents, triés en fonction de critères pas nécessairement clairement définis. Un chercheur à la retraite cherchera à verser la part de ses documents dont il n’estime n’avoir plus l’usage, retenant à l’inverse ceux dont il pense encore se servir, ou encore ceux qu’il veut garder proches de lui.

Ces sélections entravent souvent la conservation de l’organicité des fonds, car il arrive fréquemment que les premiers versements ne sont pas ou plus complétés. Dès lors, c’est parfois le versement après décès qui garantit la conservation de fonds «complets», organiques, parce qu’éventuellement non triés.
Deux présupposés fondent me semble-t-il les choix et l’élaboration des fonds:
1) Le lieu, notamment lorsqu’il est privé. Les archives des chercheurs se trouvent fréquemment au domicile des chercheurs, souvent dispersés dans leurs différents lieux de résidence et de travail. Et cela justifie la désignation de fonds personnels. L’organicité du fonds est ici mieux assurée dés lors que le chercheur a peu changé de logement ou de poste. En d’autres termes, les fonds de chercheurs sont  étroitement tributaires des parcours de vie et des carrières des chercheurs.
2)  L’autre présupposé qui sous-tend le concept de fonds de chercheur est celui de la biographie. Le modèle biographique est à la fois tautologique (il renvoie à la personne et à la trajectoire de vie du chercheur) et ontologique puisque les archives sont ici ressources et fondement d’une possible biographie. Le modèle biographique contamine d’ailleurs le périmètre des archives personnelles qui déborde la seule trajectoire de recherche et englobe également la vie avant, après et hors de la recherche.

Cette évidence forte est cependant rarement questionnée, problématisée, elle a pourtant des incidences puissantes sur la définition, la sélection, l’organisation, le classement des archives de chercheurs,soit que qu’elles soit adossées à l’activité créatrice, l’auteur, l’oeuvre, parfois les lecteurs, soit qu’elles soient adossées à l’activité de transmission, l’enseignant, ses cours, ses étudiants.
Configurations d’archives

Ces préalables, assez évidents, soulignent la complexité des archives de chercheurs, archives qui ne se confondent pas d’ailleurs avec les archives de la recherche. Pour évoquer ces fonds souvent incomplets, désarticulés, dispersés, il conviendrait, au risque de paraître renforcer les présupposés pointés, de reprendre plutôt l’expression de «configurations d’archives».  Je l’emprunte à  Jacques Neefs qui, en introduction d’un numéro des Cahiers de textologie, consacré à «4 configurations d’archives», la définissait ainsi:

«Configurations d’archives: nous proposons sous ce titre de considérer les archives de la création, d’un écrivain ou d’une oeuvre, en ce qu’elles peuvent être exemplaires d’une pratique singulière de l’invention autant que de la relation que les habitudes d’une époque pouvaient permettre d’entretenir avec les savoirs ainsi qu’avec la publication et le public. Le terme d’archives doit être pris, ici, en un sens différent, sans doute, de celui qu’il a pour les historiens. Mais il désigne pourtant cet ensemble de «papiers», d’écrits, de documents, qui sont la trace repérable d’une recherche, d’une construction, des liens complexes entretenus avec le temps et avec les autres. » (p. 5)

Dans une perspective pragmatique, je voudrais souligner rapidement quatre registres de questions relatives à la notion de fonds de chercheur et énoncer un programme d’action.

1) Questions juridiques
2) Questions épistémologiques
3) Questions institutionnelles
4) Questions archivistiques

1) Questions juridiques, en fait législatives. Elles mettent en évidence des questions historiques.
La définition des archives de chercheur relève du Code du patrimoine, édicté en juillet 2008, mais qui reprend le texte de la loi de 1979:

Article L211-1  « Les archives sont l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité.»
Article L211-2  «La conservation des archives est organisée dans l’intérêt public tant pour les besoins de la gestion et de la justification des droits des personnes physiques ou morales, publiques ou privées, que pour la documentation historique de la recherche.»

