Archivologie

Knut Ebeling et Stephan Günzel, Archivologie. Theorien des Archivs in Philosophie, Medien und Künsten (Berlin: Kulturverlag Kadmos, 2009).

L’ouvrage de K. Ebeling et St. Günzel est important car il inscrit une réflexion sur l’archivistique dans un cadre contemporain qui ne se limite pas au domaine des archives elles-mêmes mais qui concerne les transformations des sociétés modernes ou post-modernes. Pour les auteurs, le discours sur l’archive en est à son apogée depuis la chute du mur, l’expansion de nouvelles économies et l’émergence de nouvelles guerres. Pour donner à leur réflexion cette dimension globale, ils suggèrent de reprendre le terme proposé par J. Derrida : archivologie.

Voici comment Derrida précisait sa formule: « Représentons-nous le programme d’une archivologie générale, un mot, qui n ‘existe pas, mais qui peut décrire une science générale et interdisciplinaire de l’archive.» (La fièvre de l’archive, 1994).

Mais pour les auteurs, l’archive ne se réduit pas à un processus de déconstruction ni au passage d’une histoire à une post-histoire, c’est aussi la conséquence d’un phénomène médiatique, l’idée que la réalité a subi des changements dramatiques.

Le XXe siècle a été marqué par des déplacements importants de l’écrit au non-écrit (Ungeschrieben), de la matérialité à l’immatérialité, de la visibilité à la dissimulation, de la conservation à la conversion. Les frontières entre les disciplines se déplacent et sont marquées par la révolution numérique, les bibliothèques ont délaissé l’archive à l’autorité des algorithmes. (cf. p. 8)

L’archive dans ce contexte a une fonction particulière, elle régule l’accession à l’information, l’articulation du visible et du caché ou du dissimulé. L’inflation archivistique contemporaine s’apparente aussi à une «esthétique du caché» (Entbergen). Dans de nombreux domaines (les arts, les sciences, la littérature) des objets ont été dissimulé; de toue part, on extirpe (heraushebt) des archives pour révéler ce qui avait été dissimulé (Ubersehen).

Les auteurs formulent ainsi une proposition intéressante qui émancipe l’archive de l’histoire, puisque dans ces processus, la pensée de l’archive apparait plus fondamentale que le prétendu «retour à l’histoire» . Dans cette perspective le «tournant archivistique» ne se confond pas ni n’appelle ici un retour à «l’historicisme». L’archive devient le lieu spécifique d’une narration, le récit de ce qui peut être autre ou comme le disent les auteurs elle s’apparente à un Chambre du réel «Kammer des Realen» (selon l’expression de K. Wismann).

L’un des intérêts de l’ouvrage réside précisément dans la volonté des auteurs de dissocier l’archive et l’histoire, de ne pas sombrer dans la métaphorisation de l’archive-mémoire en insistant sur la notion d’archive comme institution. L’archive aurait ainsi deux corps: un corps institutionnel instauré dans sa version moderne à partir de la Révolution française, un corps «immatériel» qui renvoie à un domaine, au domaine de ce qui peut être énoncé à un moment donné (c’est la définition de Foucault), mais ici les auteurs insistent surtout sur le rapport à la règle et au droit. Aussi celui qui se rapport aujourd’hui à l’archive ne se réfère pas à la production de la connaissance, mais à ses mécanismes primaires. « Aussi peut-on penser aujourd’hui avec quelque pertinence, que le lieu du savoir aujourd’hui n’est plus la bibliothèque mais l’archive.» (p. 12)

Une articulation nouvelle entre institution et théorie de l’archive

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.