L’Open Archival Information System (OAIS) pour l’archivage de la recherche en SHS : concepts et expériences

 

L’Open Archival Information System (OAIS) pour l’archivage de la recherche en SHS : concepts et expériences

CC-IN2P3, Amphithéâtre, Lyon, 23 et 24 octobre 2012

Dans le cadre du Réseau thématique transdisciplinaire sur les archives de la recherche, initié par la direction de l’INSH-CNRS, sous la responsabilité de Bertrand Müller, directeur de recherche, nous souhaitons examiner plus attentivement les possibilités de la norme OAIS pour l’organisation de dispositifs d’archivage numériques.

Nous vous convions à participer activement à la journée organisée par le RTP ArchiSHS-CNRS, le Centre Maurice Halbwachs, le Laboratoire Parole et Langage, la MMSH d’Aix et le TGE Adonis, qui se tiendra au CC-IN2P3 à Lyon les 23 et 24 octobre 2012.

L’OAIS est un modèle générique qui ouvre de nombreuses questions sur l’organisation, la collecte, le traitement, la conservation et la valorisation des archives. Désormais reconnu comme norme ISO (ISO14721), l’OAIS s’impose comme un modèle de référence mais vaut aussi pour les nombreuses possibilités qu’il offre.

Comment développer une stratégie globale à partir d’un modèle OAIS ? Comment définir les exigences de compétences dans l’organigramme ? Comment articuler différentes expériences d’archivage les unes avec les autres ? Comment définir une stratégie d’archivage au niveau des structures de recherche (Labex, UMR, etc) ? Comment articuler l’archivage « papier » avec l’archivage numérique ? Comment concilier la pérennisation des archives numériques avec le caractère évolutif des objets de la recherche ? Comment gérer les restrictions d’accès aux données numériques dans le cadre réglementaire français et international ? Comment évaluer les services d’archivage numérique (Data Seal of Approval, Trusted Data Repositories etc.) ?

Les résultats de ces journées seront consignés dans le rapport sur Les archives de la recherche en SHS, préparé par Bertrand Müller à l’intention de la direction du CNRS.

Programme :

23 octobre

09 :30 accueil des participants

10:00 Ouverture de la journée et introduction : Bertrand Müller (CNRS, RTP-ArchiSHS)

Jean-Luc Pinol (TGE-Adonis).

 

10:15-13:00 Table ronde : OAIS, de la norme aux applications

Charlotte Maday (Aurore) : Du papier au numérique : de l’archivage au records mangement

Lourdes Fuentes Hashimoto (MAE) et Marie Laperdrix (Archives Nationales): La norme OAIS: un modèle conceptuel et fonctionnel pour la conservation des archives numériques.

 

14:00-17:00  Exemples et expérimentations de la norme OAIS en SHS

Lorène Béchard (CINES) : « Le CINES : des solutions pour l’archivage des données en SHS »

Nicolas Larousse/Pierre-Yves Jallud (TGE-Adonis) : Présentation du service d’archivage à long terme

Bernard Bel (LPL – SLDR) : Une implémentation du modèle OAIS dans la cadre du projet pilote Adonis

 

 

 

24 octobre

09 :30-10:30 Table ronde : L’OAIS et le volume des données

Gérald Foliot (TGE Adonis) : Présentation de la grille Adonis

 

10 :45-11.45 Table ronde : L’OAIS, communication, diffusion et accès aux données.

Bernard Bel (LPL – SLDR) : Gestion automatisée des droits d’accès : vers un modèle générique

 

12.00-12.30  Conclusion : Bertrand Müller (RTP ArchiSHS), Jean-Luc Pinol (TGE-Adonis)

Les places étant limitées, nous vous prions de vous inscrire au préalable en vous adressant à : Bertrand.muller@ens.fr

Liste des intervenants/participants aux tables-rondes (à confirmer) :

Lorène Béchard (CINES)

Bernard Bel (LPL – SLDR)

Christine Berthaud (CCSD)

Laurent Capelli (CCSD)

Gerald Foliot (TGE Adonis)

Véronique Ginouvès (MMSH)

Séverine Guillaume (LACITO – CRDO Paris)

Lourdes Fuentes Hashimoto (MAE)

Michel Jacobson (SIAF)

Pierre-Yves Jallud (TGE Adonis)

Thomas Kachelhoffer (CC-IN2P3)

Marie Laperdrix (Archives Nationales)

Nicolas Larrousse (TGE-Adonis)

Charlotte Maday (AURORE)

Philippe Prat (CINES)

Stéphane Pouyllau (TGIR Corpus)

Jean-Luc Pinol (TGE Adonis)

Bertrand Müller, (CNRS, RTP-ArchiSHS)

Qu’est-ce qu’une archive en ethnographie ? un entretien avec Florence Weber

Qu’est-ce qu’une archive en ethnographie ? un entretien avec Florence Weber, directrice du Département des sciences sociales de l’ENS, réalisé par Bertrand Müller, le 14 septembre 2011, au Centre Maurice Halbwachs

BM: Dans les sciences sociales, on assiste à un mouvement qui vise à conserver les données, pour les rendre disponibles en particulier à d’autres chercheurs, mais aussi à les pérenniser, donc à les archiver. C’est le cas en particulier pour les données quantitatives avec le réseau Quételet mais aussi pour des données issues d’enquêtes qualitatives. Qu’en est-il en anthropologie? Y a-t-il des opérations similaires?

FW : Je prendrai le problème un peu autrement. Pour nous se pose la question de la scientificité de notre démarche. On nous dit souvent que ce que nous disons ne repose sur aucune donnée fiable puisque nous n’exhibons pas de document. En fait nous fondons nos analyses et nos interprétations sur des informations nombreuses, sur des masses de données, nous avons un journal de terrain, des fichiers, des documents photographiques, de toute nature. Mais pour des raisons déontologiques nous ne les communiquons pas car nous devons absolument protéger les personnes qui nous font confiance.

L’enjeu pour nous ce ne sont pas les documents mais leur circulation, leur communication… C’est évidemment particulièrement délicat lorsque nous travaillons sur des terrains et dans des milieux sensibles, en particulier la santé, les prisons, lorsque les individus ou des proches pourraient être identifiés. Nous avons un devoir de confidentialité, d’anonymat…

BM: La confidentialité et le respect des personnes est évidemment incontournable, mais cela n’interdit pas d’archiver, les archives sont elles aussi soumises à des règles et des restrictions de communication… 

FW: Nous sommes pris dans un dilemme. Nous avons besoin de conserver nos données pour attester le caractère scientifique de notre démarche mais en même temps nos données ne peuvent pas être rendues publiques. C’est ainsi que dans nos travaux, dans les thèses en particulier, toutes les données nominatives sont anonymisées. Dans ce sens, nos documents s’apparentent aux archives privées, nos données sont nominatives, et lorsqu’elles sont numérisées elles tombent sous le coup de la LIL, du respect de la personne…

BM: … mais ce n’est pas nécessairement en contradiction avec l’archivage, la conservation des données, leur pérennisation.

FW: Nos documents relèvent globalement de deux catégories: un journal de bord, journal de terrain qui s’apparente au journal de laboratoire des scientifiques. J’ai pu m’en assurer et le vérifier à plusieurs reprises, il y a là une pratique commune, largement partagée d’ailleurs. Par ailleurs, second ensemble documentaire, nous collectons des informations et une documentation aussi large que nécessaire et possible. Ces informations sont consignées sur des fichiers, aujourd’hui, évidemment aussi numériques. Y figurent en particulier des entretiens qui sont transcrits mais dont nous devons conserver l’enregistrement original. Nous sommes donc confrontés également à la mise en ordre de notre documentation, à son classement, à la sélection et au tri pour la conservation. D’une certaine manière notre démarche est archivistique, nous collectons et nous archivons. Notre démarche est aussi semblable à celle de l’archéologue qui doit archiver ce qu’il détruit au fur et à mesure de ses fouilles.

Par ailleurs, la conservation est nécessaire car elle nous garantit la possibilité de faire retour. Mais c’est aussi un retour particulier. Je considère l’enquête de terrain comme une expérimentation mais une expérimentation qui porte sur l’ethnographe lui-même, c’est une expérimentation sur soi, dans la mesure où au fil de son travail il est confronté à des situations qui peuvent parfois être très dures et qui infléchissent son regard et son parcours. C’est bien une forme de réflexivité mais elle n’est pas toujours contrôlée ni contrôlable en particulier lorsque nous travaillons dans des milieux à risque.

BM: La conservation ici c’est aussi un enregistrement de la preuve, ou du moins, puisque la preuve, ce n’est pas seulement un élément matériel mais un dispositif de vérité, un ensemble de données, d’informations qui soutiennent la preuve. Il s’agit donc d’enregistrer des données fiables, réutilisables, y a-t-il sur ces questions, sur ces enjeux de la mise en archive une discussion, un consensus parmi les ethnologues?

FW: Il y a globalement un consensus sur l’importance du journal de terrain qui est une évidence. Les ethnologues tiennent un journal dans lequel ils consignent des informations, des remarques, des analyses très diverses. Sur les usages du Journal et en particulier sur la possibilité de la revisite, c’est-à-dire sur la possibilité de reprendre des informations lorsqu’un autre scientifique – ou le même – revient sur une recherche, les pratiques peuvent diverger. Mais pour ma part, je m’efforce de mettre en oeuvre une pratique strictement contrôlée notamment pour les thèses. Le jury a à sa disposition la thèse contenant des données anonymisées, mais il a aussi accès à la grille d’anonymisation qui demeure cependant strictement confidentielle.

Cette confidentialité une fois encore est essentielle. Une jeune collègue, Anne Paillet, a travaillé sur un domaine extrêmement sensible: les décisions difficiles concernant les nouveaux-nés risquant de rester handicapés à vie dans les services de réanimation néo-natale. Non seulement elle ne voulait pas révéler les noms, mais elle tenait à garder confidentielle l’idée même qu’elle avait rédigé un Journal…

BM: Une forme en fait de secret médical…

FW: Exactement, et je plaide pour ma part, pour l’introduction dans ma discipline d’un code de déontologie strict. Aux Etats-Unis, c’est un thème obsessionnel, il y a une littérature considérable sur ce sujet. Les ethnologues se remettent encore difficilement de la  manière dont ils ont été utilisés lors de la guerre du Vietnam et puis encore plus récemment en Afghanistan ou au Pakistan. Lorsqu’un ethnologue travaille dans les milieux des délinquants, il consigne évidemment des informations qui peuvent intéresser la police. L’ethnologue a un devoir absolu de protéger son enquêté. Même si l’actualité de ces données, les petites histoires, les ragots, les détails, sont assez rapidement obsolètes car les «affaires» sont rapidement oubliées.

BM: Quelles seraient dès lors les bonnes pratiques de conservation qui garantiraient et la confidentialité, rappelant ici que conserver n’est pas encore communiquer, et une mise en archive efficace pour le travail scientifique?

