Data Archive: documentation et métadonnées

L’un des principes majeurs du partage des données réside dans les conditions qui assurent à une donnée sa compréhension et son interprétation par un utilisateur tiers. Ce qui exige une description claire et précise des données ainsi que des informations sur le contexte de leur production.

Deux notions expriment ces exigences:

* la documentation
* les métadonnées
Si je m’en réfère à la dernière édition du Guide des bonnes pratiques publié par le UK Data Archive (mai 2011, cf fiche), elles peuvent être formulées ainsi. (cf. p. 8-10)

1) documentation.
Une donnée isolée, c’est-à-dire coupée de son contexte de production mais aussi de validité est une donnée inutile. Documenter une donnée revient à noter comment elle a été conçue et saisie, ce qu’elle signifie, à préciser son contenu et sa structure. La documentation est également décisive pour assurer une longue conservation des données.
Une bonne documentation comprend des informations sur:

  • le contexte de la collecte de données (historique du projet, ses objectifs, ses hypothèses)
  • les méthodes de collecte des données
  • la structure des données et les liens entre elles
  • la validation des données, les procédures de test, de preuves, etc.
  • les éventuels changements dans le temps
  • informations sur l’accès et les conditions d’usage ou de confidentialité

2) les métadonnéess sont des éléments de documentation qui ont une signification et un but précis. Ces sont des éléments standardisés qui décrivent l’origine, le but, la référence temporelle, la localisation géographique, le créateur, les conditions d’accès et d’utilisation des données. Les métadonnées  sont utilisées comme ressources pour la recherche de données ou comme référence pour les citations.
Ces métadonnées sont généralement structurées et standardisées selon des normes internationalement reconnues (Dublin Core, ISO19115, Data Documentation Initiative (DDI), Metadata Encoding and Transmission Standard (METS) and General International Standard Archival Description (ISAD(G)).

Il y a me semble-t-il des confusions pas encore levées concernant ces notions entre les gestionnaires de données et les archivistes, confusions entretenues en particulier par la numérisation des archives qui en font des documents qui pour être identifiés doivent être eux-aussi accompagnés de métadonnées sans lesquelles ils risqueraient de devenir inaccessibles.

Entre chercheurs ou spécialistes de disciplines différentes, en fonction des impératifs de la recherche elle-même, la précision de la documentation et des métadonnées demeurent un enjeu important et non tranché sur le fond. En particulier, les exigences de précision dans la définition des données peuvent varier d’une discipline à l’autre en fonction aussi de la complexité des données qui sont conservées.

BM/15.08.2011

DATA ARCHIVE: une mise au point et une nouvelle édition

Uk Data Archive vient de publier une nouvelle version (3e révision) de son guide pour l’archivage des données. Il peut être téléchargé à cette adresse: http://www.data-archive.ac.uk/media/2894/managingsharing.pdf

 

DATA ARCHIVE et archivage

Cette réédition me permet de souligner à nouveau quelques unes des différences qui surgissent entre l’archivage des données (Data Archive) et la pratique habituelle de l’archivage.
Le concept de DATA ARCHIVE a pour objectif de définir le plus précisément possible un ensemble de données produites par la recherche ou issues du  monde social de manière à ce que ces données soient certifiées, normalisées, formatées pour être proposée à la communauté des chercheurs pour des recherches primaires ou secondaires. Cette conception vise en effet à réduire au maximum l’hétérogénéité des données, à les inscrire dans un cadre cohérent et stable, conditions qui garantiront la possibilité de leur circulation et de leur réemploi. La priorité ici n’est pas la conservation pérenne mais le partage de données cohérentes, même si ce partage prévoit un terme qui peut être long. C’est la fonction ici qui me paraît différente. Le rapport du DATA Archive par rapport aux archives s’apparente un peu au rapport qu’entretient une bibliothèque scientifique de travail avec une Bibliothèque nationale qui a vocation a conserver dans la très longue durée.

Le concept implique dès lors une gestion contrôlée de la production des données et exige donc une relation active et forte avec les chercheurs qui produisent et utilisent ces données. Le partage de données est ici pensé comme une exigence de la vie scientifique elle-même et de la recherche.

