Les archives et la révolution numérique… normes et formation

Françoise Banat-Berger, « Les archives et la révolution numérique », Le Débat, no. 158 (2010): 70-82.

De l’article très suggestif de F. Banat-Berger, je retiens quelques passages utiles et importants pour la dimension numérique des archives scientifiques.

La transformation qui affecte les activités administratives et la «grande conversion numérique» s’inscrit également dans « un bouleversement
profond du contexte législatif et réglementaire qui, peu à peu, affecte tous les grands secteurs d’activité.» (p. 70)

Il faut donc tenir compte de ce contexte qui n’est que technique mais aussi administratif et juridique qui bouleverse les pratiques « sans remettre en jeu les fondements de l’archivistique»: En particulier, l’auteure signale la loi n° 2000-230 du 13 mars 2000 qui concerne l’adaptation du droit de la preuve aux technologies de l’information et relativement  à la signature électronique. Cette loi prend acte de  la suprématie de l’écrit sur support papier valant comme seule preuve. Même si en  2010 le support papier demeure dominant, le cadre législatif et réglementaire doit être précisé bien que l’interopérabilité soit encore insuffisante et que le papier s’affirme encore comme le «plus probant des unificateurs».

Cependant l’e-administration confirme la dématérialisation progressive et accélérée des différents services et ceci n’est pas sans conséquence sur la définition d’un archivage numérique: « Désormais, le support et le contenu de l’information ne sont plus indissociables, ce qui entraîne des conséquences majeures. L’affichage d’une information numérique est le résultat d’une harmonie entre systèmes logiciels, systèmes matériels, systèmes d’exploitation, périphériques qui sont tous soumis, à des rythmes différents et de plus en plus rapides, à un risque d’obsolescence.
Archiver de manière pérenne une information numérique revient par conséquent à la rendre indépendante de son environnement d’origine afin de pouvoir la restituer lorsque cela sera utile, dans l’environnement qui sera celui du temps de la restitution.» (p. 75)

L’auteure suggère alors deux orientations pertinentes et majeures.

1. « La première est le besoin, dans ces domaines, de disposer de normes cohérentes et fiables, qui permettent à chaque acteur de travailler avec des vocabulaires, concepts, règles, méthodologies, outils ayant fait l’objet de consensus et supportés par des organismes officiels. Les avancées observées depuis quelques années sur ce terrain sont très encourageantes. À commencer par le modèle conceptuel OAIS  [CCSDS, 650.0-B-1, Reference Mode! for an Open ArchivalInformation System (OAIS), ISO 14721, janvier 2002, http://public. ccsds. org/publications/archive/65 OxOb 1 (F).pdf] qui a rassemblé de grands acteurs du monde scientifique et patrimonial et a fourni un vocabulaire commun, ainsi qu’un modèle d’information et un modèle fonctionnel que l’on peut aisément transposer dans tous les environnements et contextes pour l’ensemble des secteurs d’activité.»

2. « Autre enjeu essentiel: celui de la formation. En effet, les compétences requises pour un projet de numérisation, pour un projet d’archivage
électronique, sont nombreuses, complexes et complémentaires: compétences en méthodologie de gestion de projets, compétences juridiques,
compétences archivistiques, compétences sur la sécurité des systèmes d’information, sur la structuration des données, les formats de métadonnées et les langages XML, sur les outils documentaires de recherche et d’accès à l’information, compétences techniques. Ces compétences doivent être partagées entre les différents acteurs du projet. Des formations doivent par conséquent être proposées, qui s’adressent à la fois aux agents des services d’archives et aux informaticiens des services informatiques, de manière que chacun comprenne bien les enjeux globaux et partage la même compréhension du problème. On a vu plus haut que les offres de formations se sont multipliées depuis quelques années, mais elles restent courtes (au maximum cinq jours). C’est la raison pour laquelle émerge le projet d’un mastère sur la pérennisation des informations numériques proposé à des professionnels dans le cours de leur carrière, projet qui serait porté, grâce au groupe Pérennisation des informations numériques, par deux grandes écoles symbolisant les deux types de profil, scientifique et culturel.»

Archivologie

Knut Ebeling et Stephan Günzel, Archivologie. Theorien des Archivs in Philosophie, Medien und Künsten (Berlin: Kulturverlag Kadmos, 2009).

