DATA ARCHIVE: une mise au point et une nouvelle édition

Uk Data Archive vient de publier une nouvelle version (3e révision) de son guide pour l’archivage des données. Il peut être téléchargé à cette adresse: http://www.data-archive.ac.uk/media/2894/managingsharing.pdf

 

DATA ARCHIVE et archivage

Cette réédition me permet de souligner à nouveau quelques unes des différences qui surgissent entre l’archivage des données (Data Archive) et la pratique habituelle de l’archivage.
Le concept de DATA ARCHIVE a pour objectif de définir le plus précisément possible un ensemble de données produites par la recherche ou issues du  monde social de manière à ce que ces données soient certifiées, normalisées, formatées pour être proposée à la communauté des chercheurs pour des recherches primaires ou secondaires. Cette conception vise en effet à réduire au maximum l’hétérogénéité des données, à les inscrire dans un cadre cohérent et stable, conditions qui garantiront la possibilité de leur circulation et de leur réemploi. La priorité ici n’est pas la conservation pérenne mais le partage de données cohérentes, même si ce partage prévoit un terme qui peut être long. C’est la fonction ici qui me paraît différente. Le rapport du DATA Archive par rapport aux archives s’apparente un peu au rapport qu’entretient une bibliothèque scientifique de travail avec une Bibliothèque nationale qui a vocation a conserver dans la très longue durée.

Le concept implique dès lors une gestion contrôlée de la production des données et exige donc une relation active et forte avec les chercheurs qui produisent et utilisent ces données. Le partage de données est ici pensé comme une exigence de la vie scientifique elle-même et de la recherche.

Ce que résume le Guide en quelques sentences précises:

Partager des données, c’est

  • encourager la recherche et le débat scientifiques
  • promouvoir l’innovation et l’usage potentiel de nouvelles données
  • soutenir de nouvelles relations entre les utilisateurs et les producteurs de données
  • maximiser la transparence et la responsabilisation
  • encourager l’amélioration et la validation des méthodes
  • réduire le coût de duplication des données
  • augmenter la visibilité et l’impact de la recherche
  • soutenir la recherche qui crée des données
  • fournir des ressources pour l’éducation et la formation

Je suis bien conscient que ces objectifs ne sont pas étrangers au monde des archivistes, mais si je les rappelle ici c’est d’abord pour mettre en évidence le fait que ceux-ci se rapportent ici d’abord à une logique scientifique et non pas patrimoniale.

L’accent est porté ici sur la communication et la diffusion et non pas la sélection, l’inventaire et la conservation pérenne.

Une tendance forte est en passe de s’imposer dans le domaine de la production et gestion des données des SHS:

  • la gestion des données concerne des masses de plus en plus importantes de données, publiques et privées;
  • leur traitement fait l’objet d’efforts considérable de normalisation et de standardisation correspondant aux exigence posées de leur circulation. Ces efforts sont aujourd’hui largement internationaux, et les débats se déroulent à un niveau au moins européen;
  • à cette échelle, des enquêtes de très grandes envergures sont lancées ou en cours et concernent des domaines de plus en plus vastes, mais aussi des domaines spécifiques qui sont suivis sur de longues années;

La mise en place de dispositifs capables de traiter des données à cette échelle a entrainé des investissements importants mais encore assez disparates d’un pays à l’autre. Des infrastructures ont été créées et des personnels spécialisés se sont formés; la gestion des données s’est «professionnalisée» et partiellement autonomisée de la recherche elle-même. Producteurs et utilisateurs ne sont plus nécessairement les mêmes personnes.

Le Guide qui est proposé ici traduit ce mouvement qui ne concerne pas que les SHS, d’autres centres de données existent également pour les disciplines des sciences de la nature ou de la vie. Il émane d’ailleurs de l’Université d’Essex qui a été pionnière en ces matières et qui gère également le UK Data Archive, l’une des premières institutions du genre.

Le Guide qui est un Guide des bonnes pratiques pour les chercheurs s’adresse en priorité aux chercheurs eux-mêmes et leur proposent une démarche, des conseils et des exemples pour les inciter à déposer leurs données.

Bonnes pratiques de gestion des données
J’en donne ici simplement la table des matières qui fait office de vade-mecum.  Après deux chapitres concernant le partage et la gestion ded données, les chapitres suivants s’adressent plus spécifiquement au chercheur et lui proposent des conseils pour documenter les données (documentions, métadonnées); les formater les données, les enregistrer. Ensuite, un chapitre rappellent les règles et la déontologie, puis le copyright, les droits d’auteurs. Enfin le dernier chapitre vise plutôt les «stratégies» pour les centres de recherches.

La table des matières est assez explicite, et ici encore ne s’apparente que d’assez loin avec un tableau de gestion. Ces opérations sont semblables à celles du Records Management appliqué à la production de données, ce que traduit bien l’expression de Data Magagement!  Car ce qui est demandé  ici au chercheur c’est bien au-delà du tri, et de la documentation, une véritable mise au standards des données, condition nécessaire à leur conservation et leur circulation.
Pour les archives de la recherche, ces opérations «scientifiques» produisent aussi une véritable «sélection» des matériaux puisque, a priori, seuls les matériaux susceptibles d’être mis à ces normes seront retenus. Il y a là me semble-t-il un noeud cristallisant les différences mais aussi les effets de la gestion des données.

