Archiver, partager les données. Le réseau Quételet

Le réseau Quételet. Réseau français des centres de données pour les sciences sociales

web: http://www.reseau-quetelet.cnrs.fr/spip/

Ce n’est pas un Institut qui gère aujourd’hui la conservation et le partage des données en France, mais un réseau, le réseau Quételet constitué autour de plusieurs institutions:

La structure
Il est placé sous la responsabilité du Comité de Concertation pour les Données en Sciences Humaines et Sociales (CCDSHS) qui a en charge la politique nationale de données au Ministère de la Recherche.
Le Comité coordonne l’accès aux micro-données et apporte des soutiens à la formation à l’utilisation des données ainsi qu’à la collecte et à la documentation de données utiles à la recherche.

Il est composé de trois partenaires:
* CDSP Centre de Données Socio-Politiques, Grenoble
* CMH-ADISP Centre Maurice Halbwachs – Archives de Données Issues de la Statistique Publique, Paris
* INED Institut National d’Etudes Démographiques, Paris
et de plateformes universitaires qui forment à l’utilisation des données.
* Lille, depuis 2003,  (PUDL)
* Lyon, depuis 2008,  (DATA SHS)
* Caen, depuis 2011,  (PUDC)
Ces plateformes proposent une aide à la recherche, à l’acquisition et à la mise en œuvre des fichiers de données, des formations à la compréhension, à l’utilisation et au traitement de ces données, des formations à l’utilisation d’outils informatiques et statistiques

Les données
Le réseau gère la collecte, la conservation et le partage des données françaises pour les SHS, il s’agit essentiellement de données provenant de

* Grandes enquêtes, recensements et autres bases de données issues de la statistique publique française
* Grandes enquêtes françaises provenant de la recherche

Il propose aussi un accès privilégié à des enquêtes internationales. Le réseau Quételet est membre du CESSDA, structure européenne d’échanges de données.
Il est placé sous la responsabilité du Comité de Concertation pour les Données en Sciences Humaines et Sociales (CCDSHS) qui a en charge la politique nationale de données au Ministère de la Recherche
Le Comité coordonne l’accès aux micro-données et apporte des soutiens à la formation à l’utilisation des données ainsi qu’à la collecte et à la documentation de données utiles à la recherche.

Les Missions
Les missions du réseau sont de trois ordres:

* L’archivage des données auprès des chercheurs (prospection et recueil des enquêtes, documentation des données, indexation des données, construction des métadonnées)
* La diffusion gratuite des données (envoi de fichiers de données aux utilisateurs, contrôle déontologique des opérations, conseil et formation auprès des utilisateurs)
* La valorisation des données (veille méthodologique,, liens avec les producteurs et les chercheurs en Sciences Sociales, mise à disposition de fichiers pédagogiques, participation aux temps forts de la communauté scientifique (séminaires de recherche, ateliers de formation)

Archivage

La conservation des données est inséparable de leur communication, mais précisément seule une conservation de bonne qualité qui suppose un bon archivage est garant de la qualité des données, ressources rares et onéreuses, qui seront proposées.
En conséquence, le réseau assure la pérennité de l’archivage sur le long terme (veille permanente) correspond aussi à une authentification, un contrôle et une valorisation des données qui reposent sur des standards professionnels de documentation des jeux de données. Pour réaliser ces opérations, le réseau coopère avec les Archives nationales et encourage la mise en place de Comités d’archivage historique dans les institutions concernées par la production de données en sciences sociales.

BM/17.08.2011

Un site: ImageSon.org

ImageSon.org.

Écriture électronique, image et son en sciences humaines – Études méditerranéennes

Maryline Crivello
Ministère de la Recherche (ACI Numérisation et ACI TTT)
PRÉSENTATION

ImageSon.org est un lieu d’expérimentation, de confrontation et d’édition sur les liens multiples du texte et de l’image dans
l’écriture scientifique et la transmission des savoirs en sciences sociales.
Le domaine de référence est celui de l’image, saisie d’emblée selon une approche classique de l’iconographie, dans la
variété des supports techniques (dessins, gravures, photographies, cinéma, médias audiovisuels, images numériques,…)
mais également conçue comme l’ensemble des dispositifs visuels (paysages, écrans, scénographies, …), identifiée comme
donnée à des fin de recherches et comme objet d’investigation ou de représentation du réel.
L’inflexion mise sur les études méditerranéennes correspond au rattachement institutionnel du site, la Maison
Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) et au Réseau d’excellence euroméditerranéen en SHS (REMSH 2)
qu’elle pilote, mais n’est pas une exclusive.

web: ImageSon.org

 

Archiviste et historien

Martine de Boisdeffre, « Les archives à l’ère du numérique. Entretien », Le Débat, no. 158 (2010): 61-70.

