Qu’est-ce qu’une archive en ethnographie ? un entretien avec Florence Weber

Qu’est-ce qu’une archive en ethnographie ? un entretien avec Florence Weber, directrice du Département des sciences sociales de l’ENS, réalisé par Bertrand Müller, le 14 septembre 2011, au Centre Maurice Halbwachs

BM: Dans les sciences sociales, on assiste à un mouvement qui vise à conserver les données, pour les rendre disponibles en particulier à d’autres chercheurs, mais aussi à les pérenniser, donc à les archiver. C’est le cas en particulier pour les données quantitatives avec le réseau Quételet mais aussi pour des données issues d’enquêtes qualitatives. Qu’en est-il en anthropologie? Y a-t-il des opérations similaires?

FW : Je prendrai le problème un peu autrement. Pour nous se pose la question de la scientificité de notre démarche. On nous dit souvent que ce que nous disons ne repose sur aucune donnée fiable puisque nous n’exhibons pas de document. En fait nous fondons nos analyses et nos interprétations sur des informations nombreuses, sur des masses de données, nous avons un journal de terrain, des fichiers, des documents photographiques, de toute nature. Mais pour des raisons déontologiques nous ne les communiquons pas car nous devons absolument protéger les personnes qui nous font confiance.

L’enjeu pour nous ce ne sont pas les documents mais leur circulation, leur communication… C’est évidemment particulièrement délicat lorsque nous travaillons sur des terrains et dans des milieux sensibles, en particulier la santé, les prisons, lorsque les individus ou des proches pourraient être identifiés. Nous avons un devoir de confidentialité, d’anonymat…

BM: La confidentialité et le respect des personnes est évidemment incontournable, mais cela n’interdit pas d’archiver, les archives sont elles aussi soumises à des règles et des restrictions de communication… 

FW: Nous sommes pris dans un dilemme. Nous avons besoin de conserver nos données pour attester le caractère scientifique de notre démarche mais en même temps nos données ne peuvent pas être rendues publiques. C’est ainsi que dans nos travaux, dans les thèses en particulier, toutes les données nominatives sont anonymisées. Dans ce sens, nos documents s’apparentent aux archives privées, nos données sont nominatives, et lorsqu’elles sont numérisées elles tombent sous le coup de la LIL, du respect de la personne…

BM: … mais ce n’est pas nécessairement en contradiction avec l’archivage, la conservation des données, leur pérennisation.

FW: Nos documents relèvent globalement de deux catégories: un journal de bord, journal de terrain qui s’apparente au journal de laboratoire des scientifiques. J’ai pu m’en assurer et le vérifier à plusieurs reprises, il y a là une pratique commune, largement partagée d’ailleurs. Par ailleurs, second ensemble documentaire, nous collectons des informations et une documentation aussi large que nécessaire et possible. Ces informations sont consignées sur des fichiers, aujourd’hui, évidemment aussi numériques. Y figurent en particulier des entretiens qui sont transcrits mais dont nous devons conserver l’enregistrement original. Nous sommes donc confrontés également à la mise en ordre de notre documentation, à son classement, à la sélection et au tri pour la conservation. D’une certaine manière notre démarche est archivistique, nous collectons et nous archivons. Notre démarche est aussi semblable à celle de l’archéologue qui doit archiver ce qu’il détruit au fur et à mesure de ses fouilles.

Par ailleurs, la conservation est nécessaire car elle nous garantit la possibilité de faire retour. Mais c’est aussi un retour particulier. Je considère l’enquête de terrain comme une expérimentation mais une expérimentation qui porte sur l’ethnographe lui-même, c’est une expérimentation sur soi, dans la mesure où au fil de son travail il est confronté à des situations qui peuvent parfois être très dures et qui infléchissent son regard et son parcours. C’est bien une forme de réflexivité mais elle n’est pas toujours contrôlée ni contrôlable en particulier lorsque nous travaillons dans des milieux à risque.