FW: Je peux répondre ici à partir de mon travail actuel. Nous travaillons en collectif constitué de 10 personnes sur des questions concernant le handicap. Cette pratique d’enquête collective nous confronte très précisément à ces questions car nous ne pouvons pas nous contenter de consigner les données pour notre propre usage mais nous devons penser à les transmettre, de manière à ce qu’elles soient appréhendées explicitement, aux autres membres de l’équipe, sans qu’elles ne sortent du collectif bien entendu. Nous sommes donc ici dans une situation de communication des informations qui doivent être correctement consignées et lisibles, mais dont les conditions de l’échange dans un milieu fortement concurrentiel et aussi très individualisé doivent être parfaitement négociées. Se pose aussi la question de la propriété des données, en l’occurrence nous avons opté pour une propriété collective.

Ici nous fonctionnons à titre expérimental et nous tâtonnons, mais la préparation des données pour le collectif et pour la conservation, la mise en archive, prend du temps. Nous sommes en train de réfléchir à la possibilité d’intégrer au groupe une personne qui prendrait en charge une partie de ce travail. Cela devrait être faisable. C’est ce que nous pratiquons déjà pour la retranscription d’entretiens qui sont réalisées par des étudiants en maîtrise, c’est par ailleurs, un travail assez formateur.

Il s’agit bien alors de maintenir la chaîne documentaire, de l’enregistrement original à la transcription, des matériaux collectés et mis en fiche. Il s’agit aussi de consigner les décisions prises sur les données et pour cela le journal de terrain est un instrument efficace. L’objectif c’est de parvenir à un travail routinier similaire à celui des archéologues dans l’enregistrement des données.

BM: Est-ce une pratique courante dans la discipline…

FW: Non, pas à ma connaissance… Tous les problèmes ne sont pas résolus. Pour ma part, je tiens un journal de terrain qui est en fait une sorte de journal intime dans lequel je consigne tout, pas seulement les informations de la recherche… mais je n’ai pas trop de problèmes à ce que certains éléments même très personnels soient un jour lus par d’autres…

BM: Comment organiser alors, si cela est pertinent, l’organisation de la collecte à un niveau plus général, celui de la discipline par exemple?

FW : Il faudrait commencer par une incitation aux équipes, par exemple en finançant l’archivage (main d’œuvre et espaces de stockage) des équipes qui souhaitent entrer dans ce processus. Il me semble que la jeune génération est prête pour cela et que nous pourrions commencer ici même, dans la formation doctorale « Sciences de la société », où les sociologues et les anthropologues ont développé une pratique commune du terrain et de la réflexivité.

BM: Quels seraient également les usages des informations conservées au delà des nécessités de la recherche elle-même? N’y a-t-il pas un risque de «patrimonialiser» un matériau qui serait devenu  inerte d’un point de vue scientifique? 

FW: Il y a dans une perspective scientifique, la revisite, et avant la revisite le retour de l’enquêteur lui-même sur ses données… qui doit demeurer possible… Ensuite, tout en respectant scrupuleusement une déontologie, nous pouvons également encourager une certaine valorisation publique de nos résultats et des informations, des ressources que nous avons mobilisées.

Cela se fait couramment autour des collections de photos, par le biais du film ethnographique qui est une part très importante du film documentaire. Il est également possible d’envisager dans une perspective plus strictement scientifique des mises en ligne avec accès limité de certaines données de nos enquêtes. Je travaille aussi sur l’histoire de l’anthropologie, je relis les documents des expéditions du capitaine Cook, ses journaux de bord, les documents iconographiques (portraits, esquisses, etc.), toute cette documentation a été archivée, elle est passionnante à lire, mais aussi très instructive pour nous aujourd’hui, pour notre travail scientifique. Je vois assez bien comment on pourrait valoriser de telles ressources, les mettre en ligne pour en faire profiter un large public mais aussi la communauté scientifique….

Peut-être parviendra-t-on, en combinant le travail sur des données contemporaines et le travail sur les archives du terrain, à un prototype d’archivage qui préserverait et garantirait la confidentialité des données, de certaines d’entre elles, et pourrait également aboutir à des formes de valorisation. Il y a d’ailleurs des exemples magnifiques; notamment le site sur les classes moyennes en Afrique (cf. http://www.classesmoyennes-afrique.org/)

BM: Tu plaides aussi pour fixer une priorité de la mise en archive qui doit être dictée par des considérations scientifiques, mais comment dès lors intégrer dans l’archive des données ethnographiques de la part du chercheur, celle qui relève de ses papiers personnels? 

FW: Là tu te réfères essentiellement au Journal de terrain, c’est au bon plaisir des chercheurs, il s’agit bien entendu d’un document personnel, et aucun ethnographe ne le déposera s’il ne l’a pas décidé. Par ailleurs, rien n’exclut une diffusion après un certain temps, certains des journaux de terrain d’ethnographe ont fait l’objet de publications même si cela reste exceptionnel et le restera.

Le point le plus compliqué réside dans la décision de publier des documents qui n’ont pas été rédigés pour être publiés mais au contraire, pour rester confidentiels. Il y a un travail de remise en ordre, de mise en forme, qu’on ne peut pas obliger les ethnographes à effectuer par principe, mais qui est indispensable si l’on veut envisager une valorisation. Je dirais qu’à peine 2% des données collectées – et archivées si nécessaire – par l’ethnographe ont vocation à être publiées. Il faudra aussi décider à quel moment ce qu’on a collecté sans trop savoir pourquoi, par souci de ne rien rater, doit être conservé ou au contraire détruit. C’est la décision de l’ethnographe bien sûr, et cela fait partie de son travail scientifique, même s’il ne peut l’effectuer sérieusement qu’une fois l’analyse publiée.

 

BM/18.09.2011

Archives privées / archives publiques. Le nécessaire détour par l’histoire

La question du statut des archives des chercheurs suscite toujours de nombreux débats dans les milieux professionnels mais aussi parmi les chercheurs. D’un point de vue juridique, la loi sur le patrimoine précise que tout document produit dans le cadre d’une activité publique relève du domaine public et est donc considéré comme archive publique. La recherche qui relève de la sphère publique (université, CNRS, certaines grandes écoles) ne bénéficie pas d’un statut particulier et ses archives devraient être traitées comme toute archive de l’administration. Cette assimilation demeure cependant problématique. Je ne veux pas en traiter ici les dimensions juridiques, mais revenir sur quelques éléments historiques de la constitution des archives privées qui pourraient enrichir, me semble-t-il, le débat actuel.

Un ouvrage collectif récent paru dans la collection des Manuels et guides pratiques de la Direction des Archivés de France (cf. référence ci- dessous), est éclairant à ce sujet. Un premier chapitre historique rappelle la situation à l’issue de la Révolution française. Un mouvement de centralisation à Paris et en province a d’abord rendu nécessaire le tri , «déterminé par l’utilité des papiers séquestrés pour la gestion». (p. 7) Le traitement (triage et destructions officielles)  des archives privées (séquestrées) est donc associé à la gestion des titres de propriété.
In fine ce sont des petits dossiers de familles qui ont été conservés ne constituant que rarement des fonds mais le plus souvent des «épaves rescapées des tris». (p. 7)
Aujourd’hui, ces papiers (série T) sont considérés «à l’instar des biens acquis à l’Etat par suite de successions en déshérence» comme des «papiers privés tombés dans le domaine public».

C’est en 1856 que fut créée la série ABXIX pour recueillir des papiers privés parvenus par voies extraordinaires (pas par versement administratif). Cependant dans la plupart des cas, la collecte de ce genre de documents répondait à une préoccupation publique: il s’agissait de récupérer des archives publiques passées (provisoirement) en mains privées sans les réintégrer dans les fonds d’origine, manière d’articuler ainsi le respecter des fonds et la «domanialité publique».

A la fin du XIXe, des historiens s’y intéressent. Plus exactement, le marquis de Vogüé, président de la Société de l’histoire de France, et propriétaire d’archives privées, milite pour la préservation et la valorisation des archives familiales, sources précieuses pour la «reconstitution des annales nationales». La mobilisation des historiens n’aura cependant que des effets très limités: en dix ans, les Archives nationales ne récupéreront que deux fonds de famille!

Redéfinir l’espace privé. Une politique volontariste
C’est au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale que change  la situation. Charles Braibant crée une sous-section des archives économiques, privées et du microfilm. Cet effort s’inscrit aussi, me semble-t-il, dans une situation archivistique nouvelle: la volonté d’élargir la notion d’archive privée qui ne se réduit plus aux archives familiales, aux papiers d’érudits ou aux documents isolés (ABXIX), mais qui intègre les archives familiales et papiers d’hommes politiques (AP), les archives d’entreprise (AQ), les archives de presse (AR); les archives des sociétés et d’associations (AS).
C’est la notion de «privé» qui est corrigée et redéfinie comme «sociétal» ou comme «civil» au sens où la société civile se différencie de l’appareil administratif et politique. L’archive ici intègre, s’efforce d’intégrer des transformations qui opèrent dans la société elle-même; elles marquent un nouveau rapport entre le public et le privé, qui se traduit ici par la prise en compte de l’entreprise, de la presse (mais pas la radio, ni le cinéma, ni la TV encore balbutiante), des associations enfin.

L’ambition de Braibant s’accompagne aussi d’une stratégie volontariste qui portera ses fruits: il lance une enquête pour établir un inventaire des archives privées, crée des comités multi-disciplinaires de sauvegarde des archives économiques et des archives familiales, encourage le recours au microfilmage pour la sauvegarde, engage une ambitieuse politique d’achat. Le résultat sera naturellement positif: en 7 ans 145 nouveaux fonds viennent enrichir les quelque cents fonds accumulés en un siècle. Ce n’est le lieu de reprendre ici les développements ultérieurs , mais il convient de rappeler d’abord que la service va se sub-diviser en plusieurs sections regroupant en 2008 près de 1200 fonds (30 km linéaires).

La loi sur les archives de 1979  a donné plus de moyens juridiques aux Archives nationales pour le traitement et la gestion des archives privées et des ressources supplémentaires (crédits d’acquisition) ont été accordées. Cela s’est traduit par une accélération des classements et la multiplication des instruments de recherche qui sont progressivement édité sur Internet. Les Archives nationales développent encore leur mission d’expertise juridique sur ces questions.

Archives privées, archives résiduelles
Cette note historique un peu commentée ici suscite plusieurs remarques:
Une notion problématique: la notion d’archive privée est restée du point de vue des archives publiques (cela ne concerne pas que la France) une notion problématique. Le privé s’est défini par rapport au public: privé résiduel ou public oblitéré, l’archive privée n’a pas vocation à entrer dans les archives publiques.
Le privé et le public: L’ouverture des archives au privé a été le fait souvent d’initiatives volontaristes qui ont traduit aussi sans doute une évolution des rapports entre la sphère publique et la sphère privée, mais aussi un des effets des nouvelles technologies de conservation (le microfilm d’abord, l’informatique ensuite). Ainsi, plus généralement, il semble bien aussi qu’une bonne appréciation de la notion d’archive privée ne peut faire l’économie d’une part de sa qualification relative (la loi de 1979 et le code du patrimoine le confirme encore: l’archive privée, c’est bien encore un résidu. Tout ce qui ne tombe pas sous le coup de la définition de l’archive publique. Mais d’autre part, pour être en mesure d’apprécier «scientifiquement» la valeur des fonds conservés, il est très éclairant de se reporter à une histoire de la constitution des séries de fonds privés.