BM/15/08/2011

Archives scientifiques ou archives des sciences : des sources pour l’histoire

Dans cet article, Thérèse Charmasson propose un rapide historique des initiatives prises en France depuis un demi-sièclée pour le traitement des archives scientifiques. Elle propose d’ailleurs de retenir l’expression «archives des sciences» plutôt qu’«archives scientifiques» qui lui parait plus conforme à la nature et à la spécificité des archives produites par les acteurs institutionnels et personnels engagés dans la production des connaissances scientifiques.

Nous discutons de cette définition dans une autre note.

L’article définit également différentes catégories d’archives spécifiées ici en raison de leur provenance, ici encore la perspective est institutionnelle.

Sont également présentés des fonds conservés ainsi que des initiatives récentes que nous avons reprises dans des notes séparées.

1. Les archives des observatoires
2. Les papiers de Wolfgang Doeblin
3. La valorisation des archives à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg
4. Les archives personnelles de Jacques Friedel

 

Référence: Thérèse Charmasson, « Archives scientifiques ou archives des sciences : des sources pour l’histoire », La revue pour l’histoire du CNRS, no. 14 (2006), http://histoire-cnrs.revues.org/document1790.html?format=print.

Archivologie

Knut Ebeling et Stephan Günzel, Archivologie. Theorien des Archivs in Philosophie, Medien und Künsten (Berlin: Kulturverlag Kadmos, 2009).

L’ouvrage de K. Ebeling et St. Günzel est important car il inscrit une réflexion sur l’archivistique dans un cadre contemporain qui ne se limite pas au domaine des archives elles-mêmes mais qui concerne les transformations des sociétés modernes ou post-modernes. Pour les auteurs, le discours sur l’archive en est à son apogée depuis la chute du mur, l’expansion de nouvelles économies et l’émergence de nouvelles guerres. Pour donner à leur réflexion cette dimension globale, ils suggèrent de reprendre le terme proposé par J. Derrida : archivologie.

Voici comment Derrida précisait sa formule: « Représentons-nous le programme d’une archivologie générale, un mot, qui n ‘existe pas, mais qui peut décrire une science générale et interdisciplinaire de l’archive.» (La fièvre de l’archive, 1994).

Mais pour les auteurs, l’archive ne se réduit pas à un processus de déconstruction ni au passage d’une histoire à une post-histoire, c’est aussi la conséquence d’un phénomène médiatique, l’idée que la réalité a subi des changements dramatiques.

Le XXe siècle a été marqué par des déplacements importants de l’écrit au non-écrit (Ungeschrieben), de la matérialité à l’immatérialité, de la visibilité à la dissimulation, de la conservation à la conversion. Les frontières entre les disciplines se déplacent et sont marquées par la révolution numérique, les bibliothèques ont délaissé l’archive à l’autorité des algorithmes. (cf. p. 8)

L’archive dans ce contexte a une fonction particulière, elle régule l’accession à l’information, l’articulation du visible et du caché ou du dissimulé. L’inflation archivistique contemporaine s’apparente aussi à une «esthétique du caché» (Entbergen). Dans de nombreux domaines (les arts, les sciences, la littérature) des objets ont été dissimulé; de toue part, on extirpe (heraushebt) des archives pour révéler ce qui avait été dissimulé (Ubersehen).

Les auteurs formulent ainsi une proposition intéressante qui émancipe l’archive de l’histoire, puisque dans ces processus, la pensée de l’archive apparait plus fondamentale que le prétendu «retour à l’histoire» . Dans cette perspective le «tournant archivistique» ne se confond pas ni n’appelle ici un retour à «l’historicisme». L’archive devient le lieu spécifique d’une narration, le récit de ce qui peut être autre ou comme le disent les auteurs elle s’apparente à un Chambre du réel «Kammer des Realen» (selon l’expression de K. Wismann).

L’un des intérêts de l’ouvrage réside précisément dans la volonté des auteurs de dissocier l’archive et l’histoire, de ne pas sombrer dans la métaphorisation de l’archive-mémoire en insistant sur la notion d’archive comme institution. L’archive aurait ainsi deux corps: un corps institutionnel instauré dans sa version moderne à partir de la Révolution française, un corps «immatériel» qui renvoie à un domaine, au domaine de ce qui peut être énoncé à un moment donné (c’est la définition de Foucault), mais ici les auteurs insistent surtout sur le rapport à la règle et au droit. Aussi celui qui se rapport aujourd’hui à l’archive ne se réfère pas à la production de la connaissance, mais à ses mécanismes primaires. « Aussi peut-on penser aujourd’hui avec quelque pertinence, que le lieu du savoir aujourd’hui n’est plus la bibliothèque mais l’archive.» (p. 12)

Une articulation nouvelle entre institution et théorie de l’archive

 