Ce que résume le Guide en quelques sentences précises:

Partager des données, c’est

  • encourager la recherche et le débat scientifiques
  • promouvoir l’innovation et l’usage potentiel de nouvelles données
  • soutenir de nouvelles relations entre les utilisateurs et les producteurs de données
  • maximiser la transparence et la responsabilisation
  • encourager l’amélioration et la validation des méthodes
  • réduire le coût de duplication des données
  • augmenter la visibilité et l’impact de la recherche
  • soutenir la recherche qui crée des données
  • fournir des ressources pour l’éducation et la formation

Je suis bien conscient que ces objectifs ne sont pas étrangers au monde des archivistes, mais si je les rappelle ici c’est d’abord pour mettre en évidence le fait que ceux-ci se rapportent ici d’abord à une logique scientifique et non pas patrimoniale.

L’accent est porté ici sur la communication et la diffusion et non pas la sélection, l’inventaire et la conservation pérenne.

Une tendance forte est en passe de s’imposer dans le domaine de la production et gestion des données des SHS:

  • la gestion des données concerne des masses de plus en plus importantes de données, publiques et privées;
  • leur traitement fait l’objet d’efforts considérable de normalisation et de standardisation correspondant aux exigence posées de leur circulation. Ces efforts sont aujourd’hui largement internationaux, et les débats se déroulent à un niveau au moins européen;
  • à cette échelle, des enquêtes de très grandes envergures sont lancées ou en cours et concernent des domaines de plus en plus vastes, mais aussi des domaines spécifiques qui sont suivis sur de longues années;

La mise en place de dispositifs capables de traiter des données à cette échelle a entrainé des investissements importants mais encore assez disparates d’un pays à l’autre. Des infrastructures ont été créées et des personnels spécialisés se sont formés; la gestion des données s’est «professionnalisée» et partiellement autonomisée de la recherche elle-même. Producteurs et utilisateurs ne sont plus nécessairement les mêmes personnes.

Le Guide qui est proposé ici traduit ce mouvement qui ne concerne pas que les SHS, d’autres centres de données existent également pour les disciplines des sciences de la nature ou de la vie. Il émane d’ailleurs de l’Université d’Essex qui a été pionnière en ces matières et qui gère également le UK Data Archive, l’une des premières institutions du genre.

Le Guide qui est un Guide des bonnes pratiques pour les chercheurs s’adresse en priorité aux chercheurs eux-mêmes et leur proposent une démarche, des conseils et des exemples pour les inciter à déposer leurs données.

Bonnes pratiques de gestion des données
J’en donne ici simplement la table des matières qui fait office de vade-mecum.  Après deux chapitres concernant le partage et la gestion ded données, les chapitres suivants s’adressent plus spécifiquement au chercheur et lui proposent des conseils pour documenter les données (documentions, métadonnées); les formater les données, les enregistrer. Ensuite, un chapitre rappellent les règles et la déontologie, puis le copyright, les droits d’auteurs. Enfin le dernier chapitre vise plutôt les «stratégies» pour les centres de recherches.

La table des matières est assez explicite, et ici encore ne s’apparente que d’assez loin avec un tableau de gestion. Ces opérations sont semblables à celles du Records Management appliqué à la production de données, ce que traduit bien l’expression de Data Magagement!  Car ce qui est demandé  ici au chercheur c’est bien au-delà du tri, et de la documentation, une véritable mise au standards des données, condition nécessaire à leur conservation et leur circulation.
Pour les archives de la recherche, ces opérations «scientifiques» produisent aussi une véritable «sélection» des matériaux puisque, a priori, seuls les matériaux susceptibles d’être mis à ces normes seront retenus. Il y a là me semble-t-il un noeud cristallisant les différences mais aussi les effets de la gestion des données.