Cet article, déjà abondamment commenté, rappelle que la recherche est ici considérée comme une activité publique et que par conséquent les archives des chercheurs doivent être traitées comme des archives publiques. Je ne vais pas revenir ici sur la pertinence juridique de cet article mais je voudrais en souligner les difficultés pragmatiques car son application dans le cas particulier des archives de chercheurs s’avère inadéquat et in fine impossible dans la mesure en particulier où il ne donne pas d’éléments pour résoudre la question. Ce qui est en cause ici c’est bien évidemment l’obligation de versement qui est induite de l’article. L’expérience montre très largement que cette obligation risque plus souvent de provoquer la destruction d’archives que leur versement. Ne serait-ce que parce que la très grande majorité des chercheurs refusent d’assimiler leur activité de recherche et/ou d’enseignement à une fonction comparable à celle de l’administration. Se pose en particulier la délicate question de la part du privé, de l’intime, mais aussi celle de l’apport personnel difficilement isolable de l’activité publique. Cette question soulève d’ailleurs des questions juridiques précises – et connues – que je traiterai dans un autre billet.
Ce qu’il m’importe ici de mettre en évidence, c’est plutôt une aporie qui se comprend dans une perspective historique.
Un retour historique large pour rappeler trois dimensions du (non) traitement des archives scientifiques.
A)   Traditionnellement ce sont les Académies qui ont pu jouer le rôle de lieu d’archivage de la science, mais ce rôle elles ont cessé de le jouer probablement dans la deuxième partie du XIXe siècle ou même un peu plus tard lorsque la science est devenue une activité collective et industrielle transformant la figure sociale du savant.
B)   Par ailleurs, la prolifération d’une documentation industrielle et scientifique, l’avènement de la documentation à partir de la fin du XIXe siècle, a posé des problèmes de gestion aux archives et aux bibliothèques.
C)   Enfin, dernier élément, depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la gestion des archives scientifiques a été largement abandonnée au moins jusqu^’au milieu des années 1980-1990.
Ces raisons historiques doivent être précisées et documentées mais elles révèlent une dimension qu’occulte la loi très extensive de la loi de 1979: les archives scientifiques ne sont pas des archives administratives, et il ne suffit pas de définir extensivement la notion de document pour proposer une solution.
2) Questions épistémologiques
Les archives des chercheurs sont des archives éventuellement publiques mais ce ne sont pas des archives administratives. Ce sont des archives issues d’activités qui sont certes pour partie des activités administratives, mais pour l’essentiel, ces activités sont spécifiques d’ailleurs à des domaines de compétence de plus en plus spécialisés et complexes.Ce constat a des conséquences sur la définition et le contenu même des archives de chercheurs qui sont spécifiques à plusieurs niveaux: activité, matérialité des documents, lieux, discontinuité, temporalité propres.
Mais que faut-il entendre exactement par archives de chercheurs? Comment en délimiter le périmètre, si périmètre il y a ?  Quelles sont les limites entre le public et le personnel,  le personnel et le privé, le privé et l’intime? Comment définir la matérialité de ces archives? Comment définir les limites entre archives, documentation et bibliothèque? Comment trier entre document, donnée, documentation ?
Ne sommes-nous pas ici confronté à la question des restes? Les archives… n’est-ce pas finalement ce qui reste d’un matériau brut qui n’a pas fait l’objet d’une transformation complète en objet de connaissance, pas fait l’objet de publication, de diffusion écrite ou orale. Ce trait aussi différencie l’archive scientifique, de l’archive administrative soumise à des contraintes formelles et réglementaires, déplace notamment la question de la preuve documentaire.
Les archives de chercheurs sont nécessairement éclatées, lacunaires, percées, et dispersées. Une carrière de chercheur est rarement linéaire, ne se déploie rarement dans le même établissement, dans le même lieu, etc… D’un chercheur l’autre, les dossiers sont diversement élaborés, inégalement conservés, « les configurations de chaque archive sont incertaines.» (Jacques Neef)
Enfin les documents scientifiques ne se pensent pas dans la même durée que les documents administratifs: il faudrait au moins tenir compte des différentes temporalités induites par le travail de recherche lui-même, puis la publication des résultats, enfin par la diffusion et la réception de la recherche. La recherche s’inscrit dans des temporalités multiples qui ne s’apparente pas au flux continu du travail administratif contraint par des règles précises de gestion des documents.
3) Les lieux de l’archive.
Archives publiques, les archives de chercheurs devraient donc être conservées dans les centres publics de conservation: Archives nationales ou départementales. En fait, les lieux de conservation sont éclatés: archives, bibliothèques publiques ou universitaires, musées, laboratoires, etc… Le dispositif public prévu et réglé par une convention entre les Archives nationales et le CNRS est un versement possible des «archives définitives» aux Archives nationales ou aux Archives départementales. Mais outre que ce dispositif fonctionne mal (on y reviendra), il privilégie les archives administratives des laboratoires et néglige souvent les archives personnelles des chercheurs.
Le choix du versement ou du dépôt dans l’une ou l’autre de ces institutions (en particulier entre les AN ou la BNF) est complexe même s’il demeure lié à la notoriété du chercheur ainsi qu’au prestige du lieu de conservation. D’un chercheur  l’autre, ces choix diffèrent, comme va différer également le traitement et la valorisation des fonds dans des institutions différentes. Les bibliothèques ne traitent pas les fonds de la même manière que les archives.
4) Les questions archivistiques.
Il faudrait reprendre ici l’intégralité du processus de «mise en archives» (Ricoeur) pour apprécier mieux les difficultés du traitement archivistique de fonds composés souvent de documents et d’objets très différents. Comment dès lors conserver cette diversité? Comment l’évaluer? Comment la classer? L’inventorier? etc…Ces questions prennent une acuité toute particulière depuis quelques années y compris dans les SHS avec la diversification des supports (multimedia), la généralisation de l’informatique, l’internet mais aussi la «professionnalisation» de la recherche.
La mise en archive entraîne une procédure complexe qui conduit de la collecte à l’établissement des instruments de recherche et la communication. A chacun de ces stades, des choix doivent être effectués qui exigent des compétences spécifiques dictées par la nature même des fonds. On ne traite pas des documents personnels de la même manière que des données scientifiques, des données qualitatives que des données quantitatives, des fichiers bibliographiques que des bases de données, des entretiens sociologiques, des observations de terrain, des collectes de données linguistiques, des tests psychologiques, ou encore des enquêtes de grande envergure.Pour chacune de ses activités qui sécrète sa complexité documentaire, il faut des compétences propres pour évaluer et trier, pour indexer et inventorier, pour documenter et valoriser les fonds.
Il faudrait reprendre des fonds conservés et déjà traités pour mesurer les difficultés que posent la gestion de fonds de chercheurs. Un tel examen révélerait sans doute la prégnance dans les choix archivistiques de certains des présupposés que j’ai mentionné plus haut.
Définir une orientation programmatique: une expérimentation archivistique
La collecte comme enquête

Je le rappelle: Les configurations d’archives personnelles des chercheurs sont très diverses et incertaines. Déjà constituée, parcellaire, ou plus rarement complète, qu’est-il possible de retirer des archives pour l’histoire mais aussi pour la science? Mais plus encore lorsqu’elles ne sont pas encore constituées, ni versées, ni collectées, comment l’appréhender, comment constituer en archive ces gisements multiformes,lacunaires, dispersés?
Il y a là au moins à titre expérimental une opération à tenter qui prendrait pleinement en compte la construction de l’archive, sa reconstitution, non seulement comme un moment de l’archive mais de la création, de l’oeuvre, du travail scientifique lui-même. Tenter une telle expérimentation avant le versement, ce serait tenter de considérer l’opération de collecte comme une opération archivistique et scientifique.
Envisager ainsi l’opération de collecte, c’est aussi reconnaître que cette opération n’est pas neutre, qu’elle implique une interaction entre le «collecteur» généralement un archiviste en activité et un «collecté», le chercheur, à la retraite? ou l’un de ses héritiers, parfois ignorant des activités de son parent. La collecte peut donc être conçue aussi comme une «enquête», «la collecte comme enquête», j’emprunte l’expression à Christian Hottin dont je discuterai la proposition dans un autre billet. Cf. « La collecte comme enquête. Pour une approche ethnologique de la pratique archivistique» Cahier du LAHIC, no 4, 2009.
Ici, pour terminer ce billet, je me contente d’énumérer le cadre général de cette enquête.

  • Effectuer une collecte collective et organisée de fonds de chercheurs si possible caractéristiques et différenciés les uns des autres.
  • Cette opération me parait devoir être nécessairement interdisciplinaire, mobilisant autant les archivistes, les chercheurs et les historiens des savoirs.
  • Préparer l’opération de collecte avec un séminaires, l’accompagner d’entretiens, la réaliser en recourant au Journal de recherche.
  • Il me semble qu’une telle opération qui devrait être proposée à l’ANR permettrait d’avoir des informations plus approfondies sur ce qu’archiver les SHS peut signifier et impliquer.
  • C’est ma tâche de ces prochains mois et j’en ferai pour ma part la proposition à ma direction scientifique.

Je retiens encore pour terminer ce billet à titre d’argument, cet extrait de l’article de C. Hottin:

« Entretien préalable, ordonnancement des documents par le producteur, collecte : trois moments d’un travail sur les archives préalables à leur enlèvement qui sont autant de moments de travail sur lui-même pour le producteur et d’occasions d’observation pour l’archiviste. Qu’en retirer en définitive ?
On présente bien souvent la collecte des archives comme une opération purement administrative, une série de paramètres juridiques ou matériels à prendre en compte pour préparer l’entrée dans le patrimoine de la collectivité d’un fonds documentaire : alors seulement commencerait le vrai travail (tri et élimination, classement, rédaction d’un instrument de recherche, communication). Comme on vient de le voir, le moment de la collecte est au contraire une étape extrêmement riche en informations pour la compréhension des archives, riche surtout d’informations qui permettent d’envisager l’archive autrement que comme matériau de l’histoire à écrire : dans l’étude du rapport de l’homme à ses archives, elles apparaissent comme une fin en soi, et non comme un moyen.» (cf. p. 57)

Journée d’études : Archives de chercheurs, archives de la recherche: autour d’André Varagnac

Les programmes ARSHS et ArchiSHS-CNRS organisent une journée d’études sur le thème :

