Evaluation: un concept stratégique

Le tri et la sélection des documents à conserver est devenu un concept clé de l’archivistique moderne. Il est d’ailleurs admis plus facilement par les archivistes confrontés à la gestion de masses documentaires proliférantes que par les chercheurs et les historiens adossés à un désir de complétude illusoire et au souci de ne pas  fermer l’indétermination des questionnements à venir.

En France, dans le monde anglo-saxon surtout, ces notions sont discutées depuis de nombreuses années. La question du tri et de la sélection des documents posent en premier lieu la question de l’évaluation des documents à archiver.

La Direction des archives de France a édicté un certain nombre de principes à ce sujet, il me paraît opportun d’en rappeler ici un élément extrait des «Principes régissant la collecte des archives» La sélection dans les archives contemporaines, rédigé par Rosine Cleyet-Michaud, conservatrice générale du patrimoine, en 2001,

cf: http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/gerer/records-management-et-collecte/principes/

« Enfin, il faut savoir que, sous le vocable tri, s’entendent des fonctions à la fois intellectuelles et matérielles et insister sur l’importance de la fonction d’évaluation des documents. L’évaluation porte à la fois sur l’information contenue dans chaque document et sur la place du document dans la procédure. C’est l’évaluation qui permet de décider quel sera le sort final du document et de procéder, par la suite, aux opérations de tri à l’intérieur d’un fonds d’archives. Le travail d’évaluation d’un document ou d’un dossier vise sa valeur de témoignage et sa valeur d’information. La valeur de témoignage d’un document est intimement liée à la place qu’occupe dans la hiérarchie organisationnelle le créateur ou l’unité créatrice du document ; plus le document est issu d’un centre de décision élevé dans la hiérarchie, plus sa valeur de témoignage est grande, et en conséquence, plus il mérite d’être conservé ; l’évaluation peut se faire par grandes séries et l’on doit toujours considérer les documents dans leur contexte de création en relation avec les autres documents de l’organisme. Quant à la détermination de la valeur d’information, elle doit se faire à partir d’autres critères ; ces critères, non absolus, sont relatifs au temps, au lieu, à l’individu ; ils doivent tenir compte des besoins de la recherche dans de multiples disciplines ; les documents peuvent être évalués à la pièce puisque seule l’information qu’ils recèlent importe.»

Le concept d’évaluation est ici clairement posé et cette définition met en évidence l’évaluation comme un moment stratégique décisif de la «mise en archive». Demeurent des  questions centrales à débattre autour de la notion:

1) Qui doit ou peut évaluer? l’archiviste, c’est entendu, mais dispose-t-il toujours des compétences pour évaluer par exemple «la valeur de témoignage» ou la «valeur d’information» d’un document scientifique dont il ne comprends pas nécessairement le contenu?

2) Ne faudrait-il pas alors imaginer de lui associer un ou des scientifiques susceptibles de proposer leur expertise propre?  Mais s’il s’agit d’évaluer des documents d’un chercheur encore vivant, acceptera-t-il, et à quelles conditions, ce regard jugé probablement comme intrusif dans sa propre documentation?

3) Enfin provisoirement, troisième question: l’évaluation ne risque-t-elle pas  d’être comprise également comme une évalation de la carrière elle-même, de l’activité scientifique elle-même?

BM/05.04.2011

Powered by Qumana


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
bmuller (5 avril 2011). Evaluation: un concept stratégique. ArchiSHS. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/beha


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search