BM/15/08/2011

Bertrand Müller et Serge Wolikow: Sciences sociales : archives de la recherche

Une réflexion sur les archives de la recherche s’inscrit dans une perspective scientifique, plus exactement elle contribue aux débats actuels sur la scientificité des sciences sociales et dans ce sens-là elle engage leur avenir plus encore que leur passé. Elle n’est en effet nullement réductrice à une démarche conservatoire et patrimoniale. Le recours aux archives apporte des matériaux…


 

 

 

 

 

 

 

 

 

IntroductionPage 2 à 3
Bertrand Müller et Serge Wolikow   Sciences sociales : archives de la recherche

Dossier : Sciences sociales : archives de la recherchePage 4 à 24
Bertrand Müller   À la recherche des archives de la recherche. Problèmes de sens et enjeux scientifiques

Page 25 à 45
Gilles Laferté   Des archives d’enquêtes ethnographiques pour quoi faire ? Les conditions d’une revisite

Page 46 à 65
Marie Scot   Les archives britanniques des sciences sociales. Deux études de cas : UK Data Archive (UKDA) et Qualidata
[ Résumé ][ Version HTML ][ Version PDF ]

Page 66 à 87
Nicolas Mariot   Les archives de saint Besse. Conditions et réception de l’enquête directe dans le milieu durkheimien

 

WEB: https://www.cairn.info/revue-geneses-2006-2.htm

Archives scientifiques ou archives des sciences : des sources pour l’histoire

Dans cet article, Thérèse Charmasson propose un rapide historique des initiatives prises en France depuis un demi-sièclée pour le traitement des archives scientifiques. Elle propose d’ailleurs de retenir l’expression «archives des sciences» plutôt qu’«archives scientifiques» qui lui parait plus conforme à la nature et à la spécificité des archives produites par les acteurs institutionnels et personnels engagés dans la production des connaissances scientifiques.

Nous discutons de cette définition dans une autre note.

L’article définit également différentes catégories d’archives spécifiées ici en raison de leur provenance, ici encore la perspective est institutionnelle.

Sont également présentés des fonds conservés ainsi que des initiatives récentes que nous avons reprises dans des notes séparées.

1. Les archives des observatoires
2. Les papiers de Wolfgang Doeblin
3. La valorisation des archives à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg
4. Les archives personnelles de Jacques Friedel

 

Référence: Thérèse Charmasson, « Archives scientifiques ou archives des sciences : des sources pour l’histoire », La revue pour l’histoire du CNRS, no. 14 (2006), http://histoire-cnrs.revues.org/document1790.html?format=print.

Regards sur des laboratoires en sciences humaines et sociales

La Revue pour l’histoire du CNRS13 | 2005
Regards sur des laboratoires en sciences humaines et sociales

Novembre 2005
21 x 28 cm, 96 pages
ISBN 978-2-271-06349-6

WEB: http://histoire-cnrs.revues.org/370
Table des matières

* André Kaspi
Éditorial [Texte intégral]

* Dossier : Regards sur des laboratoires en sciences humaines et sociales
* Regards sur des laboratoires en sciences humaines et sociales

* Olivier Martin
Introduction [Texte intégral]

* Olivier Martin
Une étude des institutions de la recherche en histoire, philosophie et sociologie des sciences [Texte intégral]

* Corine Defrance
La reconversion d’une institution singulière [Texte intégral]
L’association au CNRS du Centre d’études germaniques de Strasbourg (1968)

* Jean-Christophe Marcel
Le déploiement de la recherche au Centre d’études sociologiques (1945-1960) [Texte intégral]

* D’un thème à l’autre
* Guillaume Lachenal
L’invention africaine de l’écologie française [Texte intégral]
Histoire de la station de Lamto (Côte d’Ivoire), 1942-1976

* Claude Ghiati, Isabelle Havelange et Brigitte Keriven
La Bibliographie annuelle de l’histoire de France (1955-2005) : un outil pour la recherche [Texte intégral]

* Martine Segalen1
Un regard sur le Centre d’ethnologie française [Texte intégral]

* Documents
* Girolamo Ramunni
La création d’un département d’ingénierie au CNRS [Texte intégral]

* Témoignages
* Thierry Gauquelin, Marcel Delpoux, Guy Durrieu, André Fabre, Jacques Fontès, Pierrette Gouaux, Philippe Le Caro et Marie-Hélène O’Donoghue
Histoire du Service de la carte de la végétation de la France1 [Texte intégral]

Archives des mathématiques

Je signale, ici, l’achèvement d’une entreprise de mise en archive scientifique.

http://nouvelles-annales-poincare.univ-nancy2.fr/

Une base référençant les auteurs des « Nouvelles annales de Mathématiques » a été créée. 1835 auteurs ont ainsi contribué plus de 5000 fois au cours des 65 années d’existence de la revue à l’écriture d’articles et à la rédaction de courriers publiés. Cette application web, destinée aux chercheurs en histoire des mathématiques, permet l’interrogation et la consultation de la base des auteurs ainsi que la navigation vers le texte intégral des articles accessibles via la plateforme NUMDAM.

