Archiviste et historien

Martine de Boisdeffre, « Les archives à l’ère du numérique. Entretien », Le Débat, no. 158 (2010): 61-70.

« Les temps sont finis où seuls les historiens avaient un rapport avec les archives en tant que lieu matériel où ils lisaient des pièces matérielles dont ils se faisaient les interprètes et les passeurs. Aujourd’hui, ce rapport tend à se dématérialiser; c’est un rapport à distance, mais beaucoup plus étroit, qu’entretiennent avec les archives non seulement les chercheurs, si importante que reste leur présence, mais encore les membres d’un public fort large pour qui elles ont une dimension utilitaire, qu’elles intéressent soit pour des raisons familiales et généalogiques, soit pour des raisons entrepreneuriales ou commerciales.
Le public est aujourd’hui beaucoup plus diversifié que naguère, et l’archiviste a depuis longtemps cessé d’être cette figure frileuse, enfermée dans son bureau, coupée du monde réel et qui ne s’occupe que de vieilles choses.» (p. 69)

Les archives et la révolution numérique… normes et formation

Françoise Banat-Berger, « Les archives et la révolution numérique », Le Débat, no. 158 (2010): 70-82.

De l’article très suggestif de F. Banat-Berger, je retiens quelques passages utiles et importants pour la dimension numérique des archives scientifiques.

La transformation qui affecte les activités administratives et la «grande conversion numérique» s’inscrit également dans « un bouleversement
profond du contexte législatif et réglementaire qui, peu à peu, affecte tous les grands secteurs d’activité.» (p. 70)

Il faut donc tenir compte de ce contexte qui n’est que technique mais aussi administratif et juridique qui bouleverse les pratiques « sans remettre en jeu les fondements de l’archivistique»: En particulier, l’auteure signale la loi n° 2000-230 du 13 mars 2000 qui concerne l’adaptation du droit de la preuve aux technologies de l’information et relativement  à la signature électronique. Cette loi prend acte de  la suprématie de l’écrit sur support papier valant comme seule preuve. Même si en  2010 le support papier demeure dominant, le cadre législatif et réglementaire doit être précisé bien que l’interopérabilité soit encore insuffisante et que le papier s’affirme encore comme le «plus probant des unificateurs».

Cependant l’e-administration confirme la dématérialisation progressive et accélérée des différents services et ceci n’est pas sans conséquence sur la définition d’un archivage numérique: « Désormais, le support et le contenu de l’information ne sont plus indissociables, ce qui entraîne des conséquences majeures. L’affichage d’une information numérique est le résultat d’une harmonie entre systèmes logiciels, systèmes matériels, systèmes d’exploitation, périphériques qui sont tous soumis, à des rythmes différents et de plus en plus rapides, à un risque d’obsolescence.
Archiver de manière pérenne une information numérique revient par conséquent à la rendre indépendante de son environnement d’origine afin de pouvoir la restituer lorsque cela sera utile, dans l’environnement qui sera celui du temps de la restitution.» (p. 75)

L’auteure suggère alors deux orientations pertinentes et majeures.

1. « La première est le besoin, dans ces domaines, de disposer de normes cohérentes et fiables, qui permettent à chaque acteur de travailler avec des vocabulaires, concepts, règles, méthodologies, outils ayant fait l’objet de consensus et supportés par des organismes officiels. Les avancées observées depuis quelques années sur ce terrain sont très encourageantes. À commencer par le modèle conceptuel OAIS  [CCSDS, 650.0-B-1, Reference Mode! for an Open ArchivalInformation System (OAIS), ISO 14721, janvier 2002, http://public. ccsds. org/publications/archive/65 OxOb 1 (F).pdf] qui a rassemblé de grands acteurs du monde scientifique et patrimonial et a fourni un vocabulaire commun, ainsi qu’un modèle d’information et un modèle fonctionnel que l’on peut aisément transposer dans tous les environnements et contextes pour l’ensemble des secteurs d’activité.»

2. « Autre enjeu essentiel: celui de la formation. En effet, les compétences requises pour un projet de numérisation, pour un projet d’archivage
électronique, sont nombreuses, complexes et complémentaires: compétences en méthodologie de gestion de projets, compétences juridiques,
compétences archivistiques, compétences sur la sécurité des systèmes d’information, sur la structuration des données, les formats de métadonnées et les langages XML, sur les outils documentaires de recherche et d’accès à l’information, compétences techniques. Ces compétences doivent être partagées entre les différents acteurs du projet. Des formations doivent par conséquent être proposées, qui s’adressent à la fois aux agents des services d’archives et aux informaticiens des services informatiques, de manière que chacun comprenne bien les enjeux globaux et partage la même compréhension du problème. On a vu plus haut que les offres de formations se sont multipliées depuis quelques années, mais elles restent courtes (au maximum cinq jours). C’est la raison pour laquelle émerge le projet d’un mastère sur la pérennisation des informations numériques proposé à des professionnels dans le cours de leur carrière, projet qui serait porté, grâce au groupe Pérennisation des informations numériques, par deux grandes écoles symbolisant les deux types de profil, scientifique et culturel.»