Archives personnelles de chercheurs et pratiques de recherche

Autour des archives d’André Varagnac

qui se tiendra le
Jeudi 7 avril 2011
Salle R.10
Pôle Économie et Gestion
2, boulevard Gabriel
21000 Dijon
De 09h30 à 17h00
Modalités d’accès : http://www.u-bourgogne.fr/IMG/pdf/plan-Campus-Dijon.pdf

Programme
Matinée
Présidence : Philippe Poirrier
09h30 Accueil des participants
09h45 Introduction par Philippe Poirrier
10h00 Du bon usage des archives de chercheurs par Bertrand Müller
10h30 André Varagnac : papiers personnels, trajectoires biographiques par Arnaud Chandivert
11h00 Le fonds Marcel Mauss : archives d’un travail à deux par Jean-François Bert
11h30 Philosoviétisme et sciences sociales : recherches archivistiques et prosopographie par Isabelle Gouarné
12h00 Discussion générale

Après-midi
Présidence : Yann Potin
14h30 Les enquêtes folkloriques de Varagnac par Régis Meyran
15h00 Enquêtes et questionnaires d’un géographe, Albert Demangeon par Denis Wolff
15h30 Enquêtes folkloriques et revisite: l’enquête sur la forge par Bertrand Müller
16h00 La succession des regards scientifiques sur le monde rural. Trois enquêtes de terrain dans le Nord de la Côte d’Or
(1966-1985) par Gilles Laferté et Nicolas Renahy
16h30 Discussion et conclusion

Informations et contacts : celine.alazard@u-bourgogne.fr
bertrand.muller@ens.fr
Dans un souci d’organisation, merci de confirmer votre participation à
celine.alazard@u-bourgogne.fr
Serge WOLIKOW                                                                      Bertrand MULLER
Chef de projet ARSHS                                                    Chef de projet ArchiSHS-CNRS

Journée d’études: Les revues et leurs archives. Méthodologie d’archivage

Méthodologie d’archivage

Elisabeth BELLON, responsable du service des archives de la Maison René-Ginouvès

Elisabeth Bellon commence par présenter la définition des archives selon le Code du patrimoine, livre II, article L211-1.

Pour appréhender la notion d’archives correctement, elle présente trois éléments essentiels : le producteur est une entité physique ou morale qui produit durant son activité professionnelle des documents qui constituent son fonds d’archives, et cela de façon « organique ». L’intégralité des documents constitue le fonds, même si un tri pourra être effectué a posteriori.

L’archivage se base sur le principe de respect des fonds, ce qui signifie que le traitement des documents par les archivistes respectera leur provenance, que le fonds sera traité dans son intégrité et que l’ordre originel de classement des documents sera préservé.

La « chaîne archivistique », c’est-à-dire l’ensemble des activités de l’archiviste, depuis la collecte jusqu’à la communication éventuelle des documents, en passant par le traitement physique et intellectuel des documents, est la même quelle que soit le statut juridique des documents, public ou privé.

Pour traiter les documents de manière optimale, les archivistes mettent en place des outils comme les plans de classement et les tableaux de gestion. Un tableau de gestion est établi avec l’aide et l’accord du producteur ; il détermine le sort final des documents (conservation définitive, conservation après tri, ou encore élimination). Les producteurs peuvent utiliser le tableau de gestion pour gérer leurs documents courants et ainsi suivre les préconisations en matière de tri.

Eric Brian intervient pour signaler que la dématérialisation du travail de publication de revues complique la démarche de confier ses archives à des professionnels de l’archivage, car il faut que ceux-ci possèdent des serveurs informatiques.

Elisabeth Bellon et Aurélie Montagne-Bôrras répondent que cela serait souhaitable en effet mais qu’il faut des moyens humains et financiers.

Dominique Michelet s’inquiète quant à lui des problèmes qu’il pourrait avoir avec les auteurs d’articles si les documents étaient confiés à un service d’archives. Les commentaires des lecteurs lui semblent aussi être une typologie problématique.

Elisabeth Bellon rappelle alors que les documents, une fois archivés, ne sont pas nécessairement communicables immédiatement : les règles de communicabilité prescrites par le code du patrimoine ainsi que le droit d’auteur délimitent strictement les types de documents qui peuvent être consultés.

Marie-Christine Hellmann évoque le fait que le statut juridique de la revue et son fonctionnement peuvent être une entrave à la gestion de ses archives : la Revue archéologique est en effet totalement indépendante de toute institution, et elle appartient juridiquement à ses directeurs. Aussi, hormis une armoire, la majeure partie des archives de la revue est disséminée chez ces derniers ou leurs familles. Par exemple, les documents produits par la revue sous la direction de Salomon Reinach sont détenus par ses descendants. Marie-Christine Hellmann a consulté le comité de rédaction de la revue sur l’éventualité de confier le fonds de la revue au service des archives de la Maison René-Ginouvès, mais celui-ci a pour l’instant refusé en raison de la présence de documents tels que les rapports d’expertise qui leur semblent difficilement communicables, et aussi parce qu’ils souhaitent continuer à travailler en ayant les documents sous la main.

Concernant cet aspect pratique, Elisabeth Bellon précise qu’on distingue « trois âges » en archivistique, ce qui permet de ne confier aux services d’archives que les documents dont on n’a plus d’utilité fréquente.

Journée d’études: Les revues et leurs archives. L’Index Savant

Des revues et des hommes, la numérisation et la disparition du paratexte éditorial, Huguette Rigot, SIC, Inalco, directrice de publication de l’Index Savant

Le but de l’Index savant est de construire un corpus élargi de revues de la francophonie, notamment en contrepoids aux corpus sélectionnés par les nouveaux systèmes d’évaluation scientifique du CNRS.

Huguette Rigot a constaté qu’il n’y a pas sur Internet de contrôle des données concernant les revues : l’ISNN et les titres ne correspondent pas, les documents mis en ligne sont corrompus, inexacts… Il y a trop d’information et celle-ci est mal hiérarchisée, peu mise à jour. Huguette Rigot utilise le terme d’ « infobésité » pour décrire cette masse d’informations trop importante et souvent peu fiable. Internet corrompt l’identité et l’authenticité des personnes et des documents. Il faut systématiquement se poser les questions « Qu’est-ce que j’ai sous les yeux ? Est-ce la bonne version ? Est-ce fiable ? ».

Avec Internet, on perd beaucoup d’information sur le contexte. Concernant les revues, le paratexte transmet une importante valeur documentaire.

L’Index Savant recompose le paratexte (ours) en numérique : il se propose de compléter l’information donnée par les éditeurs avec un paratexte numérique contenant des informations à jour.

Depuis avril 2010, plus de deux millions de pages ont été visitées sur le site de l’Index Savant.

Pourquoi trouve-t-on tant d’erreurs sur Internet ? Les revues ont-elles un avenir en étant si mal référencées ? Comment peut-on se passer de l’échelon revue dans un domaine où la finalité est de publier des articles ?

Pour certains, l’avenir est assuré par le numérique grâce aux métadonnées et au référencement naturel. Cependant les notices bibliographiques erronées que l’on peut rencontrer sur Internet discréditent ce raisonnement.