Cette recherche est soutenue par l’ANR (Sources du savoir mathématiques au début du 20e siècle), la Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine (opérations Hise et Kultmat), les Archives Poincaré (UMR 7117 du CNRS – Nancy Université), le GHDSO (Paris-Orsay) et le programme NUMDAM de la cellule Mathdoc qui a numérisé les Nouvelles Annales.

Archivologie

Knut Ebeling et Stephan Günzel, Archivologie. Theorien des Archivs in Philosophie, Medien und Künsten (Berlin: Kulturverlag Kadmos, 2009).

L’ouvrage de K. Ebeling et St. Günzel est important car il inscrit une réflexion sur l’archivistique dans un cadre contemporain qui ne se limite pas au domaine des archives elles-mêmes mais qui concerne les transformations des sociétés modernes ou post-modernes. Pour les auteurs, le discours sur l’archive en est à son apogée depuis la chute du mur, l’expansion de nouvelles économies et l’émergence de nouvelles guerres. Pour donner à leur réflexion cette dimension globale, ils suggèrent de reprendre le terme proposé par J. Derrida : archivologie.

Voici comment Derrida précisait sa formule: « Représentons-nous le programme d’une archivologie générale, un mot, qui n ‘existe pas, mais qui peut décrire une science générale et interdisciplinaire de l’archive.» (La fièvre de l’archive, 1994).

Mais pour les auteurs, l’archive ne se réduit pas à un processus de déconstruction ni au passage d’une histoire à une post-histoire, c’est aussi la conséquence d’un phénomène médiatique, l’idée que la réalité a subi des changements dramatiques.

Le XXe siècle a été marqué par des déplacements importants de l’écrit au non-écrit (Ungeschrieben), de la matérialité à l’immatérialité, de la visibilité à la dissimulation, de la conservation à la conversion. Les frontières entre les disciplines se déplacent et sont marquées par la révolution numérique, les bibliothèques ont délaissé l’archive à l’autorité des algorithmes. (cf. p. 8)

L’archive dans ce contexte a une fonction particulière, elle régule l’accession à l’information, l’articulation du visible et du caché ou du dissimulé. L’inflation archivistique contemporaine s’apparente aussi à une «esthétique du caché» (Entbergen). Dans de nombreux domaines (les arts, les sciences, la littérature) des objets ont été dissimulé; de toue part, on extirpe (heraushebt) des archives pour révéler ce qui avait été dissimulé (Ubersehen).

Les auteurs formulent ainsi une proposition intéressante qui émancipe l’archive de l’histoire, puisque dans ces processus, la pensée de l’archive apparait plus fondamentale que le prétendu «retour à l’histoire» . Dans cette perspective le «tournant archivistique» ne se confond pas ni n’appelle ici un retour à «l’historicisme». L’archive devient le lieu spécifique d’une narration, le récit de ce qui peut être autre ou comme le disent les auteurs elle s’apparente à un Chambre du réel «Kammer des Realen» (selon l’expression de K. Wismann).

L’un des intérêts de l’ouvrage réside précisément dans la volonté des auteurs de dissocier l’archive et l’histoire, de ne pas sombrer dans la métaphorisation de l’archive-mémoire en insistant sur la notion d’archive comme institution. L’archive aurait ainsi deux corps: un corps institutionnel instauré dans sa version moderne à partir de la Révolution française, un corps «immatériel» qui renvoie à un domaine, au domaine de ce qui peut être énoncé à un moment donné (c’est la définition de Foucault), mais ici les auteurs insistent surtout sur le rapport à la règle et au droit. Aussi celui qui se rapport aujourd’hui à l’archive ne se réfère pas à la production de la connaissance, mais à ses mécanismes primaires. « Aussi peut-on penser aujourd’hui avec quelque pertinence, que le lieu du savoir aujourd’hui n’est plus la bibliothèque mais l’archive.» (p. 12)

Une articulation nouvelle entre institution et théorie de l’archive

 