« Les temps sont finis où seuls les historiens avaient un rapport avec les archives en tant que lieu matériel où ils lisaient des pièces matérielles dont ils se faisaient les interprètes et les passeurs. Aujourd’hui, ce rapport tend à se dématérialiser; c’est un rapport à distance, mais beaucoup plus étroit, qu’entretiennent avec les archives non seulement les chercheurs, si importante que reste leur présence, mais encore les membres d’un public fort large pour qui elles ont une dimension utilitaire, qu’elles intéressent soit pour des raisons familiales et généalogiques, soit pour des raisons entrepreneuriales ou commerciales.
Le public est aujourd’hui beaucoup plus diversifié que naguère, et l’archiviste a depuis longtemps cessé d’être cette figure frileuse, enfermée dans son bureau, coupée du monde réel et qui ne s’occupe que de vieilles choses.» (p. 69)

Archivologie

Knut Ebeling et Stephan Günzel, Archivologie. Theorien des Archivs in Philosophie, Medien und Künsten (Berlin: Kulturverlag Kadmos, 2009).

L’ouvrage de K. Ebeling et St. Günzel est important car il inscrit une réflexion sur l’archivistique dans un cadre contemporain qui ne se limite pas au domaine des archives elles-mêmes mais qui concerne les transformations des sociétés modernes ou post-modernes. Pour les auteurs, le discours sur l’archive en est à son apogée depuis la chute du mur, l’expansion de nouvelles économies et l’émergence de nouvelles guerres. Pour donner à leur réflexion cette dimension globale, ils suggèrent de reprendre le terme proposé par J. Derrida : archivologie.

Voici comment Derrida précisait sa formule: « Représentons-nous le programme d’une archivologie générale, un mot, qui n ‘existe pas, mais qui peut décrire une science générale et interdisciplinaire de l’archive.» (La fièvre de l’archive, 1994).

Mais pour les auteurs, l’archive ne se réduit pas à un processus de déconstruction ni au passage d’une histoire à une post-histoire, c’est aussi la conséquence d’un phénomène médiatique, l’idée que la réalité a subi des changements dramatiques.

Le XXe siècle a été marqué par des déplacements importants de l’écrit au non-écrit (Ungeschrieben), de la matérialité à l’immatérialité, de la visibilité à la dissimulation, de la conservation à la conversion. Les frontières entre les disciplines se déplacent et sont marquées par la révolution numérique, les bibliothèques ont délaissé l’archive à l’autorité des algorithmes. (cf. p. 8)

L’archive dans ce contexte a une fonction particulière, elle régule l’accession à l’information, l’articulation du visible et du caché ou du dissimulé. L’inflation archivistique contemporaine s’apparente aussi à une «esthétique du caché» (Entbergen). Dans de nombreux domaines (les arts, les sciences, la littérature) des objets ont été dissimulé; de toue part, on extirpe (heraushebt) des archives pour révéler ce qui avait été dissimulé (Ubersehen).

Les auteurs formulent ainsi une proposition intéressante qui émancipe l’archive de l’histoire, puisque dans ces processus, la pensée de l’archive apparait plus fondamentale que le prétendu «retour à l’histoire» . Dans cette perspective le «tournant archivistique» ne se confond pas ni n’appelle ici un retour à «l’historicisme». L’archive devient le lieu spécifique d’une narration, le récit de ce qui peut être autre ou comme le disent les auteurs elle s’apparente à un Chambre du réel «Kammer des Realen» (selon l’expression de K. Wismann).

L’un des intérêts de l’ouvrage réside précisément dans la volonté des auteurs de dissocier l’archive et l’histoire, de ne pas sombrer dans la métaphorisation de l’archive-mémoire en insistant sur la notion d’archive comme institution. L’archive aurait ainsi deux corps: un corps institutionnel instauré dans sa version moderne à partir de la Révolution française, un corps «immatériel» qui renvoie à un domaine, au domaine de ce qui peut être énoncé à un moment donné (c’est la définition de Foucault), mais ici les auteurs insistent surtout sur le rapport à la règle et au droit. Aussi celui qui se rapport aujourd’hui à l’archive ne se réfère pas à la production de la connaissance, mais à ses mécanismes primaires. « Aussi peut-on penser aujourd’hui avec quelque pertinence, que le lieu du savoir aujourd’hui n’est plus la bibliothèque mais l’archive.» (p. 12)

Une articulation nouvelle entre institution et théorie de l’archive

 

Archives des SHS, mémoire et science: un commentaire de Goulven Le Brech

Dans la continuité des questions posées à la fin du précédant message de Bertrand Müller, sur le régime d’archivage des documents produits par la recherche scientifique, il me semble intéressant d’apporter certaines pistes de réflexion issue du travail des archivistes d’universités et d’organismes de recherche. Pendant longtemps, la gestion des archives scientifiques, en dehors de quelques exceptions comme l’Institut Pasteur ou l’INSERM, n’ont pas été gérées par des archivistes. Dans les universités, en dehors de fonds patrimoniaux conservés au sein des bibliothèques et des SCD (fons d’érudits ou d’écrivains principalement), les archives issues des centres de recherche n’ont pas été collectées et traitées par des archivistes. Le fait est que la création de postes d’archivistes en université est très récente en France, puisqu’elle date du début des années 2000. Pour ce qui est de l’analyse de la production archivistique issue du monde de la recherche, Odile Welfelé[1] et Thérèse Charmasson[2], ont produit de nombreux articles de référence. Néanmoins, l’intérêt actuel suscité par les archives des sciences humaines et sociales semble renouveler la problématique des archives scientifiques du point de vu non plus seulement des archivistes, mais aussi des divers praticiens des archives : chercheurs, bibliothécaires, documentalistes, informaticiens, ingénieurs spécialisés en « digital humanities ». Dans ce registre, signalons notamment l’entretien réalisé par François Bordes (responsable des fonds d’archives des SHS à l’IMEC) avec Philippe Artières (chercheur au CNRS) dans la dernière Lettre de l’IMEC consacrée aux fonds d’archives des SHS conservés à l’Abbaye d’Ardenne.