Huguette Rigot évoque ensuite les problèmes d’encodage avec les flux RSS.

Elle pose la question de la stabilisation du paratexte numérique. Le paratexte est constitué des métadonnées fournies par les éditeurs numériques. Dans 70% des cas, il n’est pas fiable : les revues ne sont pas nommées et décrites en tant que revue.

D’autre part, les métadonnées associées aux articles sont bien souvent constituées des premières lignes de l’article : ce n’est pas satisfaisant. Bien qu’il soit très prisé, le référencement naturel ne fonctionne pas convenablement. Par exemple, rechercher à l’aide de Google des informations sur la revue Que faire ? en utilisant la requête « que faire ? » aboutira à un nombre excessif de réponses dans lesquelles la bonne information ne sera pas forcément bien positionnée.

C’est pour cela que l’Index Savant essaie de fournir un paratexte lisible par les lecteurs et par des robots d’indexation. Il tente également d’avertir le public sur le problème des métadonnées et des flux RSS.

Compte-rendu de la journée d’étude Les archives des revues, 16 novembre 2010, Maison René-Ginouvès Louise Corvasier et Aurélie Montagne-Bôrras

Journée d’études: Les revues et leurs archives. Discussion

Discussion

Bertrand Müller reprend la parole et note que les questions soulevées ne sont pas d’ordre technique mais scientifique et intellectuel.

Frank Poupeau précise que les archives des Actes se trouvent au Collège de France et à la Fondation Maisons des Sciences de l’Homme (FMSH). Jusqu’à présent, comme les archives de Pierre Bourdieu ne sont pas classées, rien n’a été communiqué au public.

Dominique Michelet évoque le problème du copyright : les revues détiennent un droit sur ce qui est publié, mais en aucune façon pour les différentes versions des articles avant leur publication.

Elisabeth Bellon répond qu’il faut, pour résoudre ce genre de problème, combiner le droit des archives, le droit d’auteur et le droit de la recherche. Le droit d’auteur s’applique à tous types de documents.

Eric Brian ajoute que les questions de droit sont compliquées. En ce qui concerne la Revue de synthèse, les droits sont collectifs (auteur collectif).

Frank Poupeau demande si des documents tels que les comptes rendus des comités de rédaction doivent être rendus publics dans la mesure où les archives de la revue sont privées, comme celles des Actes, puisqu’elles sont la propriété d’une association.

Eric Brian répond qu’il ne faut pas tarder à maîtriser la question des archives, car elles constituent le patrimoine des sciences, et celui-ci ne pourra être valorisé que s’il est correctement géré au préalable.

Les échanges entre les participants se poursuivent autour des droits d’auteur.

Discussion 2e partie

Eric Brian déclare que le travail de publication de revues consiste à produire et composer du patrimoine scientifique. La revue est une autorité scientifique. Elle sélectionne les informations et mène en cela une politique scientifique. Le problème réside dans l’évaluation des revues : les critères sont flous, peu compatibles avec certaines normes scientifiques. Aujourd’hui on évalue sans lire les articles. Eric Brian considère qu’il faut un système d’évaluation plurielle des revues.

Dominique Michelet se joint à la discussion pour évoquer les outils d’évaluation des chercheurs.

Les participants entament une discussion à propos de la question soulevée par Huguette Rigot : peut-on se passer des revues ?

Huguette Rigot réaffirme que l’existence des revues est nécessaire, mais qu’il faut faire un effort de visibilité du travail scientifique, de la valeur ajoutée du travail éditorial produit dans les revues.

L’évaluation par la bibliométrie sur internet est très aléatoire. On peut par exemple facilement s’ « autoréférencer » et ainsi augmenter ses statistiques avec une bonne maîtrise de l’outil informatique. Il faut donc interroger la fiabilité de cette évaluation.

Marin Dacos ajoute qu’à l’heure actuelle en France, on échoue à réunir un savoir objectif pour connaître le nombre de revues scientifiques  qui paraissent en France comme dans le monde. Aucune stratégie unitaire ne se met en place dans ce domaine, les tentatives sont nombreuses mais isolées. Ainsi on peut trouver jusqu’à 25 titres différents pour une même revue. Le registre de l’ISSN demeure le plus fiable.

La numérisation provoque une importante augmentation de l’information scientifique sous forme électronique, une sorte de jungle informationnelle où chercher une information revient à chercher une aiguille dans une botte de foin.

Huguette Rigot pense que le référencement naturel pourrait fonctionner sur les sites scientifiques.

Eric Brian n’est pas favorable à un dépôt légal idéal, international, car il pense qu’il serait très vite obsolète. De plus il n’y a pas de moyens alloués dans ce sens, et on ne peut pas instaurer d’autorité internationale.

Huguette Rigot estime que la solution réside dans le collaboratif, le web 2.0, les partenariats, en partant du registre ISNN. Cependant il faut savoir que la BNF catalogue les revues numériques mais ne versent pas ses notices dans Worldcat.

Compte-rendu de la journée d’étude Les archives des revues, 16 novembre 2010, Maison René-Ginouvès Louise Corvasier et Aurélie Montagne-Bôrras

Journée d’études: Les revues et leurs archives. Table ronde

Table ronde sous la présidence de Bertrand Müller, avec la participation de Marin Dacos (directeur de Revues.org), André Chabin (directeur d’Ent’revues), Eric Brian (directeur de la Revue de synthèse), Fabienne Wateau (responsable du pôle éditorial de la Maison René-Ginouvès), Marie-Christine Hellmann (CNRS, directrice de la Revue archéologique)

Marin DACOS, directeur de Revue.org.

Marin Dacos commence par définir un certain nombre de termes et d’expressions.

Tout d’abord la « sauvegarde », qui n’est pas la même chose que l’archivage pérenne des données numériques : il s’agit d’une multiplication des données sur des supports différents (alors que l’archivage pérenne est destiné à conserver les données numériques de façon définitive sur un serveur en les faisant muter périodiquement en fonction des évolutions des environnements électroniques). Des outils permettent de sauvegarder les données numériques des utilisateurs en les synchronisant sur des serveurs. C’est un système qui devrait être adopté par nombre d’institutions.

Il existe une autre stratégie de conservation appelée l’ « émulation » : il s’agit de reproduire à l’identique des écosystèmes informatiques anciens, pour que ceux-ci permettent de lire des données numériques anciennes. En effet, il n’est pas certain que la mutation constante des données conservées pour que celles-ci continuent d’être lisibles par des environnements informatiques sans cesse modernisés soit la meilleure solution. Il est peut-être plus facile de conserver les données dans leur état originel et de recréer pour les lire les écosystèmes informatiques avec lesquels elles fonctionnaient.

Cependant, l’émulation est plus difficile à réaliser pour ce qui concerne les données d’internet.

Selon Marin Dacos, pour persuader les utilisateurs de procéder à l’archivage de leurs données, il faut en retour leur proposer un service dont ils ont besoin.

Par exemple, avec Revue.org, les utilisateurs procèdent à l’archivage de leurs documents car ils y ont accès en ligne directement par le biais de listes de discussion auxquelles ils sont abonnés : ils peuvent consulter leurs commentaires, les comités de rédaction, les conseils scientifiques, en fonction bien sûr des droits dont ils disposent, et qui sont définis d’après leur statut dans la revue. Ils peuvent aussi ajouter des commentaires et poster des documents.