L’ouvrage de K. Ebeling et St. Günzel est important car il inscrit une réflexion sur l’archivistique dans un cadre contemporain qui ne se limite pas au domaine des archives elles-mêmes mais qui concerne les transformations des sociétés modernes ou post-modernes. Pour les auteurs, le discours sur l’archive en est à son apogée depuis la chute du mur, l’expansion de nouvelles économies et l’émergence de nouvelles guerres. Pour donner à leur réflexion cette dimension globale, ils suggèrent de reprendre le terme proposé par J. Derrida : archivologie.

Voici comment Derrida précisait sa formule: « Représentons-nous le programme d’une archivologie générale, un mot, qui n ‘existe pas, mais qui peut décrire une science générale et interdisciplinaire de l’archive.» (La fièvre de l’archive, 1994).

Mais pour les auteurs, l’archive ne se réduit pas à un processus de déconstruction ni au passage d’une histoire à une post-histoire, c’est aussi la conséquence d’un phénomène médiatique, l’idée que la réalité a subi des changements dramatiques.

Le XXe siècle a été marqué par des déplacements importants de l’écrit au non-écrit (Ungeschrieben), de la matérialité à l’immatérialité, de la visibilité à la dissimulation, de la conservation à la conversion. Les frontières entre les disciplines se déplacent et sont marquées par la révolution numérique, les bibliothèques ont délaissé l’archive à l’autorité des algorithmes. (cf. p. 8)

L’archive dans ce contexte a une fonction particulière, elle régule l’accession à l’information, l’articulation du visible et du caché ou du dissimulé. L’inflation archivistique contemporaine s’apparente aussi à une «esthétique du caché» (Entbergen). Dans de nombreux domaines (les arts, les sciences, la littérature) des objets ont été dissimulé; de toue part, on extirpe (heraushebt) des archives pour révéler ce qui avait été dissimulé (Ubersehen).

Les auteurs formulent ainsi une proposition intéressante qui émancipe l’archive de l’histoire, puisque dans ces processus, la pensée de l’archive apparait plus fondamentale que le prétendu «retour à l’histoire» . Dans cette perspective le «tournant archivistique» ne se confond pas ni n’appelle ici un retour à «l’historicisme». L’archive devient le lieu spécifique d’une narration, le récit de ce qui peut être autre ou comme le disent les auteurs elle s’apparente à un Chambre du réel «Kammer des Realen» (selon l’expression de K. Wismann).

L’un des intérêts de l’ouvrage réside précisément dans la volonté des auteurs de dissocier l’archive et l’histoire, de ne pas sombrer dans la métaphorisation de l’archive-mémoire en insistant sur la notion d’archive comme institution. L’archive aurait ainsi deux corps: un corps institutionnel instauré dans sa version moderne à partir de la Révolution française, un corps «immatériel» qui renvoie à un domaine, au domaine de ce qui peut être énoncé à un moment donné (c’est la définition de Foucault), mais ici les auteurs insistent surtout sur le rapport à la règle et au droit. Aussi celui qui se rapport aujourd’hui à l’archive ne se réfère pas à la production de la connaissance, mais à ses mécanismes primaires. « Aussi peut-on penser aujourd’hui avec quelque pertinence, que le lieu du savoir aujourd’hui n’est plus la bibliothèque mais l’archive.» (p. 12)

Une articulation nouvelle entre institution et théorie de l’archive

 

Archivage, archivation, archivalisation!!

Eric Keteelar, « (Dé)construire l’archive », Matériaux pour l’histoire de notre temps avril-juin, no. 82 (2006).

De cette contribution à la réflexion archivistique importante du professeur (émérite) d’archivistique de l’Université d’Amsterdam archivage, on peut retenir la définition d’un concept qui ne s’mposera peut-être pas dans la langue française: celui d’archivalisation.

Pour l’auteur, le processus d’archivage (qui n’est courant non plus!) ne suit plus la création de l’archive, mais commence plus tôt, en amont du système de gestion de documents, dès lors que les documents sont «capturés», autrement dit saisi, intégrés, acceptés comme tels par le système.

« L’archivation s’étend au delà de la saisie, elle inclut la phase créatrice préalable, I’archivation consigne, inscrit une trace dans quelque lieu, quelque espace extérieur.» (p. 67)

C’est ce préalable en quelque sorte que veut saisir le concept d’«archivalisation» qui désigne « Ie choix conscient ou inconscient (déterminé par des facteurs sociaux et culturels) qui fait qu’on considère que  quelque chose vaut la peine d’être archvié. L’archvialisation précède l’archivage et l’archivation.»