Archives privées, archives scientifiques
D’autre part, il est remarquable que la notion d’«archive scientifique» n’apparaisse pas dans le manuel sinon très incidemment, dans le chapitre consacré à la «typologie et principales spécificités des fonds d’archives privées», p. 129 et suivantes, on y retrouve les catégories suivantes:

Archives

* personnelles
* d’écrivains
* d’érudits, d’historiens et de géographes
* d’artistes
* d’architecte
* de scientifiques
* familiales
* domaniales et seigneuriales
* d’entreprises
* de presse
* d’associations
* de syndicats et de partis politiques
* cultuelles (depuis 1905)

Les deux catégories qui pourraient englober les archives des SHS sont très instructives.
Je relève quelques éléments:

* «Les archives d’érudits, etc… sont», relève d’emblée la notice, « par leur caractère touffu […] les fonds privés les plus difficiles à traiter.» (p. 131)
* «La coexistence de fonds et de collections dans les papiers d’érudits peut encore ajouter à la confusion.»

Les archives scientifiques semblent poser moins de problèmes. La notice se contente de relever les catégories de documents et leur classement. Cette différence tient aussi pour partie (ce n’est pas souligné dans le manuel) à l’intérêt et au traitement différencié des archives d’érudits et de scientifiques qui transparaît notamment dans les deux exemples cités pour les sciences: le fonds Louis de Broglie conservé à l’Académie des sciences, le fonds Louis Pasteur, à la Bibliothèque nationale.

Archives de scientifiques
Ces deux exemples de fonds qui ne sont pas conservés aux Archives privées souligne ici en creux une autre difficulté des archives de chercheurs: leur dispersion dans les institutions de conservation. C’est une dimension soulignée par Thérèse Charmasson dans son précieux guide des fonds de scientifiques conservés en France: « une grande dispersion de ces documents entre services d’archives et bibliothèques relevant de différentes instances administratives, […] constituant un frein au démarrage et à la poursuite de nombreuses recherches.» (p. 13)

Par ailleurs, Th. Charmasson relevait également la «grande permanence dans les formes «diplomatiques» des documents, qu’ils soient conservés dans des services d’archives ou dans des bibliothèques. » (p. 13)

Cette dernière remarque plaide évidemment pour une meilleure collaboration entre services concernés, nécessaire pour ce qui concerne les archives scientifiques. Le Guide en est à cet égard comme un manifeste concrétisé.

références:
Nougaret, Christine, et Pascal Even, éd. 2008. Les archives privées. Manuel pratique et juridique. Paris: La Documentation Française.
Charmasson, Thérèse. 2008. Les archives des scientifiques XVIe-XXe siècle. Guide des fonds conservés en France. Paris: Editions du CTHS.

 

BM

Archiver, partager les données. Le réseau Quételet

Le réseau Quételet. Réseau français des centres de données pour les sciences sociales

web: http://www.reseau-quetelet.cnrs.fr/spip/

Ce n’est pas un Institut qui gère aujourd’hui la conservation et le partage des données en France, mais un réseau, le réseau Quételet constitué autour de plusieurs institutions:

La structure
Il est placé sous la responsabilité du Comité de Concertation pour les Données en Sciences Humaines et Sociales (CCDSHS) qui a en charge la politique nationale de données au Ministère de la Recherche.
Le Comité coordonne l’accès aux micro-données et apporte des soutiens à la formation à l’utilisation des données ainsi qu’à la collecte et à la documentation de données utiles à la recherche.

Il est composé de trois partenaires:
* CDSP Centre de Données Socio-Politiques, Grenoble
* CMH-ADISP Centre Maurice Halbwachs – Archives de Données Issues de la Statistique Publique, Paris
* INED Institut National d’Etudes Démographiques, Paris
et de plateformes universitaires qui forment à l’utilisation des données.
* Lille, depuis 2003,  (PUDL)
* Lyon, depuis 2008,  (DATA SHS)
* Caen, depuis 2011,  (PUDC)
Ces plateformes proposent une aide à la recherche, à l’acquisition et à la mise en œuvre des fichiers de données, des formations à la compréhension, à l’utilisation et au traitement de ces données, des formations à l’utilisation d’outils informatiques et statistiques

Les données
Le réseau gère la collecte, la conservation et le partage des données françaises pour les SHS, il s’agit essentiellement de données provenant de

* Grandes enquêtes, recensements et autres bases de données issues de la statistique publique française
* Grandes enquêtes françaises provenant de la recherche

Il propose aussi un accès privilégié à des enquêtes internationales. Le réseau Quételet est membre du CESSDA, structure européenne d’échanges de données.
Il est placé sous la responsabilité du Comité de Concertation pour les Données en Sciences Humaines et Sociales (CCDSHS) qui a en charge la politique nationale de données au Ministère de la Recherche
Le Comité coordonne l’accès aux micro-données et apporte des soutiens à la formation à l’utilisation des données ainsi qu’à la collecte et à la documentation de données utiles à la recherche.

Les Missions
Les missions du réseau sont de trois ordres:

* L’archivage des données auprès des chercheurs (prospection et recueil des enquêtes, documentation des données, indexation des données, construction des métadonnées)
* La diffusion gratuite des données (envoi de fichiers de données aux utilisateurs, contrôle déontologique des opérations, conseil et formation auprès des utilisateurs)
* La valorisation des données (veille méthodologique,, liens avec les producteurs et les chercheurs en Sciences Sociales, mise à disposition de fichiers pédagogiques, participation aux temps forts de la communauté scientifique (séminaires de recherche, ateliers de formation)

Archivage

La conservation des données est inséparable de leur communication, mais précisément seule une conservation de bonne qualité qui suppose un bon archivage est garant de la qualité des données, ressources rares et onéreuses, qui seront proposées.
En conséquence, le réseau assure la pérennité de l’archivage sur le long terme (veille permanente) correspond aussi à une authentification, un contrôle et une valorisation des données qui reposent sur des standards professionnels de documentation des jeux de données. Pour réaliser ces opérations, le réseau coopère avec les Archives nationales et encourage la mise en place de Comités d’archivage historique dans les institutions concernées par la production de données en sciences sociales.

BM/17.08.2011

Data Archive: documentation et métadonnées

L’un des principes majeurs du partage des données réside dans les conditions qui assurent à une donnée sa compréhension et son interprétation par un utilisateur tiers. Ce qui exige une description claire et précise des données ainsi que des informations sur le contexte de leur production.

Deux notions expriment ces exigences:

* la documentation
* les métadonnées
Si je m’en réfère à la dernière édition du Guide des bonnes pratiques publié par le UK Data Archive (mai 2011, cf fiche), elles peuvent être formulées ainsi. (cf. p. 8-10)

1) documentation.
Une donnée isolée, c’est-à-dire coupée de son contexte de production mais aussi de validité est une donnée inutile. Documenter une donnée revient à noter comment elle a été conçue et saisie, ce qu’elle signifie, à préciser son contenu et sa structure. La documentation est également décisive pour assurer une longue conservation des données.
Une bonne documentation comprend des informations sur:

  • le contexte de la collecte de données (historique du projet, ses objectifs, ses hypothèses)
  • les méthodes de collecte des données
  • la structure des données et les liens entre elles
  • la validation des données, les procédures de test, de preuves, etc.
  • les éventuels changements dans le temps
  • informations sur l’accès et les conditions d’usage ou de confidentialité

2) les métadonnéess sont des éléments de documentation qui ont une signification et un but précis. Ces sont des éléments standardisés qui décrivent l’origine, le but, la référence temporelle, la localisation géographique, le créateur, les conditions d’accès et d’utilisation des données. Les métadonnées  sont utilisées comme ressources pour la recherche de données ou comme référence pour les citations.
Ces métadonnées sont généralement structurées et standardisées selon des normes internationalement reconnues (Dublin Core, ISO19115, Data Documentation Initiative (DDI), Metadata Encoding and Transmission Standard (METS) and General International Standard Archival Description (ISAD(G)).

Il y a me semble-t-il des confusions pas encore levées concernant ces notions entre les gestionnaires de données et les archivistes, confusions entretenues en particulier par la numérisation des archives qui en font des documents qui pour être identifiés doivent être eux-aussi accompagnés de métadonnées sans lesquelles ils risqueraient de devenir inaccessibles.

Entre chercheurs ou spécialistes de disciplines différentes, en fonction des impératifs de la recherche elle-même, la précision de la documentation et des métadonnées demeurent un enjeu important et non tranché sur le fond. En particulier, les exigences de précision dans la définition des données peuvent varier d’une discipline à l’autre en fonction aussi de la complexité des données qui sont conservées.

BM/15.08.2011

DATA ARCHIVE: une mise au point et une nouvelle édition

Uk Data Archive vient de publier une nouvelle version (3e révision) de son guide pour l’archivage des données. Il peut être téléchargé à cette adresse: http://www.data-archive.ac.uk/media/2894/managingsharing.pdf

 

DATA ARCHIVE et archivage

Cette réédition me permet de souligner à nouveau quelques unes des différences qui surgissent entre l’archivage des données (Data Archive) et la pratique habituelle de l’archivage.
Le concept de DATA ARCHIVE a pour objectif de définir le plus précisément possible un ensemble de données produites par la recherche ou issues du  monde social de manière à ce que ces données soient certifiées, normalisées, formatées pour être proposée à la communauté des chercheurs pour des recherches primaires ou secondaires. Cette conception vise en effet à réduire au maximum l’hétérogénéité des données, à les inscrire dans un cadre cohérent et stable, conditions qui garantiront la possibilité de leur circulation et de leur réemploi. La priorité ici n’est pas la conservation pérenne mais le partage de données cohérentes, même si ce partage prévoit un terme qui peut être long. C’est la fonction ici qui me paraît différente. Le rapport du DATA Archive par rapport aux archives s’apparente un peu au rapport qu’entretient une bibliothèque scientifique de travail avec une Bibliothèque nationale qui a vocation a conserver dans la très longue durée.

Le concept implique dès lors une gestion contrôlée de la production des données et exige donc une relation active et forte avec les chercheurs qui produisent et utilisent ces données. Le partage de données est ici pensé comme une exigence de la vie scientifique elle-même et de la recherche.