Dans cette perspective nouvelle, il ne me semble pas inutile de faire état du contenu d’une fiche qui a été récemment rédigée par des archivistes du réseau AURORE[3] au sujet du traitement des archives scientifiques. La pratique archivistique, dans le domaine de la recherche scientifique, doit s’adapter à des processus de validation et à des cycles temporels différents de ceux en usage pour les archives « classiques » de l’administration. Concernant le cycle de vie des documents proprement issus de la recherche (à distinguer des documents issus de l’administration, de la diffusion et de l’enseignement de la recherche), il convient semble-t-il de distinguer trois phases, à ne pas confondre avec les trois âges des archives. Dans la fiche du guide de l’AMUE relative à la gestion des archives scientifiques, sont évoqués ce que l’on peut appeler les « trois grands moments » de la recherche, dont sont issus des typologies de documents bien distinctes :

–       les archives issues du travail de recherche (en laboratoire, sur le terrain, en bibliothèque, Archives…) : cahiers de laboratoire, correspondance, comptes rendus de réunions, notes, rapports, fiches de travail, notes de travail, carnets de terrain, documentation diverse (revues, tirés-à-part, plaquettes, fascicules), littérature grise (rapports, études), documents relatifs à la participation à des colloques et conférences (programmes, compte-rendu, liste de chercheurs…), rapports d’expertise.

–       les archives consignant les résultats de la recherche : rapports, comptes rendus de recherches, manuscrits et tapuscrits d’articles et/ou d’ouvrages, épreuves, preprints, ouvrages, articles, tirés à part.

–       les archives relatives à la réception des résultats de la recherche : correspondance, coupures de presse, dossiers de traduction et de réédition d’articles et d’ouvrages.

Par ailleurs, que dire de l’application de la notion de DUA (durée d’utilité administrative) sinon qu’elle est vide de sens dans le domaine de la recherche scientifique ? Ces documents ont été produits et reçus dans le but de produire des connaissances, un objectif en rien comparable à l’objectif poursuivit par les personnels de services administratifs. Ces derniers disposent de moyens pour arriver à des fins, guidées et règlementées par un dispositif utilitaire (la gestion du personnel, des infrastructures d’un établissement, etc.). Dans le domaine de la recherche, malgré un encadrement réglementaire de plus en plus stricte et rigoureux, l’individu produit et reçoit de la documentation dans une perspective avant tout heuristique. Comme le dit Bertrand Müller, par archives, dans ce domaine, il faut avant tout entendre « données consignées » malgré l’effet rétroactif suscité par l’usure du temps sur les documents des décennies passées (dont le vieux papier jauni est le meilleur exemple). Un qui effet peut donner l’impression à l’archiviste de traces testimoniales, avant de prendre conscience qu’il s’agit d’informations toujours vivantes, de données éventuellement réutilisables. Et à défaut de DUA, imaginer une « DUS » – durée d’utilité scientifique – pour ces archives est une aberration… Comment procéder à ce type de détermination sans encourir le risque pour les archivistes d’être perçus comme des agents utilitaristes de la science ? Et pourtant, dans le domaine de la recherche scientifique comme ailleurs, un choix est à faire, car on ne peut pas tout garder…

Enfin, une dernière piste de réflexion est offerte par le constat de l’importance des corpus documentaires qui accompagnent les fonds d’archives scientifiques : mémoires, thèses, littérature grise, collections de tiré-à-part… Ces documents, ordinairement conçus par les archivistes comme de la simple documentation, peuvent difficilement être soustraits des fonds d’archives et méritent d’être traités en leur sein, en tant que documents d’archives.

Il y a là toute une réflexion à mener.

Goulven Le Brech, archiviste EHESS, animateur du RTP archiSHS-CNRS

Voir aussi son site: http://enattendantmnemosyne.wordpress.com/


[1] Un exemple d’article Odile Welfelé, sur le cahier de laboratoire en physique contemporaine : « Organiser le désordre : Usages du cahier de laboratoire en physique contemporaine », Alliage, numéro 37-38, 1998. http://www.tribunes.com/tribune/alliage/37-38/welfele.htm

[2] Voir la fiche de Thérèse Charmasson sur le site du centre Alexandre Koyré : http://www.koyre.cnrs.fr/spip.php?article78.

[3] La gestion des archives au sein d’un établissement d’enseignement supérieur et de recherche, AMUE, 2010, fiche n°7 réalisée par Hélène Chambefort (archiviste à l’INSERM) et Goulven Le Brech (archiviste à l’EHESS).