Ce type de liste de discussion employé par Revue.org est un outil public, libre, fourni par le Comité Réseau des Universités (CRU). On peut leur associer des wikis.

Pour guider les producteurs dans la gestion de leurs documents, il existe également des outils de workflow. L’exemple exposé par Marin Dacos montre la circulation et les modifications subies par un article depuis sa soumission à l’équipe de la revue jusqu’à sa publication. Au cours de ces étapes, le document est modifié : l’auteur a accès aux différentes versions, mais pas aux documents annexes contenant par exemple les avis des experts.

Avec ce genre d’outils, on parvient à conserver la trace de 80% de la vie d’une revue.

Ces solutions techniques doivent s’appuyer sur un modèle économique durable qu’il convient de trouver pour assurer l’avenir des publications périodiques scientifiques. Revue.org met en place un nouveau modèle car elle s’apprête à « vendre du gratuit ». Dans ce système, 66% des revenus iront aux revues. Il s’agira d’ « open edition ».

André Chabin, directeur d’Ent’revues.

Avant l’existence des outils proposés par Ent’revues, il n’y avait pas d’index des revues, et donc aucune trace de l’existence, à un moment donné, de revues disparues. Cette « première mémoire » n’était conservée nulle part.

Qu’est-ce que la traçabilité ? André Chabin évoque le fait que la mémoire des revues est aussi en grande partie orale, humaine, et donc volatile, difficile à conserver. D’autant plus qu’ « une revue chasse l’autre » fréquemment.

Lorsque l’on s’intéresse à l’histoire des revues, l’ours est une véritable source d’informations. Mais il est très codé, et l’ensemble des données qu’il contient n’est jamais correctement référencé dans les notices bibliographiques. Il faut également consulter les personnes qui produisent ces périodiques, faire appel à leur mémoire pour créer des « archives orales » des revues.

André Chabin souhaiterait qu’il y ait un endroit où les revues soient nommées au moins une fois, toutes ; un lieu où elles puissent être chroniquées. La Revue des revues publie parfois des témoignages de directeurs de rédaction par exemple.

Fabienne Wateau, directrice adjointe de la Maison René-Ginouvès, responsable du pôle éditorial.

La Maison René-Ginouvès accueille aujourd’hui dix revues, qu’elles soient revues propres du CNRS, revues de laboratoire ou revues indépendantes. Le pôle éditorial existe physiquement depuis 2008.

Les revues sont très diverses dans leurs sujets, leurs statuts, leur fonctionnement ou encore leur financement. Ethnologie française est par exemple une revue qui émane d’une association mais qui fonctionne avec une secrétaire de rédaction rémunérée par le CNRS, et qui a choisi de verser son fonds au service des archives de la Maison.

Dans le cadre des activités du pôle éditorial, des ateliers d’édition sont proposés à des doctorants, et un projet d’exposition est en cours.

Le pôle bénéficie comme les chercheurs de la Maison des services proposés par le service des archives. Cependant, Fabienne Wateau rappelle que ce qu’on entend par le terme d’archives n’englobe pas les publications : le service des archives n’a pas vocation à conserver les collections d’anciens numéros des revues.

Fabienne Wateau constate, d’après les interventions successives de cette journée, qu’on se pose souvent les questions « Des archives, oui, mais pourquoi ? Pour qui ? Et à quelles fins ? ».

Concernant les données numériques, la Maison René-Ginouvès pratique l’archivage pérenne.

Toutefois, qu’il soit papier ou numérique, l’archivage des données n’est pas contraint et forcé : c’est un service offert, mais personne n’est obligé de déposer ses documents au service des archives de la Maison.

Odile Le Brun intervient pour signaler que ce service est réellement adapté au travail des chercheurs : même après traitement par les archivistes, ils peuvent consulter leurs documents comme bon leur semble et sans que leurs systèmes de classement aient été modifiés. De plus, le service des archives propose aux chercheurs des programmes de numérisation de leurs données de terrain qui leur permettent d’emmener leurs travaux où qu’ils aillent, avec comme seul « bagage » un ordinateur. Odile Le Brun considère que les archives de la recherche doivent être mises à la disposition de la communauté.

Marie-Christine Hellmann, directrice de la Revue archéologique.

Marie-Christine Hellmann tient à souligner l’importance des données numériques puisqu’elle a eu l’expérience de récupérer dix ans de la vie de sa revue par l’intermédiaire de disquettes, et ce en 2001 ! A présent ces données sont transférées sur disque dur externe.

Le mode de travail des membres de la revue est particulier : tout se fait en parallèle de l’exercice du métier de chacun, ce qui signifie que les documents sont fréquemment conservés à leur domicile.

Concernant la production documentaire due à l’activité de gestion de la revue, la correspondance prend de plus en plus de place, et de plus en plus de temps.

Fabienne Wateau rappelle que le CNRS finance la Revue archéologique en la dotant d’une secrétaire de rédaction à mi-temps.

Eric Brian précise qu’à l’heure actuelle, le personnel ITA tel que ces secrétaires de rédaction n’est plus géré par l’Institut mais par le secrétariat général du CNRS, ce qui entraîne une modification des arguments utilisés pour les recrutements. La question des moyens financiers est cruciale : il faudrait réussir à faire comprendre au CNRS que le financement des revues en sciences humaines et sociales est une priorité toute aussi importante que les investissements dans les équipements en biologie par exemple.

En outre, pour l’avenir des revues et des sciences humaines et sociales, il insiste sur le fait qu’il faut absolument faire exister cette science sociale des XIXe et XXe siècles, même avec son côté hybride entre renouveau et académisme. L’idéal serait que les jeunes chercheurs fondent des revues et soient formés aux outils, aux archives, et à l’édition. Il faut donc que les institutions se donnent des moyens. Il faut aussi que la relation entre historiens et archivistes évolue et permette l’amélioration de la production scientifique.

Eric Brian émet le souhait que la « dimension poétique » des revues évoquée par André Chabin soit visible.

Bertrand Müller, CNRS

D’après les discussions de la journée, Bertrand Müller essaye de chercher les ponts, les liens qui peuvent exister entre les besoins des uns et les compétences des autres.

Il pense que si on archive aujourd’hui, ce n’est pas uniquement pour servir aux historiens dans quelques centaines d’années, mais surtout parce que les chercheurs en ressentent le besoin. Il souligne l’importance de la proximité d’un service d’archives avec les producteurs de documents : le service d’archives de la Maison René-Ginouvès est réellement au service de la communauté des chercheurs. Il y a des instruments simples à utiliser, notamment la théorie des trois âges qui est tout à fait adaptée au mode de travail des chercheurs. La numérisation est quant à elle un instrument essentiel pour la diffusion des documents comme pour leur préservation. On peut réfléchir à des systèmes de gestion de la chaîne documentaire qui répondent aux besoins des chercheurs tout en respectant les principes archivistiques. Le réseau Quételet (Suisse) (http://www.reseau-quetelet.cnrs.fr/spip/ ) par exemple gère les données électroniques de milliers d’enquêtes et permet en même temps leur exploitation par des chercheurs.