Ce que résume le Guide en quelques sentences précises:

Partager des données, c’est

  • encourager la recherche et le débat scientifiques
  • promouvoir l’innovation et l’usage potentiel de nouvelles données
  • soutenir de nouvelles relations entre les utilisateurs et les producteurs de données
  • maximiser la transparence et la responsabilisation
  • encourager l’amélioration et la validation des méthodes
  • réduire le coût de duplication des données
  • augmenter la visibilité et l’impact de la recherche
  • soutenir la recherche qui crée des données
  • fournir des ressources pour l’éducation et la formation

Je suis bien conscient que ces objectifs ne sont pas étrangers au monde des archivistes, mais si je les rappelle ici c’est d’abord pour mettre en évidence le fait que ceux-ci se rapportent ici d’abord à une logique scientifique et non pas patrimoniale.

L’accent est porté ici sur la communication et la diffusion et non pas la sélection, l’inventaire et la conservation pérenne.

Une tendance forte est en passe de s’imposer dans le domaine de la production et gestion des données des SHS:

  • la gestion des données concerne des masses de plus en plus importantes de données, publiques et privées;
  • leur traitement fait l’objet d’efforts considérable de normalisation et de standardisation correspondant aux exigence posées de leur circulation. Ces efforts sont aujourd’hui largement internationaux, et les débats se déroulent à un niveau au moins européen;
  • à cette échelle, des enquêtes de très grandes envergures sont lancées ou en cours et concernent des domaines de plus en plus vastes, mais aussi des domaines spécifiques qui sont suivis sur de longues années;

La mise en place de dispositifs capables de traiter des données à cette échelle a entrainé des investissements importants mais encore assez disparates d’un pays à l’autre. Des infrastructures ont été créées et des personnels spécialisés se sont formés; la gestion des données s’est «professionnalisée» et partiellement autonomisée de la recherche elle-même. Producteurs et utilisateurs ne sont plus nécessairement les mêmes personnes.

Le Guide qui est proposé ici traduit ce mouvement qui ne concerne pas que les SHS, d’autres centres de données existent également pour les disciplines des sciences de la nature ou de la vie. Il émane d’ailleurs de l’Université d’Essex qui a été pionnière en ces matières et qui gère également le UK Data Archive, l’une des premières institutions du genre.

Le Guide qui est un Guide des bonnes pratiques pour les chercheurs s’adresse en priorité aux chercheurs eux-mêmes et leur proposent une démarche, des conseils et des exemples pour les inciter à déposer leurs données.

Bonnes pratiques de gestion des données
J’en donne ici simplement la table des matières qui fait office de vade-mecum.  Après deux chapitres concernant le partage et la gestion ded données, les chapitres suivants s’adressent plus spécifiquement au chercheur et lui proposent des conseils pour documenter les données (documentions, métadonnées); les formater les données, les enregistrer. Ensuite, un chapitre rappellent les règles et la déontologie, puis le copyright, les droits d’auteurs. Enfin le dernier chapitre vise plutôt les «stratégies» pour les centres de recherches.

La table des matières est assez explicite, et ici encore ne s’apparente que d’assez loin avec un tableau de gestion. Ces opérations sont semblables à celles du Records Management appliqué à la production de données, ce que traduit bien l’expression de Data Magagement!  Car ce qui est demandé  ici au chercheur c’est bien au-delà du tri, et de la documentation, une véritable mise au standards des données, condition nécessaire à leur conservation et leur circulation.
Pour les archives de la recherche, ces opérations «scientifiques» produisent aussi une véritable «sélection» des matériaux puisque, a priori, seuls les matériaux susceptibles d’être mis à ces normes seront retenus. Il y a là me semble-t-il un noeud cristallisant les différences mais aussi les effets de la gestion des données.

BM/15/08/2011

Bertrand Müller et Serge Wolikow: Sciences sociales : archives de la recherche

Une réflexion sur les archives de la recherche s’inscrit dans une perspective scientifique, plus exactement elle contribue aux débats actuels sur la scientificité des sciences sociales et dans ce sens-là elle engage leur avenir plus encore que leur passé. Elle n’est en effet nullement réductrice à une démarche conservatoire et patrimoniale. Le recours aux archives apporte des matériaux…


 

 

 

 

 

 

 

 

 

IntroductionPage 2 à 3
Bertrand Müller et Serge Wolikow   Sciences sociales : archives de la recherche

Dossier : Sciences sociales : archives de la recherchePage 4 à 24
Bertrand Müller   À la recherche des archives de la recherche. Problèmes de sens et enjeux scientifiques

Page 25 à 45
Gilles Laferté   Des archives d’enquêtes ethnographiques pour quoi faire ? Les conditions d’une revisite

Page 46 à 65
Marie Scot   Les archives britanniques des sciences sociales. Deux études de cas : UK Data Archive (UKDA) et Qualidata
[ Résumé ][ Version HTML ][ Version PDF ]

Page 66 à 87
Nicolas Mariot   Les archives de saint Besse. Conditions et réception de l’enquête directe dans le milieu durkheimien

 

WEB: https://www.cairn.info/revue-geneses-2006-2.htm

Archives des données des SHS: DATA ARCHIVE

Je reviens ici sur la question des rapports entre données et archives dans les sciences sociales. La conservation des données, le cas échéant leur archivage, a fait l’objet de traitements spécifiques dont je rappelle ici les étapes et les enjeux pour l’une des entreprises pionnières dans ce domaine: le UK Data Archive

DATA ARCHIVE
Une formule désigne l’ensemble de ces opérations: Data Archive, l’expression anglaise renvoie à une idée assez précise et déjà ancienne. Elle désigne de manière précise la conservation de données économiques et sociales produites par des enquêtes.

C’est en effet au début des années 1960 que des universitaires anglais ont réfléchi à l’élaboration de dispositifs pour favoriser le partage des données issues d’enquêtes économiques et sociales en Grande Bretagne.
Deux motivations importantes:
1. trouver une solution pour favoriser la communication (médiocre) des données entre les chercheurs anglais;
2. parer à l’exportation de données vendues à des institutions américaines.

1963 . En décembre est créé le Social and Economic Archive Comittee (SEAC), auparavant intégré dans le Political and Economic Planning depuis 1931, institution financée aussi bien par la London School of Economics, le Social Science Research Council, l’industrie et le gouvernement.
Le SEAC entrepris donc une inventaire des enquêtes susceptibles de fournir des données pour des analyses secondaires, qui concerna dans un premier temps surtout les recherches provenant du marché et autres produits commerciaux plutôt que les travaux universitaires. Ce qui motiva des chercheurs à réfléchir à trouver un lieu de conservation des données économiques et sociales. Le choix se fixa sur l’université d’Essex.

Changements de dénomination
Etabli en 1967, le centre d’archive a changé 5 fois de nom:

* 1967: SSRC Data Bank
* 1972: Survey Archive
* 1982: SSRC Data Archive
* 1984: The Data Archive
* 2000: UK Data Archive

Ces changements de dénomination reflètent également la reconnaissance du service d’archives des données, en particulier dans les années 1980, lorsque le SSRC, confronté à l’hostilité du gouvernement, fut contraint de renoncer au mot «science» et de se rebaptiser Economic and Social Research Council.

1970s
En Grande Bretagne, dans les années 1970, la recherche dans les sciences sociales empiriques obtint d’importantes ressources financières: s’élevant approximativement à 50 mio de £ par année dont la moitié pour les universités. Les crédits ont été coupés dès le début des années 1980

1980s
Après des débuts difficiles, un changement s’opéra dans les années 1970 lorsque les Services statistique du gouvernement commencèrent à communiquer les données publiques au Survey Archive.
Les restrictions budgétaires des années 1980 entravèrent la collection des données mais ont encouragé l’exploitation des données pour des études secondaires.

1990s
Dans les années 1990, de nouveaux efforts ont été consentis et la notion de Data Archive s’est implantée.
En 1992 est créée une Unité historique des données (History Data Unit) au sien des Archives qui sera intégrée au Arts and Humanities Data Service (AHDS) en 1995.

2000s
Au cours des années 2000, le service est devenu le UK Data Archive, dénomination qui témoigne aussi de son importance dan sel le développement d’un réseau international de conservation des données économiques et sociales.
C’est donc un nouveau développement qui confirme et consolide les acquis des politiques de conservations es données en Grande Bretagne. De nouveaux services lui sont attribués :

2001. intégration de Qualidata, service de conservation des données qualitatives
2003: collaboration entre 4 centres de données:

  • * UKDA;
  • * Institute for Social and Economic Research (ISER), Essex;
  • * Cathie Marsh Centre for Census and Survey Research (CCSR), Manchester
  • * Manchester Information and Associated Services (MIMAS), Manchester.

2005: UKDA a été désigné comme un lieu de dépôt de données publiques auprès des Archives nationales et dispose désormais de d’un bâtiment

Données et grandes enquêtes
Le DA a recueilli à ses débuts assez difficilement des données d’enquête quantitatives, mais la situation a changé dès lors que les données de grandes enquêtes lui ont été confiées. En particulier, à partir de 1971, le traitement des données du recensement.

Puis ce furent successivement:

* General Household Survey
* Labor Force Survey
* Family Expenditure Survey
Collaborations avec l’administration et les universités
Le DA est ainsi devenu un service de conservation et d’exploitation d’importantes données publiques, créant aussi des liens privilégiés entre producteurs et utilisateurs de données.
Le développement de ces archives s’est d’ailleurs effectué en collaboration avec les Archives nationales, mais aussi en collaboration avec les universités.

Le SSRC/ESCR a également initié de nombreuses enquêtes:

* British Election Survey
* Bristish Household Panel Survey
* Millenium Cohort SUrvey
* European Social Survey

* UK Longitudinal Houselhold Study (40’000 ménages)

UK Data est donc devenu à la fois un important centre de production de données, de conservation et de traitement de données et un service des Archives Nationales pour la conservation de données économiques et sociales en Grande-Bretagne, sans équivalent de cette importance en France, j’y reviendrai, et avec aujourd’hui une mise en réseau au niveau européen d’une partie de ces données.

Biblio:
1. UK Data Archive, « Acrros the Decades. 40th of Data Archiving », s. d., http://www.data-archive.ac.uk/about/archive/decades.
2. Marie Scot, « Les archives britanniques des sciences sociales. Deux études de cas : UK Data Archive (UKDA) et Qualidata », Genèses no 63, no. 2 (2006): 46-65. https://www.cairn.info/revue-geneses-2006-2-page-46.htm

Un site: ImageSon.org

ImageSon.org.