Une réédition mise à jour…

Sophie Coeuré et Vincent Duclert ont entièrement réécrit le petit ouvrage utile qu’ils avaient consacré aux archives (Les archives, Paris: Editions La Découverte, 2011 (Repères)).  Cette réécriture se justifiait aux yeux des auteurs par les changements intervenus en France comme à l’étranger dans le monde des Archives. La nouvelle loi sur le patrimoine de 2008 confirme la «patrimonialisation» des archives et l’usage «historique» des archives dans un contexte de crises mémorielles balise ici la scène archivistique saisie par l’ouvrage qui demeure aussi limité à une approche institutionnelle et historienne des archives.
Cette perspective tenait ainsi à l’écart certaines des transformations récentes du statut et des fonctions de l’archive dans les sociétés contemporaines. A commencer par ce phénomène si paradoxal et pourtant majeur: la mise au singulier de l’archive qui a signifié en fait une extension et une prolifération considérable des archives (les documents) et leur émancipation des Archives (l’institution de conservation).
D’autre part, la conversion numérique, radicale, irrévocable, et totale, qui marque l’affirmation d’un nouveau régime documentaire et par conséquent archivistique n’est pas véritablement analysée.
Enfin et cela concerne plus particulièrement des questions qui nous sont plus proches, rien n’est dit de la question si importante pourtant des archives scientifiques. Leur absence témoigne d’ailleurs d’un refoulement qui concerne les Archives en premier lieu, donc l’institution qui au delà des difficultés récentes, n’a jamais été en mesure de prendre efficacement en charge des gisements documentaires complexes. Aussi bien si j’insiste sur cette question, c’est moins pour pointer d’éventuelles défaillances que pour souligner un problème: pour comprendre l’absence des archives scientifiques, il faudrait remonter dans le temps, revenir aux Lumières lorsque les Académies prennent en charge la conservation du patrimoine scientifique, et repérer à quel moment cette ligne de continuité a été interrompue. Il faudrait aussi ne pas isoler les archives des dispositifs plus généraux dont elles ne sont qu’un des éléments, en particulier les bibliothèques, les musées, plus tard les centres de documentation. Insérées dans des dispositifs de communication et d’information, les archives s’inscrivent également dans des régimes documentaires et informationnels qui sont aujourd’hui en pleine mutation.

Pour ma part, il me semble que ces mutations marquent plus qu’un changement de cycle historique repris en conclusion de l’ouvrage. Les mutations archivistiques qui ne sont pas seulement des effets des bouleversements technologiques, se développent dans des mutations intellectuelles, sociales et scientifiques. Un cycle s’est décomposé pourtant qui liait étroitement depuis le début du XIXe siècle archives et histoire, il se pourrait dès lors que la «conscience des archives» échappe largement aux historiens, qu’elle échappe même au patrimoine, à la nostalgie des mondes disparus, pour exprimer quelque chose de la crise de notre propre modernité, de sa fragilité et des incertitudes de l’avenir.

Hottin Christian, Des hommes, des lieux, des archives

Une note de lecture sur:

Hottin Christian, Des hommes, des lieux, des archives : pour une autre
pratique de l’archivistique, Paris : LAHIC et Mission à l’ethnologie, 2009 par Anne-Marie Bruleaux

Disponible ici:
http://tristan.u-bourgogne.fr/UMR5605/publications/historiographie/historiographie.html

Un article utile sur les archives des centres de recherche

Le statut équivoque des archives des centres de recherche en SHS (mixité privé/public) pose un certains nombre de problèmes d’ordre archivistique et juridique aux personnes responsables de leur collecte, traitement et communication. Cet article, qui concerne exclusivement les archives sur support traditionnel, été réalisé à la suite des journées FREDOC 2006, à la destination des agents du CNRS responsables de fonds d’archives.

Goulven Le Brech

Pour plus d’information, voyez:  http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00212235/fr/

Une réflexion sur les archives des sciences sociales

Müller, Bertrand. 2006. “A la recherche des archives de la recherche. Problèmes de sens et enjeux scientifiques.” Genèses. Histoire et sciences sociales (63).

https://www.cairn.info/revue-geneses-2006-2-page-4.htm

Les sciences sociales sont des sciences doublement historiques : inscrites dans un contexte historique, elles s’intéressent également à des objets sociaux qui sont eux aussi historiques par nature. Dès lors, les archives des sciences sociales participent elles aussi d’une double historicité. C’est ce qui explique en partie qu’elles ont été négligées par les établissements habituels de conservation. Cette absence peut se comprendre également par l’histoire des régimes de pratiques qui conditionnent des régimes d’archives. En tant que données conservées, elles ne peuvent être réduites à l’archive car elles doivent demeurer accessibles, disponibles, mobiles.

Social sciences are historical in two ways : they are part of a particular historical context and, at the same time, they are concerned with social objects that are also historical by nature. As a result, social science archives take part, in turn, in this twofold historicity. This partly explains why they have been neglected by the usual institutions of preservation. The absence of interest may also be due to the history of the system pf practices that conditions archive systems. As preserved data, they cannot be reduced to mere archives, for they must remain accessible, available and mobile.