Archives des mathématiques

Je signale, ici, l’achèvement d’une entreprise de mise en archive scientifique.

http://nouvelles-annales-poincare.univ-nancy2.fr/

Une base référençant les auteurs des « Nouvelles annales de Mathématiques » a été créée. 1835 auteurs ont ainsi contribué plus de 5000 fois au cours des 65 années d’existence de la revue à l’écriture d’articles et à la rédaction de courriers publiés. Cette application web, destinée aux chercheurs en histoire des mathématiques, permet l’interrogation et la consultation de la base des auteurs ainsi que la navigation vers le texte intégral des articles accessibles via la plateforme NUMDAM.

Cette recherche est soutenue par l’ANR (Sources du savoir mathématiques au début du 20e siècle), la Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine (opérations Hise et Kultmat), les Archives Poincaré (UMR 7117 du CNRS – Nancy Université), le GHDSO (Paris-Orsay) et le programme NUMDAM de la cellule Mathdoc qui a numérisé les Nouvelles Annales.

Archiviste et historien

Martine de Boisdeffre, « Les archives à l’ère du numérique. Entretien », Le Débat, no. 158 (2010): 61-70.

« Les temps sont finis où seuls les historiens avaient un rapport avec les archives en tant que lieu matériel où ils lisaient des pièces matérielles dont ils se faisaient les interprètes et les passeurs. Aujourd’hui, ce rapport tend à se dématérialiser; c’est un rapport à distance, mais beaucoup plus étroit, qu’entretiennent avec les archives non seulement les chercheurs, si importante que reste leur présence, mais encore les membres d’un public fort large pour qui elles ont une dimension utilitaire, qu’elles intéressent soit pour des raisons familiales et généalogiques, soit pour des raisons entrepreneuriales ou commerciales.
Le public est aujourd’hui beaucoup plus diversifié que naguère, et l’archiviste a depuis longtemps cessé d’être cette figure frileuse, enfermée dans son bureau, coupée du monde réel et qui ne s’occupe que de vieilles choses.» (p. 69)

Document versus Record

La différenciation des deux termes, le second n’a pas vraiment de traduction française, n’est pas seulement lexicale, elle témoigne de rapports différents dans la mise en archive et a donné lieu dans les pays anglo-saxons notamment à l’élaboration de techniques de traitement spécifiques des documents (records management) avant qu’ils ne deviennent des documents d’archives.

Il me semble que la difficulté de rendre compte dans la culture archivistique française des différences entre document, donnée et information  se retrouve également dans les réticences françaises de prendre en compte la notion de «record» qui se réfère au document lorsqu’il n’a pas encore été saisi par la mise en archive.

Marie-Anne Chabin, dans un petit livre de vulgarisation, vif et clair, mais aussi de réflexion, (Archiver, et après? Paris: Djakarta, 2007), propose ceci:

«Pour les supports d’information dans le domaine de l’administration (par opposition au domaine de la communication), la langue anglaise traduit très bien, dans le couple « document/record » cette étape de passage de la notion d’un objet d’information produit par un auteur dans son activité quotidienne, lequel peut être modifié ou complété (« a document ») à un objet d’information sanctionné par une instance supérieure à son auteur comme un tout arrêté à une date donnée et présentant une valeur de preuve, de référence ou de témoignage pour un groupe (« a record ») Certains documents ne deviennent jamais des records.» (p. 6-7)

Il y a là une distinction majeur qui a son importance dans la pratique scientifique et dans la mise en archive des sciences, en particulier lorsqu’il s’agit de qualifier et de traiter (d’archiver) les «données» scientifiques qui sont issues d’une élaboration scientifique contrôlée et susceptible de circuler sous une forme ou une autre, donc d’être communiquées ou des notes, notations, fragments, pré-rédactions, etc donc ici des informations.

Il y a là matière à débat qui ne concerne pas seulement la définition sémantique ou juridique des termes, mais qui renvoie aux pratiques scientifiques elles-mêmes.