Écriture électronique, image et son en sciences humaines – Études méditerranéennes

Maryline Crivello
Ministère de la Recherche (ACI Numérisation et ACI TTT)
PRÉSENTATION

ImageSon.org est un lieu d’expérimentation, de confrontation et d’édition sur les liens multiples du texte et de l’image dans
l’écriture scientifique et la transmission des savoirs en sciences sociales.
Le domaine de référence est celui de l’image, saisie d’emblée selon une approche classique de l’iconographie, dans la
variété des supports techniques (dessins, gravures, photographies, cinéma, médias audiovisuels, images numériques,…)
mais également conçue comme l’ensemble des dispositifs visuels (paysages, écrans, scénographies, …), identifiée comme
donnée à des fin de recherches et comme objet d’investigation ou de représentation du réel.
L’inflexion mise sur les études méditerranéennes correspond au rattachement institutionnel du site, la Maison
Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) et au Réseau d’excellence euroméditerranéen en SHS (REMSH 2)
qu’elle pilote, mais n’est pas une exclusive.

web: ImageSon.org

 

Fonds personnel de chercheur: André Varagnac

LES ARCHIVES PRIVEES D’UN CHERCHEUR EN SCIENCES SOCIALES : L’EXEMPLE DU FONDS ANDRE VARAGNAC

Céline ALAZARD

Le fonds d’archives André Varagnac  est un exemple de fonds dans lequel documents de nature privée et  archives produites dans un cadre public se complètent. Retraçant la riche carrière de leur producteur, ces archives témoignent du rôle du chercheur dans la reconnaissance du folklore comme discipline scientifique. De sa fonction de conservateur de musée à celle d’enseignant, de sa participation comme secrétaire aux enquêtes collectives des années 1930 aux écrits qu’il a publiés, André Varagnac illustre a travers ses documents d’archives une évolution dans la pratique des sciences sociales en France avec l’émergence de travaux de recherche collective.

Le fonds André Varagnac est conservé par la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon depuis 2005, à l’initiative de Bertrand Müller, historien et sociologue, chargé de cours à l’Université de Genève et chercheur associé à la MSH de Dijon.

J’ai entrepris le classement des 8,5 ml d’archives déposées par la famille Varagnac au cours d’un stage de formation dans le cadre du master professionnel « Archives des XXe et XXIe siècles européens, du papier au numérique » proposé par l’Université de Bourgogne.

Ces archives privées, regroupant des documents datés de 1836 à 1995, reflètent la richesse d’une vie passée à l’étude du folklore au sein de plusieurs associations, la mise en valeur du patrimoine en tant que conservateur de musée, et l’enseignement de cette discipline des années 1950 aux années 1970.

Participant aux enquêtes de la Commission des Recherches Collectives, dirigées par Lucien Febvre et Marc Bloch dans les années 1930 au sein de l’Encyclopédie française, et dont André Varagnac assurait le secrétariat, les documents du fonds André Varagnac apparaissent comme révélateurs de l’émergence d’une méthodologie nouvelle dans la pratique des sciences sociales.

 

Les archives d’une carrière

Universitaire, conservateur des musées nationaux et folkloriste reconnu,  André Varagnac (1894-1983) est d’abord un étudiant qui se passionne pour les écrits de Durkheim, Lévy-Bruhl et Sir James Frazer. Il va devenir un acteur majeur dans l’émergence du folklore en tant que discipline à part entière. Alors professeur de philosophie, il participe à la création de la Société du Folklore Français en 1928, fonde la Société du Folklore Champenois en 1929 et devient, entre autres missions, secrétaire de la Commission des Recherches Collectives dont il assurera la gestion des enquêtes menées dans les années 1930[1].

Erudit, curieux du monde qui l’entoure et des idées qu’il véhicule, André Varagnac occupe de nombreuses fonctions au cours de sa carrière.

Elève d’Henri Hubert et Marcel Mauss à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes de 1919 à 1938 et de Lucien Lévy-Bruhl à la Sorbonne en 1924-1925, il obtient un Diplôme d’Etudes Supérieures de Psychologie Expérimentale en 1923 et est licencié de philosophie en 1925.

Il enseigne cette discipline aux collèges de Vitré en 1926 puis de Châlons-sur-Marne de 1932 à 1935.

Il présente sa thèse sur le folklore, « Civilisation traditionnelle et genre de vie », à la Sorbonne en 1948 et devient docteur es Lettres. Il est à partir de cette date chargé d’enseignement puis Directeur d’études en 1952 à la VIe Section de l’EPHE, où il poursuivra son professorat au-delà de la retraite.

Parallèlement à son activité d’enseignant, André Varagnac crée en 1928 la Société Française de Folklore avec l’aide de Sir James Frazer, et en 1930 le Société du Folklore Champenois. C’est une répétition.

En 1934, Lucien Febvre le prend comme secrétaire de la Commission des Recherches Collectives du comité de l’Encyclopédie Française.

La même année, il est nommé membre de la Commission du régionalisme à l’Exposition Internationale. Il collabore également à la « Revue de Synthèse » et est secrétaire général du Centre de Synthèse de 1947 à 1949. Attention aux dates et aux mélanges chronologiques !!!

Collaborateur depuis 1936 de Georges-Henri Rivière et chargé de créer un Musée des Arts et Traditions Populaires, il en occupe le poste de conservateur-adjoint de 1936 à 1941.

A la Libération il demande sa mutation au Musée des Antiquités Nationales (dont il était déjà attaché libre de 1919 à 1921) où il sera nommé conservateur en chef en 1957, et gardera ce poste jusqu’en 1963.

Il est par ailleurs président-fondateur de la Société Française d’Archéocivilisation et de Folklore depuis 1945, de même que le fondateur et directeur de la revue « Antiquités nationales et internationales » de 1960 à 1965 et de la revue « Archéocivilisation » dès 1966. (introduire un intertitre)

Ces archives forment un ensemble original qui révèle les différentes activités d’André Varagnac qui a consacré sa vie professionnelle à l’étude du folklore mais aussi à la définition même du terme. Elles mettent en relief ses autres implications en tant que professeur et directeur d’études mais aussi en tant que conservateur de musée.

L’intérêt d’un tel ensemble se trouve donc dans la diversité des documents qui rendent possible la compréhension du cheminement intellectuel et professionnel du producteur.

Car si l’on s’attend aisément à avoir accès aux archives produites ou cours de son activité professionnelle, les papiers personnels, notes personnelles, notes de lecture et notes de cours donnent à voir ce qu’ont été les influences, les choix, les doutes d’André Varagnac au cours de sa formation intellectuelle. Ce type de documents occupe une importance matérielle non négligeable proportionnellement à l’ensemble du fonds.

Des cahiers, au nombre de vingt, auxquels s’ajoutent des feuilles volantes,  renferment les prises de notes des nombreuses lectures philosophiques, scientifiques et littéraires de l’étudiant mais aussi du professionnel qui reste au fait de l’évolution des problématiques concernant sa discipline. Entrecoupées de notes personnelles et autobiographiques, ces notes manuscrites rendent compte de l’intérêt constant du producteur pour ces sujets d’étude mais également de son opinion sur de nombreux autres thèmes de société ou sur diverses questions scientifiques.

Son expérience du premier conflit mondial et sa vie de soldat transparaissent par exemple dans la correspondance conséquente qu’il envoie à sa famille en 1916 et 1917.

Mais une importante partie des documents du fonds reste ceux  produits lors des différentes activités professionnelles d’André Varagnac. Ce dernier a en effet endossé plusieurs fonctions dans différentes associations et institutions.

Les réponses aux enquêtes entreprises par le Comité du Folklore Champenois sur les moissons, Carnaval et les feux de Carême sont par exemple conservées dans ce fonds d’archives privées.

Il en est de même pour les enquêtes du Centre de Synthèse portant principalement sur les usages funéraires.

L’originalité de l’ensemble réside de fait dans une juxtaposition d’archives de nature indéniablement privée (correspondance familiale et autres notes personnelles) avec des documents produits par des organismes publics tels que l’Ecole Pratique des Hautes Etudes et l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Ainsi, la nature de ces archives est originale puisqu’elle résulte à la fois d’une production personnelle (qui est celle du chercheur) tout en étant d’intérêt public, puisque produit dans le cadre d’institutions publiques. Cette ambiguïté pourrait occasionner d’ailleurs des problèmes quant à la communication des documents si l’ensemble du fonds n’avait pas le statut d’archives privées et donc un accès soumis à l’autorisation du déposant. (c’est un peu répétitif)

D’autres supports, comme les brouillons, la correspondance, les notes, les manuscrits, etc. sont  considérés naturellement comme étant des archives privées.

Or plutôt que de parler d’archives privées des chercheurs, on pourrait faire état d’archives publiques à caractère personnel, car produites dans le cadre d’une activité scientifique publique par une personne publique. Dans la pratique, le débat reste ouvert. (est-ce bien utile ici ??)

Malgré cela, la documentation préparatoire établie par un sociologue, un anthropologue ou un folkloriste ne trouve grâce souvent aux yeux du public qu’eu égard à la notoriété du chercheur. Et c’est dans les faits cette reconnaissance a priori qui permet la sauvegarde, ou non, des archives du spécialiste.

Quant à l’importante documentation amassée par André Varagnac (et son épouse qui collaborait à ses travaux de recherche), elle laisse entrevoir ses aspirations et ses centres d’intérêt, rendant plus compréhensible ses prises de positions scientifiques et intellectuelles.

Ici c’est pas assez clair car AV a été marié plusieurs fois et Marte Cholley-Varagnac a collaboré avec AV dans l’après-guerre, il faudrait peut-être le rappeller.

 

De manière générale, il faudrait peut-êtrer rappeler que l’état du fonds est constitué des documents déposés à Dijon et qu’il demeure pour l’instant un fonds clos mais pas complet.

 

Classement du fonds

Le fonds André Varagnac est donc conservé à Dijon sur l’initiative de Bertrand Müller.

Le rapatriement de ce type de fonds privé dans un cadre de conservation plus propice relève parfois du sauvetage. Nombre de ces précieux témoignages restent entreposés dans d’humides garages ou de poussiéreux greniers[2].

La collecte est surtout le fait de la persuasion des archivistes.

Il faut alors toute la diplomatie adéquate pour convaincre les détenteurs de ces fonds de les remettre à des organismes qui seront les mieux à même d’en préserver l’intégrité et d’en valoriser le contenu.

Ce fonds clos (mais pas complet) se composait d’environ soixante-dix boîtes d’archives auxquelles s’ajoutaient les enquêtes de la Commission des Recherches Collectives conditionnées par le producteur dans huit pochettes en carton.

Par ailleurs, deux boîtes en bois contenant des fiches papiers et deux atlas renfermant chacun une centaine de cartes complétaient l’ensemble.

Le problème pour les archives inhérentes aux activités du producteur était de discerner pour chaque document le cadre dans lequel il avait été produit puisque André Varagnac, tout en étant Conservateur en Chef du Musée des Antiquités Nationales poursuivait son activité d’enseignant alors qu’il participait à la préparation d’une conférence organisée par l’Institut International d’Archéocivilisation. Pas clair du tout !! en fait ce qu’il convient de rappeler c’est que le fonds avait été entreposé dansun garage dans des conditions ignorées et qu’il n’a pas fait l’objet d’un classement préalable ni d’un rangement systématique, en particulier la correspondance et de nombreuses notes et documents apparemment dispersés.

Dans ces conditions, les confusions étaient possibles.

Il fallait prendre connaissance des éléments du fonds mais surtout découvrir leur contexte de production pour être en mesure d’identifier chaque document qui se présentait sous forme de vrac.