L’archivage des revues sert aussi à la mémoire des savoir-faire.

Bertrand Müller conclue en émettant le souhait que les sujets évoqués durant cette journée débouchent l’année prochaine sur un projet plus ambitieux.

Compte-rendu de la journée d’étude Les archives des revues, 16 novembre 2010, Maison René-Ginouvès Louise Corvasier et Aurélie Montagne-Bôrras

Journée d’études: Les revues et leurs archives. Pistes d’exploitation des fonds d’archives de revues

Quelques pistes d’exploitation des fonds d’archives de revues scientifiques

Louise CORVASIER, archiviste, service des archives de la Maison René-Ginouvès

A la Maison René-Ginouvès qui abrite aujourd’hui dix revues, que ce soit des revues propres, des revues de laboratoire ou encore des revues indépendantes mais hébergées, cinq revues ont déjà procédé à un versement de leurs fonds au service des archives. Trois de ces fonds sont déjà classés, leur inventaire est disponible en ligne sur le site de la Maison (http://archives.mae.u-paris10.fr/pages/fonds.html ).

Ces fonds comportent une grande similarité de typologies de documents, un fait logique puisque tous les producteurs ont la même activité principale, à savoir la publication de revues : pour cela chaque revue réunit des comités de rédaction et constitue des dossiers de préparation des numéros par exemple. Cependant, chaque revue fonctionne à sa manière, ce qui conduit à adopter un classement spécifique pour chaque fonds, le classement devant refléter les activités du producteur.

Le premier axe de recherche présenté est l’étude de la politique éditoriale des revues : quelles missions, quels objectifs s’étaient fixés ces trois revues lors de leur création ? Quels choix éditoriaux avaient-elles adoptés ? Est-ce que ces choix avaient été remis en cause au cours du temps ? Si oui pour quelles raisons ? Est-ce que les contraintes financières ont eu un impact sur ces choix éditoriaux ?

Pour répondre à ces questions, on peut consulter plusieurs catégories de documents comme les statuts et règlements, les dossiers des comités de direction et de rédaction, mais aussi les rapports d’activité pour les revues qui en produisent, ainsi que la correspondance de la direction ou encore celle avec les auteurs, car dans la correspondance les particularités des choix éditoriaux sont expliquées de manière moins formelle que dans les comptes-rendus de comité de rédaction ou les rapports d’activité.

Néanmoins, il faut rappeler que selon les typologies de documents, le code du patrimoine prévoit des délais de communicabilité à respecter. Aussi, un lecteur lambda n’aura pas forcément accès aux documents cités ci-dessus. Par exemple, pour les documents dont la communication porte atteinte à la protection de la vie privée, ou encore les documents qui portent une appréciation ou un jugement de valeur sur une personne physique, nommément désignée ou facilement identifiable, le délai est de cinquante ans à compter de la date du document ou du document le plus récent inclus dans le dossier. Par conséquent, les avis des rapporteurs ne sont pas communicables immédiatement.

L’étude de la place des revues dans les réseaux scientifiques auxquels elles appartiennent pourrait constituer un deuxième axe de recherche, car les archives font constamment référence aux personnes en lien avec la revue.

On peut commencer par chercher à analyser la relation des revues avec leur public. On recourra pour cela à plusieurs types de documents, comme le courrier, les documents de gestion des abonnements et des échanges ou encore les demandes de reproduction. L’information recueillie dans ces archives est complémentaire des données fournies par les statistiques générées par les maisons d’édition.

Parmi les personnes en lien avec les revues, on trouve également des partenaires, au sens large, aussi bien financiers qu’éditoriaux. Les rapports qu’ils entretiennent avec les revues sont visibles notamment dans la correspondance des directeurs, qui sollicitent les partenariats, les documents financiers (demandes de subventions, budgets, notifications de crédits, etc.) et les contrats et conventions qui sont parfois conclus. Si on examine les partenaires d’une revue en répertoriant pour chacun d’eux leur statut (public, privé), leur origine et leur degré d’implication dans la publication, on obtient déjà un aperçu du réseau scientifique de la revue.

Troisième groupe entretenant des relations avec les revues, ce sont évidemment les auteurs. Comme pour le public, les maisons d’édition et surtout les revues elles-mêmes dressent régulièrement des statistiques de leurs auteurs. Par exemple Paléorient établit des graphiques qui montrent la proportion des auteurs par nationalité et période chronologique (les tableaux et les graphiques élaborés d’après ces statistiques sont consultables sur le site internet de la revue). Mais là encore, les données contenues dans les archives sont complémentaires car elles ne concernent pas uniquement les auteurs d’articles publiés. De plus elles permettent aussi d’analyser la nature du lien entre la revue et l’auteur : a-t-il été contacté ou bien a-t-il envoyé spontanément une proposition de contribution ? Fait-il partie du réseau personnel des membres de la revue ? A quelle fréquence est-il sollicité ? Participe-t-il aux instances rédactionnelles ?

Enfin, inventorier les spécificités scientifiques des rapporteurs ou experts chargés d’évaluer les articles peut montrer que les revues scientifiques, même lorsqu’elles sont très spécialisées dans un domaine, sont connectées avec des univers scientifiques très variés.

Marie-Christine Hellmann ajoute que les revues pratiquent beaucoup les échanges de périodiques avec d’autres bibliothèques ou institutions, ou même les dons, et que cela produit une abondante correspondance.

Eric Brian demande si les services de gestion des documents offerts par les services d’archives peuvent également aider l’équipe de la revue dans son travail quotidien, comme par exemple la formation de nouveaux membres du comité de rédaction.

Louise Corvasier et Elisabeth Bellon répondent qu’en tant que producteurs, les membres de l’équipe de la revue conservent un accès complet et sans restriction à leurs documents : même après archivage, ils peuvent donc consulter tout ce dont ils ont besoin pour leur travail.

Compte-rendu de la journée d’étude Les archives des revues, 16 novembre 2010, Maison René-Ginouvès Louise Corvasier et Aurélie Montagne-Bôrras

Journée d0études: Les revues et leurs archives. Paléorient

Paléorient, Odile Le Brun, ArScan, comité de rédaction de Paléorient

Odile Le Brun présente la revue. Paléorient est une revue propre du CNRS dont les archives sont déposées et gérées par le service des archives de la Maison René-Ginouvès. C’est une revue pluridisciplinaire de préhistoire et de protohistoire de l’Asie du Sud-ouest et de l’Asie centrale.

Historique

La revue Paléorient est fondée en 1973 par Jean Perrot et plusieurs autres chercheurs qui avaient constaté d’importantes difficultés de communication entre les scientifiques pour des raisons géopolitiques et disciplinaires (entre la géologie, la biologie et l’archéologie, par exemple) : la revue souhaitait contribuer à l’effort pluridisciplinaire, ainsi que l’a salué Robert J. Braidwood dans le premier numéro de 1973. La revue devient donc le lieu privilégié de l’expression de courants intellectuels divers et de la pluridisciplinarité.

Très rapidement, le CNRS s’intéresse à la revue et la prend en charge en 1975.