Une réédition mise à jour…

Sophie Coeuré et Vincent Duclert ont entièrement réécrit le petit ouvrage utile qu’ils avaient consacré aux archives (Les archives, Paris: Editions La Découverte, 2011 (Repères)).  Cette réécriture se justifiait aux yeux des auteurs par les changements intervenus en France comme à l’étranger dans le monde des Archives. La nouvelle loi sur le patrimoine de 2008 confirme la «patrimonialisation» des archives et l’usage «historique» des archives dans un contexte de crises mémorielles balise ici la scène archivistique saisie par l’ouvrage qui demeure aussi limité à une approche institutionnelle et historienne des archives.
Cette perspective tenait ainsi à l’écart certaines des transformations récentes du statut et des fonctions de l’archive dans les sociétés contemporaines. A commencer par ce phénomène si paradoxal et pourtant majeur: la mise au singulier de l’archive qui a signifié en fait une extension et une prolifération considérable des archives (les documents) et leur émancipation des Archives (l’institution de conservation).
D’autre part, la conversion numérique, radicale, irrévocable, et totale, qui marque l’affirmation d’un nouveau régime documentaire et par conséquent archivistique n’est pas véritablement analysée.
Enfin et cela concerne plus particulièrement des questions qui nous sont plus proches, rien n’est dit de la question si importante pourtant des archives scientifiques. Leur absence témoigne d’ailleurs d’un refoulement qui concerne les Archives en premier lieu, donc l’institution qui au delà des difficultés récentes, n’a jamais été en mesure de prendre efficacement en charge des gisements documentaires complexes. Aussi bien si j’insiste sur cette question, c’est moins pour pointer d’éventuelles défaillances que pour souligner un problème: pour comprendre l’absence des archives scientifiques, il faudrait remonter dans le temps, revenir aux Lumières lorsque les Académies prennent en charge la conservation du patrimoine scientifique, et repérer à quel moment cette ligne de continuité a été interrompue. Il faudrait aussi ne pas isoler les archives des dispositifs plus généraux dont elles ne sont qu’un des éléments, en particulier les bibliothèques, les musées, plus tard les centres de documentation. Insérées dans des dispositifs de communication et d’information, les archives s’inscrivent également dans des régimes documentaires et informationnels qui sont aujourd’hui en pleine mutation.

Pour ma part, il me semble que ces mutations marquent plus qu’un changement de cycle historique repris en conclusion de l’ouvrage. Les mutations archivistiques qui ne sont pas seulement des effets des bouleversements technologiques, se développent dans des mutations intellectuelles, sociales et scientifiques. Un cycle s’est décomposé pourtant qui liait étroitement depuis le début du XIXe siècle archives et histoire, il se pourrait dès lors que la «conscience des archives» échappe largement aux historiens, qu’elle échappe même au patrimoine, à la nostalgie des mondes disparus, pour exprimer quelque chose de la crise de notre propre modernité, de sa fragilité et des incertitudes de l’avenir.

Archives privées

Joux, Christine. 2008. Les archives privées : manuel pratique et juridique. Paris: Direction des Archives de France / La Documentation française.

4e couverture:

Cet ouvrage fait la synthèse de plus d’un demi-siècle d’intérêt des archivistes pour les archives privées, qui s’est traduit par une politique nationale de recensement, de collecte, de préservation et de mise en valeur. Initialement restreinte aux archives personnelles et familiales et aux papiers d’érudits, la notion d’archives privées a été progressivement élargie aux archives économiques et financières, aux archives de presse, des hommes et des partis politiques, puis des architectes, des syndicats et des associations, etc.

Après avoir replacé cette catégorie particulière d’archives dans l’évolution du statut juridique des archives depuis la loi du 7 messidor an II (25 juin 1794) jusqu’aux récents projets de loi, Les archives privées pose les différents modes d’entrée possibles dans les services d’archives (dépôt, don, legs, dation, acquisition) avant d’aborder le traitement de fonds, depuis leur prise en charge jusqu’a leur communication et à leur mise en valeur. Le manuel traite également des régîmes juridiques de protection français (dont le classement comme archives historiques) et européen, ainsi que des conditions ou dispositions législatives encadrant la divulgation des archives privées.

