Métaprotocole: un dispositif utile proposé par Didier Devriese

Dans une autre note, j’ai commenté la notion de «métaprotocole» qui est définie par son auteur, Didier Devriese, directeur des archives de l’Université libre de Bruxelles comme un «outil technique» pour contribuer à l’archivage des documents scientifiques. Il me semble que cette notion est plus qu’un outil technique mais proposer un dispositif scientifique et archivistique très pertinent qui permet d’envisager une intervention active dans la mise en archive de la science. Je voudrais en proposer ici une définition donnée récemment par l’auteur lui-même et la commenter dans d’autres notes sur ce blog.

Je vous en propose un extrait de sa communication récente au Colloque international de Lausanne, des 30 et 31 octobre 2008 (cf. Olivier Robert, Les archives dans l’université, Berne, etc..: Peter Lang, 2009):

Universités, archives et compromission positive: pour une archivistique multidisciplinaire»: 55-77

« Nous avons donc élaboré conjointement avec les producteurs – en l’occurrence – les scientifiques d’un laboratoire de biologie moléculaire – ce que nous avons intitulé  un métaprotocole[1]. Il consiste en une description contextuelle de type particulier qui procède en plusieurs étapes : en premier lieu, une description de l’enchaînement des activités du laboratoire, soit la description, non pas du protocole, de chaque expérience particulière, mais bien du lien des expériences entre elles (et également du lien avec des opérations non techniques (administratives) des membres du laboratoire) ; en deuxième lieu, l’association à chaque niveau de description (cf. infra les normes de descriptions multi-niveau) de la liste du type d’’archives’ produites et leur nature, ainsi que de métadonnées qui devraient y être associées ; enfin, la mise en évidence de la documentation produite par le laboratoire ou le centre technique et non pas ce qui y est conservé. L’ensemble de ces démarches produit alors une ‘image’ relativement fiable du processus d’invention ou de production. Dans le cas des archives des sciences et des techniques, la description précise et détaillée du contexte de production de ces archives ne peut donc se faire que si l’on tient compte des modifications qui affectent cette activité – dans sa nature, dans son organisation, dans ses moyens de production du savoir et bien sûr dans les moyens de communication.
L’objet principal du metaprotocole consiste donc à nous informer sur le fonctionnement du laboratoire (de la chaîne de production, etc.), pour améliorer la description du contexte, de la structure et donc de la compréhension du contenu des documents ; son objectif est de nous aider à résoudre les difficultés techniques (comment mieux décrire et sélectionner) et les difficultés épistémiques par une justification de la sélection des archives ; il s’agit donc bien d’aboutir à la fois à une meilleure connaissance du contexte et donc en définitive à une meilleur compréhension – soit à une utilisation pertinente de la documentation conservée. Cette démarche repose en partie sur des instruments techniques propres au traitement de la documentation : à cet égard, la standardisation des normes de description, ainsi qu’un ‘affinage‘ des critères et du contenu de ces descriptions ont permis de réelles avancées.» (pp. 70-71)

 

[1]Devriese D., (1998), “Methodological approach in collecting science archives: the ‘metaprotocole”, in Working with knowledge – International Archives Conference – Conference papers, Australian Academy of Science & Australian Science Archives Project, Canberra-Melbourne, http://www.asap.unimelb.edu.au/asa/stama/conf/WWKpage2.htm.

[Cette contribution est discutée dans une autre note du blog]


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.