Archives scientifiques ou archives des sciences

J’emprunte ici la définition proposée en 2006 pat Thérèse Charmasson:

« On entendra donc par « archives des sciences », termes sans doute moins ambigus que ceux d’archives « scientifiques », toutes sources d’archives permettant d’étudier l’évolution générale des politiques de recherche et d’enseignement scientifiques, l’évolution de telle discipline scientifique particulière ou encore l’apport de tel ou tel scientifique au développement des connaissances.
Cette définition des archives des sciences à partir de leur objet conduit à distinguer, au sein de celles-ci, trois grandes catégories, à partir de leur provenance : les archives de tutelle des établissements de recherche et d’enseignement scientifiques, les archives propres de ces mêmes établissements, dont les archives des laboratoires et des unités de recherche ne constituent qu’une partie, et les archives personnelles des scientifiques. La notion de provenance d’où découle le statut juridique des archives est en effet primordiale pour la collecte, la conservation et la communication des archives.» (p. 2)

Biblio: Thérèse Charmasson, « Archives scientifiques ou archives des sciences : des sources pour l’histoire », La revue pour l’histoire du CNRS, no. 14 (2006), http://histoire-cnrs.revues.org/document1790.html?format=print.

Cette définition privilégie ici une dimension institutionnelle des sciences qui se retrouve d’ailleurs dans l’article lorsque l’auteure catégorise les types d’archives institutionnelles des sciences: archives des institutions de tutelles (ministère, etc), archives des établissements, archives des laboratoires et finalement qui semblent échapper à cette logique mais qui en est aussi en quelque sorte le plus petit dénominateur commun: les archives personnelles des chercheurs.

Dans le contexte de mise en place des archives des sciences inexistantes ou presque dans les institutions de conservation ou dans les établissement d’enseignement et de recherche, cette définition met l’accent précisément sur ce manque. En même temps, on pourrait recenser sous cette même définition les archives des différentes disciplines, si l’on considère évidemment les disciplines comme des formes de l’institution scientifique.

Une autre perspective qui met l’accent sur l’activité de recherche, cognitive, heuristique ou administrative, retiendrait sans doute plus aisément l’expression «archives scientifiques» sans pour autant d’ailleurs réduire la diversité des pratiques scientifiques à un même paradigme ou un même modèle. Mais on perçoit aussi bien que cette définition introduit des questions et des problèmes assez différents, qui ne sont pas sans incidence éventuellement sur la nature et le type de documents conservés.

C’est dire aussi, que ces deux expressions dans leur distance marquent aussi la complexité des archives scientifiques dont les pratiques ne peuvent se confondre avec les pratiques administratives qui organisent implicitement ou explicitement l’organisation des archives publiques. A suivre….


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.