Archivage, archivation, archivalisation!!

Eric Keteelar, « (Dé)construire l’archive », Matériaux pour l’histoire de notre temps avril-juin, no. 82 (2006).

De cette contribution à la réflexion archivistique importante du professeur (émérite) d’archivistique de l’Université d’Amsterdam archivage, on peut retenir la définition d’un concept qui ne s’mposera peut-être pas dans la langue française: celui d’archivalisation.

Pour l’auteur, le processus d’archivage (qui n’est courant non plus!) ne suit plus la création de l’archive, mais commence plus tôt, en amont du système de gestion de documents, dès lors que les documents sont «capturés», autrement dit saisi, intégrés, acceptés comme tels par le système.

« L’archivation s’étend au delà de la saisie, elle inclut la phase créatrice préalable, I’archivation consigne, inscrit une trace dans quelque lieu, quelque espace extérieur.» (p. 67)

C’est ce préalable en quelque sorte que veut saisir le concept d’«archivalisation» qui désigne « Ie choix conscient ou inconscient (déterminé par des facteurs sociaux et culturels) qui fait qu’on considère que  quelque chose vaut la peine d’être archvié. L’archvialisation précède l’archivage et l’archivation.»

Ce concept permet également de comprendre l’archivage comme un «régime de pratiques variable selon le temps et le lieu», inséparable des choix conscients et/ou inconcsicent qui le président et le précèdent et qui renvoie à la «culture organisationnelle des concepteurs d’archives». Ainsi, précise l’auteur, «en différenciant l’archivalisation et l’inscription de l’archivation ultérieure suivie par l’archivage nous obtenons une rencontre de facteurs sociaux, religieux, culturels, politiques et économiques» (p. 68).

Pour les problèmes qui sont les nôtres, l’archivalisation des sciences renvoie à l’ensemble des pratiques différenciées de conception, de notation, de conservation des données et des notations produites par les chercheurs. Je en suis pas certain que le concept soit nécessaire, mais peut-être aura-t-il l’utilité de distinguer un peu plus précisément ce que veut dire pour les chercheurs eux-mêmes (producteurs d’archives) non seulement leurs élaborations documentaires, mais les choix différenciés qui sont les leurs avant que n’intervienne (rarement) de l’archivation ou l’archivage proprement dit qui leur échappe  généralement au profit des archvistes.

E. Ketelaar rappelle utilement les systèmes d’archivation sont des «créateurs actifs de catégorie» et que  la technologie de l’archivation sollicitée conditionne l’archivation et l’archivage. Archiver,  c’est donc beaucoup plus que classer, c’est « compren[dre] toutes les phase, de la collecte de documents, de leur gestion et emploi, de leur mise a disposition.»


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.