Depuis sa création, Paléorient a évolué, sur les plans scientifiques comme structurels, pour répondre par exemple aux exigences imposées par le CNRS dans le domaine de l’activité éditoriale, comme les règles de composition des comités éditoriaux fixées par Michel Gras en 1995.

Paléorientet Internet

Geneviève Dollfus, directrice de la revue entre 1994 et 2004, fait mettre en place en 1997 un site internet où l’on trouve la base de données bibliographique indexée de la revue.

Confrontés à l’exigence de réduction des coûts formulée par le CNRS, le comité scientifique de la revue et les auteurs réagissent fermement contre la proposition d’André Kaspi consistant à diviser par deux le nombre de pages : Paléorient continuera à paraître sous la même forme.  Une enquête a ensuite été effectuée sur la question de la publication numérique, mais en raison des inégalités d’accès à Internet dans le monde, il a été décidé de maintenir la version papier. En revanche, à partir de 2005, la base de données bibliographique devient exclusivement numérique. Les anciens numéros de la revue ont été numérisés et sont accessibles sur Persée avec une barrière mobile de 3 ans. Pour la mise en ligne, tous les auteurs ont été contactés.

Compte-rendu de la journée d’étude Les archives des revues, 16 novembre 2010, Maison René-Ginouvès    Louise Corvasier et Aurélie Montagne-Bôrras

Journée d’études: Les revues et luers archives. Les actes de la recherche en sciences sociales

Les Actes de la recherche en sciences sociales

Frank Poupeau, CSE, secrétaire éditorial des ARSS


Historique

La revue a été fondée en 1975 par Pierre Bourdieu (Centre de sociologie européenne). Elle n’est pas détenue par une institution mais par une association, et est financée par les ventes et des subventions. Au début, la diffusion était difficile : l’équipe se chargeait elle-même de la diffusion en démarchant un à un les libraires.

La diffusion a ensuite été prise en charge par les Editions de Minuit mais il ne subsiste aucune archive de cette période.

Pour accroître la diffusion de la revue, Pierre Bourdieu change ensuite d’éditeur et choisit les Editions du Seuil.

Le modèle de financement des Actes est mixte. Il dépend des ventes notamment pour le financement des traductions. La revue publie plus de 60% d’auteurs étrangers, en particulier anglo-saxons.

Le fonds d’archives de la revue

Il ne faut pas confondre les archives de la revue avec celles de Pierre Bourdieu : celles-ci seront peut-être conservées sur le futur campus Condorcet. La revue a conservé quant à elle toutes les traces de son travail éditorial. Frank Poupeau remarque que plus le numéro concerne un sujet nouveau non consacré dans le milieu scientifique, plus le travail éditorial est important et plus il y a d’archives : ce fut le cas pour le numéro sur le tourisme. Les numéros plus « académiques » ne nécessitent pas autant de travail.

Frank Poupeau s’interroge sur l’utilité de conserver les archives et de les diffuser, il pense qu’il faudrait prendre des décisions au cas par cas. Quoi qu’il arrive, le travail d’archivage est nécessaire : cela permettra de mieux faire l’histoire des sciences sociales.

Concernant la mise à disposition des archives au public, la position de la revue n’est pas figée : Frank Poupeau considère qu’il est important de ne pas être fermé et de donner la possibilité aux gens de travailler sur les archives.

La numérisation

La revue a d’abord fait une première tentative dans les années 1990 en éditant un CD-Rom, mais la mise en vente s’est effectuée seulement en 2001 en pleine explosion de la vague internet. Par la suite, la revue a donc choisi de numériser ses collections : elles sont aujourd’hui accessibles sur Persée et sur Cairn, et le seront prochainement sur JSTOR.

Pour Frank Poupeau, les enjeux scientifiques de la numérisation résident dans l’indexation.

La revue souhaite aussi mettre en place un site internet.

Pour lui, les problèmes d’archivage et de conservation sont subordonnés au problème de la diffusion. Il évoque enfin les problèmes de la crise du marché des revues : comment mettre en vente ? Comment diffuser ? Sous quel format ?

Compte-rendu de la journée d’étude Les archives des revues, 16 novembre 2010, Maison René-Ginouvès  Louise Corvasier et Aurélie Montagne-Bôrras

Journée d’études: Les revues et leurs archives. La Revue de synthèse

La Revue de synthèse

Eric Brian, EHESS, directeur de la Revue de synthèse


Eric Brian est convaincu que le monde de la recherche va bientôt être confronté à la question de son patrimoine scientifique. En effet comme Durkheim il pense que « la science ne se transmet pas seulement par des moyens explicites ». La transmission ne s’effectuerait pas seulement par l’intermédiaire des publications mais aussi, par exemple, au travers de documents tels que les procès verbaux des comités de rédaction qui montrent la structuration de l’activité scientifique.

Pour Eric Brian, l’importance du passé d’une discipline, et donc de ses archives, est considérable. Faire des sciences sociales sans prendre en compte les recherches du XXe siècle en se targuant de redémarrer à 0 est incongru : l’historicité des SHS est une chose à prendre très au sérieux. Pour cela il faut donc prendre en compte et gérer le passé.

Historique de la Revue de synthèse :

La revue, fondée par Henri Berr, a d’abord été diffusée par les Editions Rue d’Ulm à 350 exemplaires. Elle recevait à l’époque des subventions du Centre national du livre (CNL). Lorsque la publication est prise en charge par les Editions Albin Michel, la revue décide de changer son mode de financement et négocie la perception de droits.

La revue, qui a été le lieu de tous les débats européens de l’époque, a connu plusieurs séries au cours desquelles la politique éditoriale a évolué. Ainsi, après la seconde guerre mondiale qui chamboule considérablement les milieux savants, la revue devient moins homogène, moins historiographique : elle devient l’expression d’une autre génération, la revue se renouvelle.

Et parallèlement à la dimension scientifique, Eric Brian insiste sur la nécessité de maîtriser la dimension juridique pour asseoir la revue.

Le fonds d’archives de la revue

Les archives de la Revue de synthèse sont considérablement liées à celles de son fondateur Henri Berr, qui vivait littéralement avec sa revue : il lui arrivait de dormir dans son bureau…

Ainsi, les archives de la revue du début du XXe siècle ne reflètent pas uniquement son activité éditoriale mais aussi les projets menés par Henri Berr comme la création de la collection l’Evolution de l’Humanité et la Fondation pour la science (1925).

Lorsque l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) s’est développé, il a été décidé d’y déposer le fonds de la revue. Néanmoins, pour répondre à d’éventuelles deamndes de consultation, il faut se poser la question de la propriété de ces archives : sont-elles toutes à la revue, ou bien appartiennent-elles aux auteurs ?

Les archives administratives sont quant à elles conservées à l’heure actuelle dans les locaux de la revue.

Eric Brian précise également que dans ce domaine, le terme « archive » désigne parfois les collections antérieures.

La numérisation

En 1992, la Bibliothèque nationale de France entame avec la revue des discussions autour d’une éventuelle numérisation de ses collections. Un accord est finalement signé en 1997 : on peut consulter une grande partie des numéros sur Gallica. Cependant toutes les collections ne sont pas encore numérisées. La revue a choisi une numérisation caractère par caractère pour permettre la recherche en plein texte.