BM: La conservation ici c’est aussi un enregistrement de la preuve, ou du moins, puisque la preuve, ce n’est pas seulement un élément matériel mais un dispositif de vérité, un ensemble de données, d’informations qui soutiennent la preuve. Il s’agit donc d’enregistrer des données fiables, réutilisables, y a-t-il sur ces questions, sur ces enjeux de la mise en archive une discussion, un consensus parmi les ethnologues?

FW: Il y a globalement un consensus sur l’importance du journal de terrain qui est une évidence. Les ethnologues tiennent un journal dans lequel ils consignent des informations, des remarques, des analyses très diverses. Sur les usages du Journal et en particulier sur la possibilité de la revisite, c’est-à-dire sur la possibilité de reprendre des informations lorsqu’un autre scientifique – ou le même – revient sur une recherche, les pratiques peuvent diverger. Mais pour ma part, je m’efforce de mettre en oeuvre une pratique strictement contrôlée notamment pour les thèses. Le jury a à sa disposition la thèse contenant des données anonymisées, mais il a aussi accès à la grille d’anonymisation qui demeure cependant strictement confidentielle.

Cette confidentialité une fois encore est essentielle. Une jeune collègue, Anne Paillet, a travaillé sur un domaine extrêmement sensible: les décisions difficiles concernant les nouveaux-nés risquant de rester handicapés à vie dans les services de réanimation néo-natale. Non seulement elle ne voulait pas révéler les noms, mais elle tenait à garder confidentielle l’idée même qu’elle avait rédigé un Journal…

BM: Une forme en fait de secret médical…

FW: Exactement, et je plaide pour ma part, pour l’introduction dans ma discipline d’un code de déontologie strict. Aux Etats-Unis, c’est un thème obsessionnel, il y a une littérature considérable sur ce sujet. Les ethnologues se remettent encore difficilement de la  manière dont ils ont été utilisés lors de la guerre du Vietnam et puis encore plus récemment en Afghanistan ou au Pakistan. Lorsqu’un ethnologue travaille dans les milieux des délinquants, il consigne évidemment des informations qui peuvent intéresser la police. L’ethnologue a un devoir absolu de protéger son enquêté. Même si l’actualité de ces données, les petites histoires, les ragots, les détails, sont assez rapidement obsolètes car les «affaires» sont rapidement oubliées.

BM: Quelles seraient dès lors les bonnes pratiques de conservation qui garantiraient et la confidentialité, rappelant ici que conserver n’est pas encore communiquer, et une mise en archive efficace pour le travail scientifique?

FW: Je peux répondre ici à partir de mon travail actuel. Nous travaillons en collectif constitué de 10 personnes sur des questions concernant le handicap. Cette pratique d’enquête collective nous confronte très précisément à ces questions car nous ne pouvons pas nous contenter de consigner les données pour notre propre usage mais nous devons penser à les transmettre, de manière à ce qu’elles soient appréhendées explicitement, aux autres membres de l’équipe, sans qu’elles ne sortent du collectif bien entendu. Nous sommes donc ici dans une situation de communication des informations qui doivent être correctement consignées et lisibles, mais dont les conditions de l’échange dans un milieu fortement concurrentiel et aussi très individualisé doivent être parfaitement négociées. Se pose aussi la question de la propriété des données, en l’occurrence nous avons opté pour une propriété collective.

Ici nous fonctionnons à titre expérimental et nous tâtonnons, mais la préparation des données pour le collectif et pour la conservation, la mise en archive, prend du temps. Nous sommes en train de réfléchir à la possibilité d’intégrer au groupe une personne qui prendrait en charge une partie de ce travail. Cela devrait être faisable. C’est ce que nous pratiquons déjà pour la retranscription d’entretiens qui sont réalisées par des étudiants en maîtrise, c’est par ailleurs, un travail assez formateur.

Il s’agit bien alors de maintenir la chaîne documentaire, de l’enregistrement original à la transcription, des matériaux collectés et mis en fiche. Il s’agit aussi de consigner les décisions prises sur les données et pour cela le journal de terrain est un instrument efficace. L’objectif c’est de parvenir à un travail routinier similaire à celui des archéologues dans l’enregistrement des données.