Certains types de documents pouvaient cependant poser problème. Le plus insoluble a priori était celui de la correspondance dont l’importance matérielle est considérable dans le fonds.

Dispersée dans les diverses boîtes, certaines lettres étaient assez facilement identifiables. Elles indiquaient clairement l’auteur de la lettre et le destinataire.

Les premiers documents émanaient en majorité de l’activité de conservateur des musées nationaux d’André Varagnac au Musée des Arts et Traditions Populaires puis au Musée des Antiquités Nationales. Ils étaient destinés ou provenaient pour la plupart de la Direction des Musées de France, alors que d’autres indiquaient un échange entre le personnel. Le dire de manière plus typologique peut-être.

Dans la même logique, le reste de la correspondance a été sérié selon ses conditions de production, redonnant à chaque activité du producteur la correspondance qui lui revenait. Pas très clair !! La tâche aurait pu être facile sans l’existence de lettres contenues dans les dossiers prédéfinis par André Varagnac.

Le plus pertinent semblait être l’article (ou dossier) puisque c’était celui pour lequel le producteur avait opté implicitement et il s’avéra qu’il était le mieux adapté pour mettre en valeur la dynamique interne du fonds et retranscrire au mieux la vie et la carrière d’André Varagnac. Ici pas clair non plus, donner des exemples !

L’instrument de recherche choisi fut donc un répertoire numérique détaillé avec une cotation à l’article (ou dossier). Le logiciel Arkhéïa Aide au classement a été utilisé a cet effet, permettant une description suivant la norme ISAD(G) et la création de documents XML conformes à la norme DTD-EAD. L’instrument de recherche sera prochainement visible grâce à la plate-forme de consultation Pléade sur le portail des instruments de recherche archivistiques de la MSH de Dijon[3].

 

Intertitre.

Après avoir recensé les différents contextes de production, il apparaissait que le fonds, composé de dossiers établis par le producteur et de nombreux vracs, pouvait être divisé de façon cohérente en cinq sous-fonds : les papiers personnels du producteur, ses activités, ses travaux scientifiques, la documentation et la bibliothèque personnelle.

Les papiers personnels du producteur englobent la correspondance familiale et personnelle d’André Varagnac, quelques documents administratifs, ses notes de cours d’Henri Hubert et Marcel Mauss, de même que ses notes personnelles et ses notes de lectures, regroupées dans vingt carnets. Le lecteur y découvre entre autres écrits les considérations philosophiques du jeune André Varagnac ou le récit des différentes étapes, avec les différents acteurs, de la création de la Société du Folklore Français de 1928 à 1934.

Ses activités ont été divisées en plusieurs catégories : les activités associatives (Comité du Folklore Champenois, Centre de Synthèse, Société du Folklore Français et Institut International d’Archéocivilisation, Société Française des Historiens Locaux, Union Internationale des Groupe Folkloriques pour la Culture Populaire, Société OLONA).

Il a par ailleurs participé à l’élaboration et au suivi d’enquêtes, dont celles de la Commission des Recherches Collectives portant sur la moisson et feux traditionnels (1935), la forge de village (1936), l’alimentation populaire (1936) et sur les modes de locomotion et de transports traditionnels (1937). Les questionnaires papiers remplis par les personnes interrogées sont conservés dans ce fonds[4].

Des documents produits dans le cadre de ses fonctions au sein du Musée des Arts et Traditions Populaires et du Musée des Antiquités Nationales permettent non seulement une reconstitution de sa carrière muséologique mais témoignent également du fonctionnement interne et de l’activité scientifique des ces institutions.

André Varagnac reste un universitaire. Son activité d’enseignant est illustrée par les nombreux documents relatifs à l’EPHE et l’EHESS (notes et circulaires, compte rendus d’assemblées, cours dispensés et suivis de thèses.)

Un des sous-fonds les plus importants du point de vue volumétrique reste celui consacré aux publications. Les papiers n’étant pas classés de manière spécifique par l’auteur, comme ce fut le cas pour d’autres dossiers, la structure choisie est chronologique. Les écrits publiés, qu’il s’agisse de brouillons, tirés à part, manuscrits, textes dactylographiés ou articles de revues sont classés en neuf dossiers recouvrant les années 1922 à 1972. A ces textes s’ajoutent trois dossiers regroupant les articles de presse découpés concernant les principaux ouvrages publiés, un dossier sur l’édition de « Mélanges » offert à André Varagnac et trois autres avec la correspondance échangée avec les collaborateurs et les éditeurs.

Les communications orales présentées lors de colloques ou séminaires, les textes et notes non publiées ont quant à eux été classés à part, comme textes non publiés, de même que les  manuscrits et textes dactylographiés incomplets (environ soixante-dix pièces).

Enfin la documentation, très abondante, correspond à un sous-fonds composé pour partie de dossiers constitués par le producteur et par son épouse, ce qui explique que certains thèmes abordés se retrouvent par ailleurs dans le sous-fonds consacré aux écrits publiés, de même que la date de plusieurs documents soit postérieure à son décès.

Ces documents ont pour thèmes Marcel Sembat, les écrits du Docteur Marcel Baudoin, les papiers appartenant à son épouse Marthe Chollot-Varagnac, les traditions populaires, artisanat-agriculture-alimentation, politique et économie, Afrique, auteurs et scientifiques, presse et documents iconographiques. Ici il faut préciser qu’il s’agit en fait de document intégré au fonds AV mais qui ne sont pas des documents produits par lui.

Enfin, dix-neuf ouvrages d’auteurs variés sont cotés dans le sous-fonds nommé bibliothèque personnelle. Les ouvrages étaient ici dispersés dans les archives !!

Un témoignage historiographique

 

Partisan d’une professionnalisation et de la scientificité du folklore, André Varagnac n’aura de cesse tout au long de sa vie de réfléchir à la définition même de sa discipline.

Il aura marqué une rupture importante en mettant en lumière les problématiques portées par le folklore avec la création de la Société du Folklore Français la référence à l’ethno ne me paaît pas correcte car AV cherche à définir le folklore comme ethnologie,c e qu’il ne parviendra pas à faire !!! militant pour une professionnalisation de la recherche folklorique.

Intertitre

Une des richesses du fonds est la présence des enquêtes menées par la Commission des Recherches Collectives, conçues et réalisées par André Varagnac dans le cadre de l’Encyclopédie française[5]. Les réponses aux quatre principaux questionnaires portant sur les « Moissons et feux traditionnels », « La forge de village », « L’alimentation populaire », et « Les modes de locomotions et de transports traditionnels » ont été conservées (exceptés quelques feuillets manquants) par le producteur.

Leur intérêt historique mais également épistémologique est indiscutable. Ces archives témoignent d’une part des usages ruraux de l’entre-deux-guerres et d’autre part des efforts d’une discipline, le folklore, qui construit plus systématiquement sa documentation propre. Les résultats de ces enquêtes devaient par ailleurs documenter le volume prévu mais non réalisé de l’Encyclopédie française : le tome XIV sur les problèmes du bien être, confié à Jules Sion.

Les archives inhérentes à la Société du Folklore Français, de même que celles de l’Institut International d’Archéocivilisation rendent compte par la suite de l’évolution de la discipline et de l’élargissement considérable de son champ d’action. Il faudrait plutôt écrire ici des inflexions que AV tente de donner à sa conception d’un «folklore scientifique» concurrencé par l’affirmation d’une ethnologie de la France en le redéfinissant dans le cadre d’une archéocivilisation.

Il en est de même pour nombreux travaux scientifiques réalisés par André Varagnac. On retrouve dans ses archives non seulement les textes définitifs qui ont été publiés[6] mais aussi des manuscrits et tapuscrits originaux qui traduisent l’avancée des recherches du folkloriste et les hypothèses pour lesquelles le doute persistait.

Quant à l’importante documentation amassée par le producteur  (et son épouse qui collaborait à ses travaux de recherche), elle laisse entrevoir ses aspirations et ses centres d’intérêt, rendant plus compréhensible ses prises de positions scientifiques et intellectuelles.

La prise de conscience nouvelle des chercheurs quant à une possible revisite des archives des sciences sociales pour des travaux ultérieurs procède encore une fois de la nature spécifique de ces documents. Le sociologue qui mène une enquête au sein d’un groupe social particulier amasse des informations fondamentales sur celui-ci et les archives qui en résultent ne font pas uniquement écho à des données sources de publications scientifiques sur un sujet précis, elles sont également témoins (des sources ???) du contexte particulier dans lequel elles ont été produites. En ce sens, les archives des sciences sociales sont particulièrement précieuses pour l’étude de phénomènes sociaux disparus puisqu’elles sont étroitement liées à l’activité sociale à l’origine de leur production.

Cette assertion remet en cause l’idée préconçue d’une relation privilégiée avec les archives qui serait le seul fait de l’historien, sa recherche étant principalement basée sur une interprétation des sources archivistiques, le plus souvent résultantes d’une activité sociale, qu’elle soit administrative, économique, culturelle. Or il demeure lui-même producteur d’archives par son activité de recherche. (intéressant mais je ne comprends pas vraiment : tu veux marquer la différence entre intérêt historique et scientifique de l’archive ?? ou alors insister sur l’articulation entre les œuvres et les pratiques ???)

Il faut dépasser cet aspect restrictif de l’archive et insister sur son importance pour  l’ensemble des sciences sociales.

La preuve en est de l’intérêt de telles archives pour l’écriture d’une histoire des sciences sociales qui puisse s’appuyer sur des données concrètes et non sur les simples ouvrages publiés, traitant des résultats de la recherche  et non de la recherche en tant que pratique scientifique.

C’est par l’appropriation des procédés de travail que peuvent être définis les prémices de disciplines comme l’ethnologie ou l’anthropologie. La relecture des enquêtes ou carnets de terrain permet de rendre compte des fondements  théoriques de ces disciplines, des concepts, des méthodes de constructions des données.

Il s’agit bien dans ce cas d’une « revisite » des archives des sciences sociales qui, après avoir été sources d’hypothèses avancées par des spécialistes, deviennent éléments de compréhension de la discipline en tant qu’activité scientifique. Si, mais la revisite a une signification un peu différente qui peu ici prêter éventuellement à confusion)

 

 

Conclusion

 

Bien que considéré dans son ensemble comme fonds d’archives privées, statut conféré en particulier par la constitution et les conditions de conservation des documents les archives d’André Varagnac illustrent la complexité d’un fonds de chercheur dans lequel documents privés et documents produits dans le cadre d’une activité publique se complètent.

Or le régime de communication inhérent à ce statut demeure celui d’un fonds privé, dont l’accès est soumis à l’autorisation du déposant.

L’intérêt d’un tel fonds réside dans la diversité des contextes de production qui permet de retracer la carrière du producteur, de ses velléités intellectuelles d’étudiant à sa participation active au sein de la Commission des Recherches Collectives.

Cette dernière marque le virage amorcée dans les années 1930 quant à la recherche collective, et le rapprochement entre historiens et folkloristes. En ce sens, les questionnaires originaux conservés à Dijon témoignent d’un moment fort de l’historiographie des sciences humaines et sociales. En particulier parce qu’il singularise une première tentative d’un travail scientifique et documentaire collectif dans des disciplines encore faiblement institutionnalisées.