Eric Brian rappelle que la numérisation doit être accompagnée de métadonnées pertinentes.

Aujourd’hui, la part du lectorat électronique dans le chiffre d’affaire de la Revue de synthèse atteint 97% : les éditions papier sont tirées à 800 exemplaires, contre 4000 pour les éditions électroniques.

La revue en format électronique est également disponible sur le site des Editions Springler (http://www.springerlink.com/content/120527/). On peut s’abonner aux deux versions, papier et électronique.

Le site de la Revue de synthèse : http://revue-de-synthese.eu/

La revue est référencée sur l’Index Savant : http://www.indexsavant.fr/index.php?title=Revue_de_synthèse

Compte-rendu de la journée d’étude Les archives des revues, 16 novembre 2010, Maison René-Ginouvès

Louise Corvasier et Aurélie Montagne-Bôrras

Journée d’études: Les revues et leurs archives

Journée d’études : les archives des revues

Organisateurs : Bertrand Müller, CNRS Centre Maurice Halbwachs, Elisabeth Bellon, CNRS, Maison René-Ginouvès, Nanterre

16 novembre 2010

Maison René-Ginouvès à Nanterre

Compte rendu : Louise Corvasier et Aurélie Montagne-Bôrras

Matin : témoignages, expériences

Ouverture de la journée, Pierre Rouillard, directeur de la Maison René-Ginouvès

Pierre Rouillard est particulièrement heureux d’accueillir cette journée d’études sur les archives des revues à la Maison René-Ginouvès. Le choix du lieu est fort approprié puisque la Maison René-Ginouvès comporte un pôle éditorial important regroupant des revues variées et un service d’archives. Il remercie les organisateurs et les participants.

Introduction par Bertrand Müller, CNRS, directeur du RTP ArchiSHS

Bertrand Müller remercie les participants et regrette l’absence de personnes qu’il aurait aimées voir participer à cette journée comme Philippe Minard, Antoine Lilti des Annales, Martine Segalen, directrice de la revue Ethnologie française, Joëlle Jacquin de la revue Espaces et sociétés et François Siino, la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée.

Bertrand Müller explique que cette journée s’inscrit dans un programme (RTP ArchiSHS) souhaité par la direction de l’INSHS qui s’intéresse à la question du devenir des archives en SHS. Dans le cadre de ce RTP, une enquête sur les archives des laboratoires de recherche en SHS – soit plus de 300 unités – est en cours.

Par ailleurs, une journée d’études sur les archives sonores et audiovisuelles est prévue le 29 novembre 2010 et une autre journée portant sur les archives de laboratoire se tiendra le 14 décembre 2010. Bertrand Müller précise  que le RTP dont il est chargé poursuit les travaux menés par le programme ARSHS (réseau des MSH) dans lequel il était associé à Serge Wolikow.

Mais pourquoi s’intéresser aux archives des revues ? Les revues scientifiques occupent une place centrale dans la diffusion des connaissances et dans le renouvellement des disciplines, auxquelles elles apportent une identité. Elles servent aussi à l’évaluation scientifique : elles sont classées, hiérarchisées et participent à la notoriété des chercheurs et des disciplines. Par ailleurs, la numérisation aujourd’hui en pleine expansion ouvre de nouvelles perspectives de communication de l’information scientifique.

Bertrand Müller a remarqué que de nombreux titres de revues comportent le mot « archives » dans leur titre, par exemple Les archives de psychologie, ou Archives européennes de sociologie. Cela peut signifier qu’on veuille publier la mémoire d’une discipline ou d’un domaine : l’article est considéré comme une archive de ceux-ci. Ce lien entre archives et publication inscrit la revue dans une chaîne de connaissances.

Cependant il faut rappeler que même si les revues scientifiques évoquent un cumul de connaissances et de matériaux dans leur domaine, elles ne constituent pas en elles-mêmes des archives au sens propre du terme, ni des archives ouvertes. Bertrand Müller évoque la tentative en 1970 d’André Leroi-Gourhan de publier des microfiches, des textes inédits, des notes, des thèses, donc de diffuser en quelque sorte des archives dans une revue intitulée Archives et documents : il s’agissait de publier un matériel brut. Ce travail se rapprochait d’une certaine façon de l’actuel Open Archives Initiative. Bertrand Müller note qu’aujourd’hui on confond souvent les notions d’archivage avec la numérisation des collections et avec leur sauvegarde.

Bertrand Müller conclut sur ces questions : comment conserver des traces du travail intellectuel et éditorial exercé dans les revues ? Quelles archives en témoignent, même de façon partielle ou éphémère ? Et quels intérêts présentent ces archives ?

Compte-rendu de la journée d’étude Les archives des revues, 16 novembre 2010, Maison René-Ginouvès Louise Corvasier et Aurélie Montagne-Bôrras

Powered by Qumana

Les revues et leurs archives

Journée d’études: Les archives des revues

Organisateurs: Bertrand Müller, CNRS Centre Maurice Halbwachs,

Elisabeth Bellon, Maison René-Ginouvès, Nanterre

Date et lieu: le 16 novembre à la Maison René-Ginouvès à Nanterre

Les revues occupent une place centrale dans l’activité scientifique et dans la diffusion des connaissances. Elles sont aussi un maillon important de l’activité éditoriale. Elles sont soumises depuis quelques années à plusieurs transformations importantes : de plus en plus nombreuses, elles sont classées et hiérarchisées par l’évaluation scientifique; l’édition numérique conditionne aujourd’hui leur fabrication et leur diffusion. La numérisation des collections entières ouvrent également de nouvelles perspectives de consultation qui sont également soumises à des impératifs techniques mais surtout financiers.

L’archivage des revues se confond aujourd’hui précisément avec la numérisation des collections. Sans oblitérer les différentes questions qui sont liées à ces mutations, nous souhaitons dans le cadre de cette journée d’étude  nous intéresser plus particulièrement à la conservation du travail intellectuel et éditorial engagé dans la fabrication d’une revue. Quelles sont les archives produites au cours de ce travail ? Quel intérêt y a-t-il à conserver les documents issus du   travail éditorial, des délibérations sur les articles, des  choix des comités de rédaction, du travail d’élaboration des numéros, des relations avec les éditeurs et avec les institutions partenaires… ?

En premier examen, ces activités ne laissent que des traces souvent éphémères et partielles, mais c’est précisément ce qu’il nous intéresse d’interroger.

Ces réflexions s’inscrivent dans un programme plus vaste portant sur les archives de la recherche dans les sciences sociales et humaines  qui devrait aboutir à l’élaboration des propositions concrètes pour faire évoluer la question de la collecte, de la conservation et de la valorisation des archives de la recherche.

Programme

La journée d’études se déroulera en deux temps:

le matin : exposés et présentations d’expériences de revues particulières,

l’après-midi : table ronde.

Le principe de cette journée est de mettre à plat les questions et problèmes que posent la conservation ou la non-conservation des traces de la «fabrication» des revues. Il ne s’agit donc pas d’études historiques en particulier, mais bien d’un ensemble de réflexions qui pourraient déboucher sur une meilleure connaissance des différentes questions que soulèvent la gestion archivistique de cette activité..