Ce concept permet également de comprendre l’archivage comme un «régime de pratiques variable selon le temps et le lieu», inséparable des choix conscients et/ou inconcsicent qui le président et le précèdent et qui renvoie à la «culture organisationnelle des concepteurs d’archives». Ainsi, précise l’auteur, «en différenciant l’archivalisation et l’inscription de l’archivation ultérieure suivie par l’archivage nous obtenons une rencontre de facteurs sociaux, religieux, culturels, politiques et économiques» (p. 68).

Pour les problèmes qui sont les nôtres, l’archivalisation des sciences renvoie à l’ensemble des pratiques différenciées de conception, de notation, de conservation des données et des notations produites par les chercheurs. Je en suis pas certain que le concept soit nécessaire, mais peut-être aura-t-il l’utilité de distinguer un peu plus précisément ce que veut dire pour les chercheurs eux-mêmes (producteurs d’archives) non seulement leurs élaborations documentaires, mais les choix différenciés qui sont les leurs avant que n’intervienne (rarement) de l’archivation ou l’archivage proprement dit qui leur échappe  généralement au profit des archvistes.

E. Ketelaar rappelle utilement les systèmes d’archivation sont des «créateurs actifs de catégorie» et que  la technologie de l’archivation sollicitée conditionne l’archivation et l’archivage. Archiver,  c’est donc beaucoup plus que classer, c’est « compren[dre] toutes les phase, de la collecte de documents, de leur gestion et emploi, de leur mise a disposition.»

Une réédition mise à jour…

Sophie Coeuré et Vincent Duclert ont entièrement réécrit le petit ouvrage utile qu’ils avaient consacré aux archives (Les archives, Paris: Editions La Découverte, 2011 (Repères)).  Cette réécriture se justifiait aux yeux des auteurs par les changements intervenus en France comme à l’étranger dans le monde des Archives. La nouvelle loi sur le patrimoine de 2008 confirme la «patrimonialisation» des archives et l’usage «historique» des archives dans un contexte de crises mémorielles balise ici la scène archivistique saisie par l’ouvrage qui demeure aussi limité à une approche institutionnelle et historienne des archives.
Cette perspective tenait ainsi à l’écart certaines des transformations récentes du statut et des fonctions de l’archive dans les sociétés contemporaines. A commencer par ce phénomène si paradoxal et pourtant majeur: la mise au singulier de l’archive qui a signifié en fait une extension et une prolifération considérable des archives (les documents) et leur émancipation des Archives (l’institution de conservation).
D’autre part, la conversion numérique, radicale, irrévocable, et totale, qui marque l’affirmation d’un nouveau régime documentaire et par conséquent archivistique n’est pas véritablement analysée.
Enfin et cela concerne plus particulièrement des questions qui nous sont plus proches, rien n’est dit de la question si importante pourtant des archives scientifiques. Leur absence témoigne d’ailleurs d’un refoulement qui concerne les Archives en premier lieu, donc l’institution qui au delà des difficultés récentes, n’a jamais été en mesure de prendre efficacement en charge des gisements documentaires complexes. Aussi bien si j’insiste sur cette question, c’est moins pour pointer d’éventuelles défaillances que pour souligner un problème: pour comprendre l’absence des archives scientifiques, il faudrait remonter dans le temps, revenir aux Lumières lorsque les Académies prennent en charge la conservation du patrimoine scientifique, et repérer à quel moment cette ligne de continuité a été interrompue. Il faudrait aussi ne pas isoler les archives des dispositifs plus généraux dont elles ne sont qu’un des éléments, en particulier les bibliothèques, les musées, plus tard les centres de documentation. Insérées dans des dispositifs de communication et d’information, les archives s’inscrivent également dans des régimes documentaires et informationnels qui sont aujourd’hui en pleine mutation.

Pour ma part, il me semble que ces mutations marquent plus qu’un changement de cycle historique repris en conclusion de l’ouvrage. Les mutations archivistiques qui ne sont pas seulement des effets des bouleversements technologiques, se développent dans des mutations intellectuelles, sociales et scientifiques. Un cycle s’est décomposé pourtant qui liait étroitement depuis le début du XIXe siècle archives et histoire, il se pourrait dès lors que la «conscience des archives» échappe largement aux historiens, qu’elle échappe même au patrimoine, à la nostalgie des mondes disparus, pour exprimer quelque chose de la crise de notre propre modernité, de sa fragilité et des incertitudes de l’avenir.