Une réédition mise à jour…

Sophie Coeuré et Vincent Duclert ont entièrement réécrit le petit ouvrage utile qu’ils avaient consacré aux archives (Les archives, Paris: Editions La Découverte, 2011 (Repères)).  Cette réécriture se justifiait aux yeux des auteurs par les changements intervenus en France comme à l’étranger dans le monde des Archives. La nouvelle loi sur le patrimoine de 2008 confirme la «patrimonialisation» des archives et l’usage «historique» des archives dans un contexte de crises mémorielles balise ici la scène archivistique saisie par l’ouvrage qui demeure aussi limité à une approche institutionnelle et historienne des archives.
Cette perspective tenait ainsi à l’écart certaines des transformations récentes du statut et des fonctions de l’archive dans les sociétés contemporaines. A commencer par ce phénomène si paradoxal et pourtant majeur: la mise au singulier de l’archive qui a signifié en fait une extension et une prolifération considérable des archives (les documents) et leur émancipation des Archives (l’institution de conservation).
D’autre part, la conversion numérique, radicale, irrévocable, et totale, qui marque l’affirmation d’un nouveau régime documentaire et par conséquent archivistique n’est pas véritablement analysée.
Enfin et cela concerne plus particulièrement des questions qui nous sont plus proches, rien n’est dit de la question si importante pourtant des archives scientifiques. Leur absence témoigne d’ailleurs d’un refoulement qui concerne les Archives en premier lieu, donc l’institution qui au delà des difficultés récentes, n’a jamais été en mesure de prendre efficacement en charge des gisements documentaires complexes. Aussi bien si j’insiste sur cette question, c’est moins pour pointer d’éventuelles défaillances que pour souligner un problème: pour comprendre l’absence des archives scientifiques, il faudrait remonter dans le temps, revenir aux Lumières lorsque les Académies prennent en charge la conservation du patrimoine scientifique, et repérer à quel moment cette ligne de continuité a été interrompue. Il faudrait aussi ne pas isoler les archives des dispositifs plus généraux dont elles ne sont qu’un des éléments, en particulier les bibliothèques, les musées, plus tard les centres de documentation. Insérées dans des dispositifs de communication et d’information, les archives s’inscrivent également dans des régimes documentaires et informationnels qui sont aujourd’hui en pleine mutation.

Pour ma part, il me semble que ces mutations marquent plus qu’un changement de cycle historique repris en conclusion de l’ouvrage. Les mutations archivistiques qui ne sont pas seulement des effets des bouleversements technologiques, se développent dans des mutations intellectuelles, sociales et scientifiques. Un cycle s’est décomposé pourtant qui liait étroitement depuis le début du XIXe siècle archives et histoire, il se pourrait dès lors que la «conscience des archives» échappe largement aux historiens, qu’elle échappe même au patrimoine, à la nostalgie des mondes disparus, pour exprimer quelque chose de la crise de notre propre modernité, de sa fragilité et des incertitudes de l’avenir.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.