 

 

Céline ALAZARD

Archiviste, MSH de Dijon

 


[1]                  D’après la notice biographique rédigée dans le « Maitron » par Nicole Racine et notes personnelles d’André Varagnac

[2]                  Ils ne bénéficient pas de procédure de classement définie dans le Code du Patrimoine (art. L. 212-15 à L. 212-28) et par le décret 79-1040 du 3 décembre 1979 pour les fonds d’archives privées présentant un intérêt historique particulier et reconnu

[3]                  Consultable à l’adresse http://constel07.u-bourgogne.fr:8080/sdx/pl/

[4]                  Les microfilms des quatre enquêtes de la CRC sont conservés au MuCEM

[5]                  Sur les enquêtes de la Commission des Recherches Collectives, voir Bertrand Müller et Florence Weber, « Réseaux de correspondants et missions folkloriques. Le travail d’enquête, en France, vers 1930 », Gradhiva, Revue d’histoire et d’archives de l’anthropologie, 2003, n° 33, pp. 43-56.

[6]                  Les tirés-à-part, bien qu’ordinairement écartés des fonds d’archives ont été ici conservés. Ce parti a été pris car ils apportent un élément supplémentaire à la perception de la carrière et de l’œuvre d’André Varagnac

Archiver les SHS: données ou documents?

La question de la définition des archives des sciences est aujourd’hui placée sous une tension entre document et donnée. Mettre l’accent sur le document, c’est d’une certain façon insister sur la forme et éventuellement la matérialité d’un support alors que la donnée renvoie à un contenu et en l’occurrence à une dimension centrale de l’activité scientifique qui est d’utiliser des données, d’en produire pour nourrir les interprétations et les théories. Cette opposition trop schématique témoigne cependant d’un malentendu entre archivistes et scientifiques sur la signification de ces deux termes qui sont parfois trop rapidement assimilés l’un à l’autre.

Pour les archivistes, le notion de données représente une forme de négation de leur travail, car les données ne sont pas insérables dans des fonds. En même temps, les fonds d’archives sont de plus en plus souvent gérés par des programmes informatiques de gestion documentaire qui les transforment en données intégrées dans des systèmes plus ou moins complexes de bases de données. La numérisation des données et la dématérialisation des documents a fait éclater des distinctions désormais problématiques.

Je m’attache dans un premier temps à la notion de donnée qui est centrale pour la pratique scientifique. Elle figure parmi les préoccupations des chercheurs lorsqu’ils évoquent les questions de l’archivage des sciences sociales. Qu’elles soient données produites par la recherche elle-même ou données provenant d’ailleurs en particulier de l’administration publique sous forme statistique ou non, leur conservation, leur communication et leur réemploi sont essentiels à l’activité scientifique.

Qu’est-ce qu’une donnée pour les sciences sociales?
Il va de soi que l’on ne peut pas donner de réponse simple qui vaille pour l’ensemble des SHS. Mais on peut partir de quelques éléments épistémologiques partagés.

En premier lieu, il faut rappeler contre les fausses évidences positivistes que les «données» ne sont précisément pas données mais qu’elles sont des élaborations et des mises en formes à travers des catégories et des relations déterminées: répartitions statistiques, descriptions, récits, etc.. Que ces processus relèvent du chercheur ou d’autres personnes et que les données soient obtenues par des procédés divers, l’observation, les entretiens ou les questionnaires, etc…, dans ces différents cas de figure, les données sont structurées, ou dit d’une autre manière, elles sont «déjà signifiantes et organisées», porteuses d’une intelligibilité.

L’activité scientifique consiste précisément à opérer des confrontations entre des données et des systèmes d’explication. Si l’on admet la logique de l’analyse scientifique que j’emprunte ici à Jean-Michel Berthelot,on peut encore envisager deux dimensions:

1) les données sont toujours à la fois déjà structurées et structurables diversement; elles incorporent aussi des schèmes organisationnels qui relèvent aussi bien de la pensée «ordinaire» que de la pensée scientifique. Les données «externes» sont élaborées à des fins de connaissance relative aux intentions, aux besoins et aux usages des personnes ou services spécifiques et ne correspondent pas nécessairement à une exploitation «scientifique», mais relève de la diversité des opérations du monde social.

2) la description des données et leur insertion dans un dispositif explicatif dépend aussi des tensions entre des systèmes d’explication différents. C’est le cas pour les données «externes» comme le précise la remarque précédente, mais aussi pour les données élaborées dans le monde scientifique puisque les mêmes données peuvent être interprétées dans le cadre de théories différentes ou de disciplines différentes.

A ces deux dimensions, j’en ajoute une troisième qui a son importance pour la mise en archive.
3) les données recueillies ou élaborées sont rarement des éléments isolés, généralement elles sont accompagnées ou enrichies d’une documentation qui peut être disparate.Cette documentation ne se réduit pas strictement à ce que les informaticiens appellent aujourd’hui les métadonnées.

Ces deux éléments rappellent d’une part, que les données qui se présentent au chercheur sont soit des données qu’il élabore lui-même soit des données qu’il «collecte» et qui sont produites par d’autres logiques, administratives, statistiques, sociales, politiques, etc… Pour les utiliser, le chercheur doit s’efforcer de comprendre précisément les conditions dans lesquelles elles se présentent à lui, d’où elles viennent, qui les a produites, à quelles fins, selon quelles démarches. Mais les données que le chercheur utilise sont également structurées en fonction de ses intérêts, de sa perspective, de sa discipline. Ce qui est en jeu ici à chaque fois pour les données ce sont des opérations de qualification et de construction. En ce sens, et même si cela peut paraître trivial de le rappeler ici. Un fait n’est pas historique parce qu’il est un fait du passé, mais d’abord parce qu’il constitue un ensemble d’information susceptible d’être intégré dans le champ d’une analyse historique.

Aussi bien, les données susceptibles d’être archivées ne peuvent l’être que si les opérations qui les définissent, c’est-à-dire les construisent et les qualifient ne sont pas négligées dans la mise en archive qui priverait ainsi les données de leur pertinence et ruineraient par la-même les raisons de les archiver. La question demeure ouverte quant à la conservation de la «documentation» qui accompagne ces données et contribue à leur donner leur signification.

A partir de ces remarques épistémologiques, J.-M- Berthelot (Jean-Michel Berthelot, « Les données comme matrice d’événements », dans Epistémologie des sciences sociales (Paris: Puf, 2001), 489-495) a distingué plusieurs niveaux différents dans la qualification des données. Je retiens ici surtout le premier.

Les DATA: les matériaux sur lesquels travaillent les sciences empiriques, que ces matériaux soient au départ ou à l’arrivée, recueillis «par traces» ou construits par le chercheur, ces data sont des éléments intermédiaires qui subiront des transformations lors de l’analyse et de l’interprétation.
Masi ces traces sont déjà structurées, ce sont des distributions statistiques, des règlements, des témoignages, des récits, des registres, des images, des sons, des objets, etc… accompagnés souvent de commentaires.

Or par rapport à ces éléments intermédiaires, les sciences ont des tentations différentes: 1) soit les récuser parce que matériaux bruts; 2) soit les accepter comme des éléments d’une réalité accessible que par la médiation des significations dont ils sont porteurs.

Ces data sont également des éléments matériels quelqu’en soit le support et leur conservation par le chercheur est conditionnée par l’une des postures précédentes qui l’inciteront soit à les conserver sous une forme brute comme les matériaux de la recherche elle-même, soit à privilégier les données élaborées par l’analyse et à les négliger voire les détruire.
A ce stade, évoquer une forme de sélection/archivage est inapproprié car la logique du traitement et de la conservation de ces data est encore entièrement conditionné par les traitements de l’analyse. Cependant, les incertitudes archivistiques qui sont ainsi mises en évidence témoigne à une autre échelle du niveau ou plus précisément du maillon de la chaine des opérations scientifique qu’il faut retenir pour une mise en archive pertinente. Faut.il ne retenir que les résultats élaborés qui font pour la plupart objet de publication? Ou faut-il à l’inverse retenir tous les documents et les données dans leur différentes stades d’élaboration et de qualification. Il n’y a pas de réponse unique à cette question, puisqu’on le voit, l’importance des données et de leur niveau ne dépend pas que des données mais des interprétations dont elles seront l’objet.
Ainsi posée la question peut paraître futile, céder à la tentation de couper les cheveux en quatre, pour partie sans doute. Mais cela va également dépendre de l’usage qui sera fait des données. Et la réponse ne sera pas la même pour un historien des sciences ou un scientifique qui souhaite réutiliser des données.

Archiver, conserver, sauvegarder les données?
Cette manière de poser la question des données ne tient pas compte ici des questions liées au document (je la reprends dans une autre note), mais elle permet aussi d’introduire certaines des priorités retenues par les chercheurs pour conserver ces données, ou le cas échéant ces data.

C’es ainsi que deux opérations principales ont retenu les chercheurs ces dernières années: la conservation des données dites quantitatives, données statistiques émanant des services statistiques généralement publics ou privés. Je traiterai donc de ces questions dans les notes consacrés aux «données quantitatives».

La seconde série de préoccupation a concerné les données dites qualitatives.

Enfin, il est également d’autre catégories de données qui ont fait l’objet ces dernières années d’attention particulière concernant leur conservation: ce sont les données orales, les données audio-visuelles.

Ce sont ces trois cas de figure qui font l’objet d’importants investissement du côté des chercheurs depuis quelques années et qu’il me faut traiter de manière séparée.

Par ces remarques, je souhaite interroger une difficulté qui n’est lexicologique qu’en première apparence. Elle en fait émerger d’autres: en particulier sur la sens que les archivistes ou les chercheurs peuvent donner au mot «archives» ou «archivage». Dans le cas des données, ici des data, le traitement des données, leur collecte, leur qualification, leur classement, leur analyse, interprétation, etc…. ne sont évidemment pas des opérations de mise en archive pour les chercheurs, mais bel et bien des opérations pleinement scientifiques. Ce qui ici peut faire problème, c’est la question de la «conservation» de ces données, aujourd’hui on dans le vocabulaire informatique, on pourrait dire, la «sauvegarde» de ces données.
Ici encore, conserver ou sauvegarder pour un scientifique n’est pas «archiver».

La question est importante et complexe car elle se rattache à des logiques différentes de traitement des données. Les investissements scientifiques, financiers, infrastructurels qui sont consacrés depuis quelques années à la «conservation des données» des SHS (c’est un raccourci!) n’ont pas été entrepris dans une perspective patrimoniale, mais bien scientifique. Deux préoccupations majeures en sont les vecteurs.
1) Comment mettre à disposition de la recherche le plus grand nombre de données sur le monde social qui sont produites par les acteurs sociaux et par les chercheurs; 2) Comment faire circuler ces données et en particulier les données produites par des chercheurs isolés ou des petites structures de recherche.