Ce manuel comporte enfin plusieurs encadres thématiques, des annexes (modèles de demande de subvention, de pacte adjoint, de lettre d’intention ou d’acceptation de don manuel, de contrat de dépôt, de prêt pour reproduction, d’autorisation de consultation, encodage en EAD), des bibliographies sélectives, une table des textes juridiques et réglementaires cités et un index. Les archives privées se veut ainsi un ouvrage pratique a destination de tous les professionnels des archives, mais aussi des étudiants et des particuliers.

Archives & sciences sociales

Cornu, Marie, et Jérôme Fromageau, éd. 2006. Archives et sciences sociales. Aspects juridiques et coopértions scientifiques. Paris: L’Harmattan.

4e de couverture:

Les archives du savoir en sciences sociales, traces multiples de la pensée (l’écrit, l’oral et plus largement l’ensemble des nouveaux supports), posent un certain nombre de questions juridiques d’un maniement délicat. La consultation et l’utilisation de ces documents d’utilité publique se heurtent parfois à des intérêts privés (droit d’auteur, vie privée).

D’où l’actualité d’une réflexion autour de leur statut, de leur régime et de la nécessaire articulation entre logique privative et intérêt public de production et d’accès à la connaissance.

Cet ouvrage évoque aussi les différents partenariats mis en œuvre entre archivistes et historiens, entre le monde de la conservation et celui de la recherche, qu’ils aient été initiés par la direction des Archives de France, par les centres des Archives nationales ou encore par les services territoriaux d’archives. Ces expériences illustrent la diversité et la richesse de la coopération entre les Archives et l’Université.

Au-delà du constat, les perspectives de développement de ces collaborations sont esquissées, plaidant pour une coopération institutionnelle plus large et un partenariat scientifique renforcé.

Les archives dans l’université…

Robert, Olivier, éd. 2009. Les archives dans l’université : actes du Colloque international, Université de Lausanne, 30 et 31 octobre 2008. Bern: P. Lang.

Extrait du quatrième de couverture:

Les archives d’université constituent une branche particulière relativement récente de l’archivistique. A la fois archives administratives, d’enseignement et de recherche, publiques et privées, elles intéressent tout le cycle des documents et peuvent concerner la panoplie complète des supports d’information. Leur diversité et leur statut hybride leur confèrent un intérêt tout particulier. […]

Entre les différentes dimensions du service d’archives,  la fois laboratoire technique et plus-value institutionnelle, il s’agit de mesurer sa place, son rôle et sa mission face aux défis professionnels les plus actuels.

De l’archive au document…

Depuis le début du XIXe siècle on a assisté, me semble-t-il, à trois régimes documentaires : le premier que je caractériserai comme un régime archivistique, se fonde sur l’écrit et en partie sur l’imprimé. Il prend des formes nouvelles avec la création des archives nationales, l’autonomisation de l’histoire et la professionnalisation d’une filière archivistique.

Au début du XXe siècle, s’affirme un nouveau régime : celui de la documentation. Il est lié à l’industrialisation, à la multiplication de l’écrit et de l’imprimé. La notion de documentation se crée d’ailleurs dans les années 1920 pendant lesquelles des centres de documentation scientifique, administrative, mais aussi industrielle se créent et prolifèrent.

Enfin, à partir des années 1970 et surtout les années 1980, la numérisation et surtout Internet bousculent les ordres anciens, les transforment sans les anéantir cependant.

Je voudrais insister ici sur quelques unes des pratiques caractéristiques liées à chacun de ces ordres. J’en retiendrai également trois aspects : la relation au temps, la mémoire matérielle, le document.

L’article au complet:

Müller, Bertrand. 2010. “De l’archive au document. Remarques sur l’évolution des régimes documentaires entre le XIXe et le XXIe siècle.” Dans Historiographie & archivistique. Ecriture et méthodes de l’histoire à l’aune de la mise en archives, Territoires contemporains, éd. Philippe Poirrier et Julie Lauvernier. Dijon: Université de Dijon, Centre Georges Chevrier.

Hottin Christian, Des hommes, des lieux, des archives

Une note de lecture sur:

Hottin Christian, Des hommes, des lieux, des archives : pour une autre
pratique de l’archivistique, Paris : LAHIC et Mission à l’ethnologie, 2009 par Anne-Marie Bruleaux

Disponible ici:
http://tristan.u-bourgogne.fr/UMR5605/publications/historiographie/historiographie.html