BM: Est-ce une pratique courante dans la discipline…

FW: Non, pas à ma connaissance… Tous les problèmes ne sont pas résolus. Pour ma part, je tiens un journal de terrain qui est en fait une sorte de journal intime dans lequel je consigne tout, pas seulement les informations de la recherche… mais je n’ai pas trop de problèmes à ce que certains éléments même très personnels soient un jour lus par d’autres…

BM: Comment organiser alors, si cela est pertinent, l’organisation de la collecte à un niveau plus général, celui de la discipline par exemple?

FW : Il faudrait commencer par une incitation aux équipes, par exemple en finançant l’archivage (main d’œuvre et espaces de stockage) des équipes qui souhaitent entrer dans ce processus. Il me semble que la jeune génération est prête pour cela et que nous pourrions commencer ici même, dans la formation doctorale « Sciences de la société », où les sociologues et les anthropologues ont développé une pratique commune du terrain et de la réflexivité.

BM: Quels seraient également les usages des informations conservées au delà des nécessités de la recherche elle-même? N’y a-t-il pas un risque de «patrimonialiser» un matériau qui serait devenu  inerte d’un point de vue scientifique? 

FW: Il y a dans une perspective scientifique, la revisite, et avant la revisite le retour de l’enquêteur lui-même sur ses données… qui doit demeurer possible… Ensuite, tout en respectant scrupuleusement une déontologie, nous pouvons également encourager une certaine valorisation publique de nos résultats et des informations, des ressources que nous avons mobilisées.

Cela se fait couramment autour des collections de photos, par le biais du film ethnographique qui est une part très importante du film documentaire. Il est également possible d’envisager dans une perspective plus strictement scientifique des mises en ligne avec accès limité de certaines données de nos enquêtes. Je travaille aussi sur l’histoire de l’anthropologie, je relis les documents des expéditions du capitaine Cook, ses journaux de bord, les documents iconographiques (portraits, esquisses, etc.), toute cette documentation a été archivée, elle est passionnante à lire, mais aussi très instructive pour nous aujourd’hui, pour notre travail scientifique. Je vois assez bien comment on pourrait valoriser de telles ressources, les mettre en ligne pour en faire profiter un large public mais aussi la communauté scientifique….

Peut-être parviendra-t-on, en combinant le travail sur des données contemporaines et le travail sur les archives du terrain, à un prototype d’archivage qui préserverait et garantirait la confidentialité des données, de certaines d’entre elles, et pourrait également aboutir à des formes de valorisation. Il y a d’ailleurs des exemples magnifiques; notamment le site sur les classes moyennes en Afrique (cf. http://www.classesmoyennes-afrique.org/)

BM: Tu plaides aussi pour fixer une priorité de la mise en archive qui doit être dictée par des considérations scientifiques, mais comment dès lors intégrer dans l’archive des données ethnographiques de la part du chercheur, celle qui relève de ses papiers personnels? 

FW: Là tu te réfères essentiellement au Journal de terrain, c’est au bon plaisir des chercheurs, il s’agit bien entendu d’un document personnel, et aucun ethnographe ne le déposera s’il ne l’a pas décidé. Par ailleurs, rien n’exclut une diffusion après un certain temps, certains des journaux de terrain d’ethnographe ont fait l’objet de publications même si cela reste exceptionnel et le restera.

Le point le plus compliqué réside dans la décision de publier des documents qui n’ont pas été rédigés pour être publiés mais au contraire, pour rester confidentiels. Il y a un travail de remise en ordre, de mise en forme, qu’on ne peut pas obliger les ethnographes à effectuer par principe, mais qui est indispensable si l’on veut envisager une valorisation. Je dirais qu’à peine 2% des données collectées – et archivées si nécessaire – par l’ethnographe ont vocation à être publiées. Il faudra aussi décider à quel moment ce qu’on a collecté sans trop savoir pourquoi, par souci de ne rien rater, doit être conservé ou au contraire détruit. C’est la décision de l’ethnographe bien sûr, et cela fait partie de son travail scientifique, même s’il ne peut l’effectuer sérieusement qu’une fois l’analyse publiée.

 

BM/18.09.2011