Une difficulté majeure devait être surmontée qui était de résoudre les questions de la diversité de forme, d’enregistrement, de consignation des données. En d’autres termes, conserver, communiquer des données exige une normalisation et une standardisation de la saisie des données. Impératif encore plus important à l’âge numérique. C’est à cette tâche que se consacrent les chercheurs préoccupés par la conservation. Il s’agit en effet de conserver des données réutilisables, c’est-à-dire lisibles mais aussi signifiantes et significatives scientifiquement. Les opérations qui visent à la stabilisation des données s’apparent à des opérations de mise en archive mais elles n’en sont pas.

Lorsque l’on interroge les personnes impliquées dans ces opérations sur la durée de conservation des données, ils peinent à répondre, mais leur horizon temporel demeure assez court: quelques années, cinq à dix ans. La réponse est certes biaisée par la durée incertaine des supports informatiques aujourd’hui mais pas seulement, ceux- ci ont généralement en tête une projection temporelle de la validité des données, que l’on peut rapprocher, sans l’assimiler à ce que les archivistes des organisations désigne comme la «durée de vie administrative» d’un document.

Archiver, conserver ou sauvegarder ne sont donc pas des synonymes!!

Archives scientifiques: Jacques Friedel

« À l’université de Paris XI-Orsay, vient de s’achever, grâce à une étroite collaboration
entre archivistes et scientifiques, le classement des archives personnelles de Jacques
Friedel conservées au laboratoire de physique des solides (UMR 8502 du CNRS). Ces
papiers qui comportent en particulier un ensemble très volumineux de correspondance
témoignent non seulement de l’oeuvre scientifique de Jacques Friedel mais aussi de son
implication dans l’organisation de l’enseignement et de la recherche scientifiques au
cours des trente dernières années.»

Cf. Fonds d’archives Jacques Friedel. Répertoire numérique détaillé, établi par
G. Donneger et D. Gaultier, sous la direction de T. Charmasson, 2006 dactyl.

Source: Thérèse Charmasson, « Archives scientifiques ou archives des sciences : des sources pour l’histoire », La revue pour l’histoire du CNRS, no. 14 (2006), http://histoire-cnrs.revues.org/document1790.html?format=print.

Archives scientifiques: papiers de Wolfgang Doeblin

Désamiantage et collecte d’archives : les papiers de Wolfgang Doeblin

« Dans le cadre du désamiantage du campus universitaire de Jussieu qui abrite à Paris les laboratoires et services administratifs des universités Paris VI et Paris VII et de l’Institut de physique du globe, a été menée, à partir de décembre 1997, par le service des archives du rectorat de Paris avec l’aide du CRHST, l’appui de mathématiciens et d’historiens des sciences et en collaboration avec l’Établissement public administratif (EPA) chargé des opérations de désamiantage, une collecte des archives restées dans les placards techniques condamnés avant le transfert des laboratoires 24. À cette occasion, 37 mètres linéaires environ d’archives en vrac ont été transférés à la Sorbonne au service des archives du rectorat de Paris. Grâce à des crédits spécifiques obtenus du ministère de la Recherche, du CRHST et de l’université Paris VII, les deux tiers environ de ces documents ont été identifiés, classés et munis d’un répertoire numérique détaillé. Toutefois, si un certain nombre de « fonds » de laboratoires ou de directeurs de laboratoires ou d’unités d’enseignement et de recherche relevant tant de l’université Paris VI que de l’université Paris VII, voire de l’ancienne faculté des sciences de l’université de Paris ont pu être isolés, des reclassements et regroupements importants sont encore nécessaires, tandis qu’il conviendrait d’achever le classement du tiers restant des documents. Cette opération de collecte qui a donc permis de « récupérer », outre ces archives de laboratoires, d’unités de recherche et d’enseignement et de professeurs, des archives administratives provenant de l’ancienne faculté des sciences de Paris et des nouvelles universités Paris VI et Paris VII éclairant en particulier la mise en place de celles-ci dans le cadre de la loi d’orientation sur l’enseignement supérieur dite loi Edgar Faure, a également eu pour résultat la découverte, dans les papiers du mathématicien Maurice Fréchet (1878-1973), d’un certain nombre de documents provenant de Wolfgang Doeblin (1915-1940) qui avait été son élève à l’Institut Henri-Poincaré. Ce jeune mathématicien d’origine allemande, né en 1915, fils du romancier Alfred Doeblin, arrivé en France à la suite de son père en 1934, naturalisé français et combattant sous l’uniforme français, s’est suicidé le 21 juin 1940 à l’âge de vingt-cinq ans alors que son unité était encerclée en Lorraine par l’armée allemande. Wolfgang Doeblin, déjà auteur de plusieurs articles remarqués et de notes aux Comptes rendus de l’Académie des sciences, avait déposé à l’Académie des sciences, en février 1940, un pli cacheté sur l’équation de Kolmogoroff. Ce pli cacheté, ouvert le 18 mai 2000 grâce à l’obstination d’un historien des mathématiques Bernard Bru, a été publié dans un numéro spécial des Comptes rendus de l’Académie des sciences 25. Les documents retrouvés à Jussieu, communiqués à Bernard Bru, sont rapidement apparus comme des éléments essentiels pour l’étude de l’oeuvre de Wolfgang Doeblin et, plus largement, de l’histoire des mathématiques contemporaines. À côté de quelques documents à caractère biographique, ce dossier comporte d’une part des travaux entièrement inédits et d’autre part, des brouillons et manuscrits d’articles déjà publiés dont un cahier « orange » qui offre un contenu très proche de celui du pli cacheté, un cahier « bleu » et un cahier « jaune » qui constituent sans doute les derniers travaux de Wolfgang Doeblin 26.

Notes:
24 T. Charmasson et S. Méchine, avec la collaboration de J. Darré et F. Parot, « La Collecte des archives dans le cadre du désamiantage de Jussieu », La Gazette des archives, n° spécial Archives et mémoires étudiantes : état des lieux. Actes des deux premières journées d’études organisées par le GERME (Groupe
d’études et de recherche sur les mouvements étudiants), 23 février 2000 à Nanterre et 6 juin 2001 à Paris, nouvelle série, n° 193, 2002, p. 140-145.

25 Sur l’équation de Kolmogoroff par Wolfgang Doeblin, Comptes rendus de l’Académie des sciences, n° spécial sur le pli cacheté de W. Doeblin, Mathématiques, série I, t. 33 (décembre 2000), p. 1033-1087 ; M. Petit, L’Équation de Kolmogoroff. Vie et mort de Wolfgang Doeblin, un génie dans la tourmente nazie, Paris, Ramsay, 2003.

26 Un inventaire détaillé de ce dossier a été établi : T. Charmasson, S. Méchine, M. Petit, avec la collaboration de B. Bru, « Archives et manuscrits de Wolfgang Doeblin », Revue d’histoire des sciences, t. 58, n° 1 (année 2005), p. 225-236.»

Extraits de : Thérèse Charmasson, « Archives scientifiques ou archives des sciences : des sources pour l’histoire », La revue pour l’histoire du CNRS, no. 14 (2006), http://histoire-cnrs.revues.org/document1790.html?format=print.

Archives scientifiques ou archives des sciences

J’emprunte ici la définition proposée en 2006 pat Thérèse Charmasson:

« On entendra donc par « archives des sciences », termes sans doute moins ambigus que ceux d’archives « scientifiques », toutes sources d’archives permettant d’étudier l’évolution générale des politiques de recherche et d’enseignement scientifiques, l’évolution de telle discipline scientifique particulière ou encore l’apport de tel ou tel scientifique au développement des connaissances.
Cette définition des archives des sciences à partir de leur objet conduit à distinguer, au sein de celles-ci, trois grandes catégories, à partir de leur provenance : les archives de tutelle des établissements de recherche et d’enseignement scientifiques, les archives propres de ces mêmes établissements, dont les archives des laboratoires et des unités de recherche ne constituent qu’une partie, et les archives personnelles des scientifiques. La notion de provenance d’où découle le statut juridique des archives est en effet primordiale pour la collecte, la conservation et la communication des archives.» (p. 2)

Biblio: Thérèse Charmasson, « Archives scientifiques ou archives des sciences : des sources pour l’histoire », La revue pour l’histoire du CNRS, no. 14 (2006), http://histoire-cnrs.revues.org/document1790.html?format=print.

Cette définition privilégie ici une dimension institutionnelle des sciences qui se retrouve d’ailleurs dans l’article lorsque l’auteure catégorise les types d’archives institutionnelles des sciences: archives des institutions de tutelles (ministère, etc), archives des établissements, archives des laboratoires et finalement qui semblent échapper à cette logique mais qui en est aussi en quelque sorte le plus petit dénominateur commun: les archives personnelles des chercheurs.

Dans le contexte de mise en place des archives des sciences inexistantes ou presque dans les institutions de conservation ou dans les établissement d’enseignement et de recherche, cette définition met l’accent précisément sur ce manque. En même temps, on pourrait recenser sous cette même définition les archives des différentes disciplines, si l’on considère évidemment les disciplines comme des formes de l’institution scientifique.

Une autre perspective qui met l’accent sur l’activité de recherche, cognitive, heuristique ou administrative, retiendrait sans doute plus aisément l’expression «archives scientifiques» sans pour autant d’ailleurs réduire la diversité des pratiques scientifiques à un même paradigme ou un même modèle. Mais on perçoit aussi bien que cette définition introduit des questions et des problèmes assez différents, qui ne sont pas sans incidence éventuellement sur la nature et le type de documents conservés.

C’est dire aussi, que ces deux expressions dans leur distance marquent aussi la complexité des archives scientifiques dont les pratiques ne peuvent se confondre avec les pratiques administratives qui organisent implicitement ou explicitement l’organisation des archives publiques. A suivre….

Archives scientifiques ou archives des sciences : des sources pour l’histoire

Dans cet article, Thérèse Charmasson propose un rapide historique des initiatives prises en France depuis un demi-sièclée pour le traitement des archives scientifiques. Elle propose d’ailleurs de retenir l’expression «archives des sciences» plutôt qu’«archives scientifiques» qui lui parait plus conforme à la nature et à la spécificité des archives produites par les acteurs institutionnels et personnels engagés dans la production des connaissances scientifiques.

Nous discutons de cette définition dans une autre note.

L’article définit également différentes catégories d’archives spécifiées ici en raison de leur provenance, ici encore la perspective est institutionnelle.

Sont également présentés des fonds conservés ainsi que des initiatives récentes que nous avons reprises dans des notes séparées.

1. Les archives des observatoires
2. Les papiers de Wolfgang Doeblin
3. La valorisation des archives à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg
4. Les archives personnelles de Jacques Friedel

 

Référence: Thérèse Charmasson, « Archives scientifiques ou archives des sciences : des sources pour l’histoire », La revue pour l’histoire du CNRS, no. 14 (2006), http://histoire-cnrs.revues.org/document1790.html?format=print.